mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 27 sept. 2016 27/9/2016 Dernière édition

Hollande songerait à taxer les propriétaires après le remboursement de leur emprunt

7744364818_francois-hollande-candidat-so

Hollande songerait à taxer les propriétaires après le remboursement de leur emprunt

La rumeur est de plus en plus persistante : l’Élysée plancherait actuellement sur la création d’une taxe qui frapperait tous les biens immobiliers non loués par leur propriétaire mais aussi leur propre résidence principale si l’emprunt du logement est remboursé.

Dans son édition du 12 août, le journal Libération faisait part de l’idée de soumettre à l’impôt sur le revenu des « revenus fictifs », que constitue l’absence de loyer pour les millions de propriétaires ayant remboursé leur emprunt. Voici le passage :

« Plus audacieuse, l’idée de soumettre à l’impôt sur le revenu les «revenus fictifs», que constitue l’absence de loyer pour les millions de propriétaires ayant remboursé leur emprunt, rapporterait 5,5 milliards par an. »

Cette idée a été proposée par un groupe de sympathisants PS, Front de gauche et Europe Ecologie les Verts et remis au Président de la République lors de ces 100 jours à la tête du pays.

Cette mesure serait déjà calculée et rapporterait 7,5 milliards d’euros dans les caisses de la France.

On connaissait le « think tank » du PS, Terranova, celui qui conseillait au PS de ne plus s’occuper des masses laborieuses 

On connait moins « Cartes sur table » sous-titré « Des idées pour la gauche ». Voici comment ils se définissent:

« Composé de jeunes âgés de 25 à 35 ans, le nouveau think tank Cartes sur table revendique un autre rôle, celui de «poil à gratter». Une responsabilité qui sied à leur génération et que ces sympathisants PS, Front de gauche ou Europe Ecologie-les Verts jugent d’autant plus nécessaire que la gauche est au pouvoir. Composé de jeunes âgés de 25 à 35 ans, le nouveau think tank Cartes sur table revendique un autre rôle, celui de «poil à gratter». Une responsabilité qui sied à leur génération et que ces sympathisants PS, Front de gauche ou Europe Ecologie-les Verts jugent d’autant plus nécessaire que la gauche est au pouvoir. »

Ce groupe est composé de doctorants en philosophie et en économie, d’économistes, d’urbanistes, d’un politiste (???) et de consultants dont l’âge se situe entre 25 et 35 ans.

Cartes sur table a publié le 13 août dernier une liste de 100 propositions pour les 100 prochains jours. J’ai balayé rapidement la liste des 100 propositions, et forcément j’y ai trouvé des idées intéressantes mais j’en ai trouvé certaines qui m’ont fait froid dans le dos. Je me propose de vous en présenter ici seulement une. 

Proposition N° 83 : Inclure dans l’assiette de l’impôt sur le revenu les « revenus fictifs » que le propriétaire tire de sa résidence principale

De même que placer de l’argent sur un livret d’épargne génère un revenu (taux d’intérêt versé par la banque), acheter son logement principal rapporte un revenu fictif (le loyer qu’on n’a pas à payer). Et de même que les intérêts des placements, ces loyers fictifs devraient être imposés sur le revenu, après déductions des intérêts d’emprunt.

Oui, vous avez bien lu. Vous vous êtes saignés aux quatre veines pour vous payer en 20 ans votre modeste maison individuelle. ça y est, votre dernière mensualité tombe à la fin de ce mois, vous êtes chez vous et vous ne devez plus rien à personne !

ERREUR ! Dès le mois suivant, vous commencez à payer un loyer à l’Etat. Et oui, "Cartes sur table" considère que vous bénéficiez maintenant d’un revenu fictif constitué par le non-paiement d’un loyer !!!!


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 01/12/2013 20:19
  • Par POJ

L'Etat serait mieux inspiré de taxer efficacement tous les revenus réels avant de s'attaquer aux revenus fictifs.