Robert Chaudenson
Abonné·e de Mediapart

1484 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mars 2017

La Syrie sur Arte : Poiret sans Serrault !

Robert Chaudenson
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Syrie sur Arte : Poiret sans Serrault !

Je me suis sottement laissé tenter hier par la publicité faite par Arte de son numéro "spécial" consacré à la Syrie, domaine où, quoique je connaisse un peu la zone, j'avoue ne plus comprendre grand chose entre les palinodies de la France sarkozo-hollandaise et les choix des États-Unis comme de la Turquie; le seul à être clair en cette affaire est, comme souvent Monsieur Poutine, qui lui veut son port syrien sur la Méditerranée et se fout du reste !

Je cite encore une fois la promo faite par Arte, mais je vous promets que ce sera la dernière 

« Le dossier syrien restera «une tache indélébile dans l’histoire de l’ONU ». C’est la conclusion du documentaire d’Anne Poiret que propose Arte, intitulé "Syrie: mission impossible". Ce film, diffusé dans le cadre d’une soirée «Thema», est consacré aux négociations de paix qui, depuis le début du conflit, en 2011, se fracassent les unes après les autres contre les intérêts divergents des puissances régionales. ».

Dans une publicité orale de la chaîne j'ai entendu Arte vanter ainsi le courage d'Anne Poiret qui « a passé 12 jours sous le feu des snipers ». À la façon du grand Lucien Bodart "au bar du Hilton"!

Apparemment à la voir causer dans le poste, elle ne s'en est pas trop mal tirée ; quant aux "snipers" du pauvre Bachar, ils ne sont apparemment pas méchants et/ou très maladroits! Les douze jours que Madame Poiret a passés "sous le feu des snipers" l'ont été, en réalité, à voir son film, bien à l'abri, en compagnie de quelques "rebelles" dont, on peut noter, que le rare discours évoque souvent irrésistiblement celui des djiadistes, en particulier quand ils parlent de « l’impie » Bachar ou évoquent leurs liens avec « Al Nostra »; ce séjour ne m'a pas paru porteur de grands dangers, ni pour elle ni pour ses hôtes, où l'on ne semble pas avoir compté de victimes.

Tout se passait semble-t-il dans un immeuble de Damas qui faisait face à deux autres immeubles tenus par les troupes régulières de Bachar au demeurant peu aggressives. Mises à part quelques simagrées démonstratives où les « rebelles » tirent quelques rafales en direction du ciel en faisant quelques cabrioles (positions peu favorables au tir de précision), pas grand-chose ne se passait et l'attaque qu'ils ont soi-disant menée contre les deux immeuble tenus par leurs ennemis n'a rien donné ; le seul événement notable et final a été l'envoi devant l'immeuble ennemi d'une voiture chargée d'explosifs. Durant tout le film, tout le monde se baladait dans la rue , sans le moindre problème et sans risque apparemment ; on a même vu les "rebelles" esquisser quelques pas de danse en plein air  car un des rebelles se mariait ! Ridicule !

L'aspect guerrier du film était donc sans le moindre intérêt et le côté diplomatique ne l'était pas davantage, car on y a vu surtout des messieurs en costume-cravate, dans divers lieux, à table entre autres, en particulier dans les grands hôtels de Genève où A. Poiret a suivi paraît-il, cinq mois durant, « un diplomate chevronné" (il en avait effectivement tout l’air), Staffan de Mistura (drôle de nom pour un rital), le troisième émissaire nommé par les Nations Unies depuis le début de la guerre (vous savez, ça use ce genre de boulot!). 

Un des rares propos de ce cher homme, enregistré et reproduit dans le film, concerne "le vin à table" qu'il s'étonne d'être le seul à consommer ; la chose n'est pourtant pas très étonnante quand on est à table en compagnie de Musulmans ( mon ami Amidou n'est pas contre le "rouge" mais comme il aime à le dire, il est "un Musulman de gauche!).

Bref, non seulement une soirée perdue, car ce film ne présente pas le moindre intérêt, mais il est même contre-productif et a un rôle pernicieux ; il donne en effet de toute évidence une image trompeuse d'une guerre dont les conséquences ne se mesurent pas que dans les grands hôtels de Genève, mais par le sort des millions Syriens modestes dont on se demande ce qu'ils vont devenir, en particulier tout près au Liban où on ne les aime guère ! 

Il paraît que ce film a eu un prix de je ne sais trop quoi ! Ce pourrait être celui de l'humour noir dans la catégorie documentaire de guerre ! Il m'a, en tout cas, fourni un titre de blog;... assez pitoyable, j'en conviens, car si nous avions effectivement Madame Poiret, j'ai beaucoup regretté l'absence de Monsieur Serrault qui aurait sans doute donné quelque piquant à la chose !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie