Robert MASCARELL
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mai 2014

Robert MASCARELL
Abonné·e de Mediapart

DE L'EPAISSEUR DU CODE DU TRAVAIL

Robert MASCARELL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

D'après les capitalistes, autoproclamés "libéraux", et leurs valets politiques et médiatiques, la France souffre d'une trop grande rigidité du droit du travail, surtout par comparaison avec les "paradis" allemand et suisse.

Pour démontrer leurs dires, nos propagandistes patentés, au hasard François Lenglet, tête d’œuf sur la 2ème chaîne TV, arrive sur l’écran avec le code du travail français version Dalloz et le code du travail suisse. Le premier est épais de plus de 3000 pages et le second de 100 pages. Lenglet ajoute que le code du travail allemand, le nouveau paradis, est lui aussi beaucoup moins épais que le français.

Tout cela procède de plusieurs mensonges. Le Dalloz ne se contente pas de présenter les articles du code du travail. S’y ajoutent de nombreux commentaires et de nombreux arrêts de la Cour de cassation (jurisprudence). Ainsi constitué, en 2013, le Dalloz faisait 3400 pages. Par comparaison, la même année, le code du travail allemand était épais de 3000 pages.

En réalité, ramené à ses seuls articles, le code du travail français est épais de 675 pages.

Tous ces propagandistes, aux ordres du MEDEF, qui évidemment ne veulent que le bien des travailleurs, militent pour alléger le droit du travail et laisser, ainsi, les mains un peu plus libres aux employeurs afin qu'ils exploitent encore mieux les salariés.

Plus frappant encore, sur le lien suivant : http://www.slate.fr/story/74079/inflation-legislative-code-travail, un article intitulé : « Inflation législative : non le Code du travail n’est pas celui qui grossit le plus vite », une comparaison, photos à l’appui, montre que la plupart des codes français : électoral, pénal, des impôts, de la consommation,….. ont vu leur poids augmenter encore plus vite que le poids du Code du travail, au fil des dernières décennies.

Mais, par un hasard totalement fortuit, n’en doutez pas, le seul code qu’il faut séance tenante alléger, voire supprimer, c’est celui qui protège tous les salariés, c’est-à-dire le Code du travail.

Il est stupéfiant qu’un gouvernement dit de gauche ait une oreille aussi complaisante pour le MEDEF et tous les démolisseurs des droits des travailleurs et leur emboîte le pas sur ce point, comme sur d’autres.

Si cet article vous a intéressé(e), vous pouvez me rejoindre sur un autre blog, bien plus complet : http://robertmascarell.overblog.com/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un hommage à la société civile de Russie, Bélarus et Ukraine
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Annie Ernaux, Nobel de littérature, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Des tâches en plus pour gagner plus, piège antiféministe tendu aux enseignants
Le ministre Pap Ndiaye est chargé de la mise en musique du nouveau « pacte » que souhaite signer Emmanuel Macron avec les enseignants, qui consiste à mieux les rémunérer en échange de nouvelles missions. Mais ces « extras » aggravent déjà les inégalités salariales entre les femmes et les hommes dans l’Éducation nationale.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon