Robert Chaudenson
Abonné·e de Mediapart

1484 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 nov. 2017

L'affaire Arcopal : colombes, aigles et vautours !

Robert Chaudenson
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'affaire Arcopal : colombes, aigles et vautours !

Vous vous souvenez, j'espère, du cas des "gentilshommes verriers", cette profession étant la seule à laquelle pouvaient se livrer sans déroger les nobles qui devaient se consacrer à la guerre, l'agriculture leur étant interdite comme le commerce ou l'industrie. En revanche, la verrerie était considérée comme un art noble qu'on pouvait pratiquer sans déroger. Les gentilshommes verriers ont toujours soutenu, sans que le fait soit historiquement établi, que c'est Saint-Louis qui leur avait accordé ce privilège pour les remercier de l'avoir suivi en croisade ;  c'est plus vraisemblablement son fils, Philippe le Hardi, qui leur a accordé ce privilège par lettre patente. Ce n'est toutefois qu'en 1330 que Philippe VI de Valois accorde à Philippe de Cacqueray, écuyer, premier inventeur des plats de verre appelé "verre de France", le droit de faire établir une verrerie proche de Bézu en Normandie. 

Nous voilà en apparence bien loin d'Arcopal, mais peut-être moins qu'on pourrait le croire, puisque, en 1825, Alexandre des Lyons de Noircarme qui fonde, à Arques, la "Verrerie des sept écluses". .. Mais laissons là les aspects historiques pour nous en tenir aux questions industrielles plus proches de nous.  

La Verrerie Cristallerie d'Arques, ancêtre d'Arc International, est issue, au départ, de l'association, en 1826,  de la « Verrerie des sept écluses" avec la verrerie Carpentier-Mancel, fondée en 1823 à Saint-Martin-au-Laërt ; elle connaît un essor industriel qui se poursuit après les deux guerres. En 1950, elle produit ainsi 15 000 tonnes de verre par an et emploie 993 personnes. 

En parallèle, l'entreprise poursuit activement une politique d’innovation. Elle est la première verrerie en France à proposer des verres décorés et à automatiser la fabrication du verre opale. Dès 1958, le premier verre à pied ou "verre ballon" y est fabriqué de façon automatique. En 1968, la Verrerie Cristallerie d’Arques opère une révolution industrielle mondiale, en parvenant à mécaniser la production des verres à pied en cristal. La baisse des prix de vente, rendue possible par cette innovation, met le cristal à la portée de tous. En 1980, cette verrerie produit 250 000 tonnes de verre par an et regroupe 9 000 personnes en France, essentiellement à Arques.   

Jusqu'en 2015, la Verrerie Cristallerie d’Arques reste une entreprise locale à capitaux exclusivement familiaux. Toutefois à partir des années 1980, le Groupe doit entrer dans une logique d'internationalisation de ses productions avec la création, en 1979, de Durand Glass Manufacturing Company (DGMC), filiale de production située à Millville, dans le New Jersey, dont la production commence en 1982.

Dans les années 2000,  la Verrerie Cristallerie d’Arques change de nom pour devenir "Arc International" et ses implantations internationales se multiplient dans le monde. Ce développement international s'opère toutefois alors que le groupe rencontre des difficultés. En 2004, les pertes dépassent 100 M€. Un premier Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) conduit entre 2004 et 2008 à près de 3.000 départs volontaires du site d'Arques. Deux autres Plans de Départs Améliorés sont réalisés dans les années qui suivent et, fin décembre 2012, l'effectif du site se trouve réduit de moitié par rapport à celui de 2004, passant de 12.000 à 6.000 salariés.  

Fin août 2014, dans une logique de redressement, Arc International et HIG Capital France annoncent la signature d'un accord visant à l'acquisition de la majorité du capital d'Arc International par HIG. Ce premier projet n'aboutira cependant pas. Le 27 janvier 2015, après de nouvelles difficultés économiques, un nouveau Plan de sauvegarde de l'emploi est présenté aux syndicats. Ce PSE prévoit la suppression d'un peu moins de 200 postes. 

Le 16 mars 2015, le Tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer valide le projet de reprise du groupe verrier Arc International par Peaked Hill Partners (PHP appartient en fait à Dick Cashin, un milliardaire américain passé par la banque JPMorgan) ; il prend 80 % du capital pour 58 millions d'euros, les héritiers, la famille Durand, en conservant 20 % moyennant l'apport de 2 millions d'euros. Les créanciers ont accepté que la dette du groupe  (280 millions d’euros) soit réduite à 62 millions. Le fonds d’investissement PHP doit débourser 58 millions pour recapitaliser l’entreprise en échange d’un Plan de sauvegarde de l'emploi qui implique, à la suite de la négociation avec les syndicats, 195 licenciements  pour 233 créations de poste sur le site historique d’Arques.

Cette prise de contrôle d'Arc International par le fonds d'investissement américain Peaked Hill Partners LLC s'est opérée dès le départ sous le contrôle et avec  la bénédiction du ministre de l'Économie de l'époque... Emmanuel Macron. Ce dernier  est même venu en personne annoncer : « L'entreprise est sauvée, 90 % des emplois sont sauvés ».

La suite (mouvementée demain) 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann