ro ratkiewicz
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2020

Distanciation sociale et politique

Invité au Brésil début mars pour une master class photo, Pierre Devin , ancien directeur et fondateur du centre Régional de la Photographie du Nord et du Pas de Calais, reste confiné à Belo Horizonte et nous envoie ce texte.

ro ratkiewicz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans la panique de l'épidémie les communicants ont frappé fort.  Le mot quarantaine à été  improprement utilisé.  Retraite forcée, claustration, réclusion,  isolement,  confinement, prison domiciliaire étaient évidemment très politiquement incorrects.

La distanciation au sens brechtien,  c'est ce qui permet le recul critique par rapport au drame. Prenons les au mot. L'épidémie  dans la littérature  est révélatrice  des failles individuelles et sociales. C'est donc un devoir citoyen que de porter un regard critique sur le pouvoir et sa pratique dans la dernière période.

Au-delà de l'écume des jours,  les effets d'annonce des ventriloques de l'ultralibéralisme, des rodomontades de l'ultra droite,  nous devons faire le constat de leur incompétence,  de leur ignorance, de leur incapacité  élevé au rang de doctrine.  Nous avons un parfait exemple en France où la pénurie de masques a motivé le pouvoir à déclarer qu'ils n'étaient pas indispensables. Au florilège pathétique,  il ne faudra pas oublier l'autre qui parlait d'une grippette  ou celui-là encore qui suggère  des injections de désinfectant.

Ces individus ne tombent pas du ciel. Ils ont été élus, après avoir été plébiscités par les médias  à la main de l'oligarchie. Ces fondés de pouvoir du capitalisme usent d'une large palette  pour subvertir le peuple et maintenir l'ordre en place.  Cela va de la vulgarité,  au mépris de la science,  à l'infantilisation,  à la répression policière.  Autoritarisme, fascisme sont des variables d'adaptation du capitalisme. Les dernières semaines ont permis de remettre en cause une fois de plus les droits des travailleurs et d'avancer dans la généralisation de la société de surveillance, en particulier par les drones et les téléphones cellulaires.

La même idéologie qui a ruiné l'hôpital public veut mettre fin au confinement,  renvoyer les enfants dans les écoles pour libérer les parents. Libérer les parents pour qu'ils retournent au travail et produisent de la plus-value.

D'un côté l’état français empoche 100 millions d'euros de contraventions pour non respect du confinement et de l'autre laisse des travailleurs sans protection s'entasser dans les transports en commun.

Le capitalisme est un anti-humanisme,  mortifère,  et aussi génocidaire quand on considère le Brésil. Une autre preuve nous vient du massacre des innocents. Je veux parler des personnes âgées, des personnes handicapées ou aliénées reléguées dans les institutions à la limite de la visibilité sociale.  Cela convoque le souvenir douloureux des dizaines de milliers de morts dans les hôpitaux psychiatriques en France, pendant la guerre sous le régime de collaboration, au Brésil, pendant la dictature militaire. Cela se fait avec la complicité d'un personnel pénétré par l'idéologie du veau d'or économique auquel il faut bien sacrifier les moins  performants et que les obèses, les diabétiques, les pauvres n’aient qu’à s'en prendre qu’à eux memes. Le racisme prend le relai en stigmatisant les quartiers populaires, les ghettos, les bidonvilles et prone l’état de siege pour ces zones.  C'est  déjà le cas au Brésil pour les favelas.  En France, la police redouble d'agressions racistes.

Il leur faut trouver des boucs émissaires à l'épidémie  dont l'ampleur est le résultat de leurs pratiques antérieures.  Dans son rôle de pompier pyromane,  le chef d'État français entonne un vocabulaire guerrier et convoque la Résistance.

On n'oubliera pas que c'est le même homme qui a mis à mal le système public de santé et les droits des travailleurs. Dans le même temps,  les mesures qu'il a prises ont permis aux actionnaires  d'empocher des dividendes records.

On entend déjà les bons apôtres nous annoncer qu'il faudra du sang, de la sueur et des larmes pour sortir de la crise.

Cette épidémie devrait être l'occasion d'une prise de conscience. Pour son futur et celui la planète, le peuple doit reprendre  ses affaires en main.

Belo Horizonte      26 avril 2020  Pierre DEVIN

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre