FRANCOIS RUFFIN, NE TOMBEZ PAS DANS LE ROUGE-BRUN

A propos de Ruffin et de son hommage à Chouard, de la part d'un militant de France Insoumise.

François Ruffin, je ne vous connais pas personnellement, mais je trouve que votre manière de parler aux milieux populaires et de parler d'eux apporte beaucoup à la gauche. Et c'est très important en ces temps de coupure entre la gauche et celles et ceux qu'elle devrait représenter en premier lieu. Mais là je ne vous comprends pas, ou plutôt je crains de comprendre.

En défendant à juste titre le RIC, mis en avant par les Gilets Jaunes dans leur combat, vous avez rendu hommage à "Etienne Chouard et ses amis". Ne connaissant pas cet individu, j'ai demandé autour de moi, je me suis renseigné, et j'ai compris la stupeur que votre référence à Chouard avait provoquée. Parti du NON de 2005, il a pensé que l'essentiel était l'union des NON au référendum européen et a côtoyé les Soral et les divers complotistes. 

On sait qui est Soral, pas besoin ici d'en dire plus sur ce personnage. Un mot sur les complotistes : certains le sont par anticonformisme. Mais les fascistes aussi se voulaient anticonformistes. Et parmi les plus anciens complots, sans doute le plus ancien, il y a le complot juif. Vous avez sans doute entendu parler du Protocole des Sages de Sion et des ravages qu'il fit et fait encore.

Je n'ai pas étudié en détail les oeuvres de ce Monsieur Chouard, mais j'ai vu, par exemple, qu'il parle longuement d'une loi de 1973 sous la présidence de Pompidou et il la nomme "loi Rothschild" sous prétexte que Pompidou, 11 ans avant, était de cette banque. La focalisation sur Rothschild, on sait aussi ce que cela veut dire depuis presque deux siècles. Au lieu de dire "c'est la faute des Juifs", on dit "c'est la faute de Rothschild" !

Alors, François Ruffin, vous qui défendez si bien le peuple, pensez qu'il vous faut défendre aussi celles et ceux qui sont menacés par l'extrême droite, les immigrés, les juifs, les musulmans, les homosexuels, les femmes...Le peuple, c'est eux et elles aussi. On ne peut pas défendre le peuple si on fait la moindre concession à l'extrême droite. D'autant qu'elle menace, comme dans toute l'Europe, au Brésil, ...

Alors, réfléchissez, il n'est jamais trop tard pour admettre qu'on s'est trompé. Ne déconsidérez pas vos combats : éloignez le brun et restez dans le rouge. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.