Basket : France-Espagne ; pourri ou nul ?

Le chauvinisme des Français est décidément sans limites et la victoire de la France face à l'Espagne a suscité des commentaires si enthousiastes qu’ils portent  à croire que les journalistes de la presse écrite et/ou audiovisuelle n’ont pas regardé le match ou plus vraisemblablement ne connaissent rien à ce sport quand l’un d’entre eux a osé écrire que la France a « éliminé la grande équipe d'Espagne au complet devant son public, en quart de finale de la coupe du monde ». L’Espagne s’est éliminée toute seule et de façon si incroyable qu’on en vient à se poser des questions !

Cette équipe espagnole qui, bien qu’incomplète (sans Pau Gasol !) avait, sans grand mal,  passé logiquement plus de vingt points à la France quelques jours auparavant, a été tout à fait méconnaissable et même simplement lamentable en quart de finale.

Dès lors, au moment où les paris sportifs asiatiques ont pourri complètement et ouvertement le football et où on ne parle plus guère du scandale inouï du handball, on se demande si le basket n'est pas atteint à son tour, même si ce sport ne suscite pas les mêmes enthousiastes et ne génère donc pas les mêmes profits.

Naturellement, tout cela se fait avec la complicité de la télévision où la publicité pour les paris sportifs tient de plus en plus de place ; les has-beens du sport ne se contentent plus de leurs royaux salaires de « con- sultants » mais jouent les hommes-sandwitches des multiples officines de paris qui après avoir acheté les journalistes s’offrent désormais des chaînes complètes !

Bien entendu les commentateurs  sont payés pour s'enthousiasmer devant les spectacles sportifs les plus médiocres et les plus nulles des prestations.  Dans le match de basket en cause, les commentateurs de Canal+ (le pire d’entre eux se nomme Cosette,  le pauvre !) ont réussi à trouver remarquable de bout en bout ce match consternant de bout en bout du côté espagnol. C'est à peine si George Eddy, vieux routier de la télévision américaine, familier de la NBA,  à qui on ne la fait pas, s'est tout de même tapoté le menton à deux ou trois reprises mais pas davantage car il tient à conserver son job à Canal+ et qu’il n’a pas de retraite aux USA !

Pas besoin d’un dessin ! La grande vedette espagnole Pau Gasol manquait singulièrement de carburant ! Désespéré son coach l’a d'ailleurs sorti du cinq majeur au milieu du premier quart-temps tant il était évidemment nul aux yeux de tous. Les statistiques espagnoles sont si lamentables que je n'en donnerai que deux ;  celle des paniers à trois points : 2 réussis sur 22 tentés…Une équipe de cadets française fait mieux !  Les rebonds, qui sont habituellement leur force avec leurs pivots expérimentés qui plafonnent à 2,15 mètres, ont été tout aussi nuls et les Français en ont eu deux fois plus ! Cela se passe de commentaires !

En revanche tous les Français ont été bons, les nouveaux surtout ! L’absence de Tony Parker a permis à d'autres joueurs, que sa présence paralysait sans doute en attirant sur lui toute l’attention, de se révéler au cours de ce match, mais cela n'est qu'une faible justification de ce succès, la vraie raison se trouvant dans la nullité inexplicable des Espagnols.

L’écart final n'aurait assurément pas dû être aussi important mais les règles de ce sport ont souvent pour conséquences d'aggraver cet écart dans les dernières secondes d'un match par le jeu des fautes et des lancers-francs.

On aurait pu espérer que le basket ne drainant la foule des spectateurs comme celle des parieurs, ces tricheries,6 qui ont corrompu le monde sportif à travers les paris et la télé, épargneraient ce sport. Il n'en a apparemment rien et ceux qui ont parié sur la victoire de l'équipe de France ont dû engranger de copieux bénéfices. Reste à monter une même opération pour la finale contre les USA, si cette glorieuse équipe de France arrive à vaincre la Serbie en demi-finale. De toute façon, une équipe de NBA passera toujours trente points au vainqueur de la finale !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.