Robert MASCARELL
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 oct. 2018

Robert MASCARELL
Abonné·e de Mediapart

SIGNATAIRES OU PAS DU MANIFESTE PRO-IMMIGRÉS, NOUS SOMMES DANS LE MÊME CAMP

Robert MASCARELL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il n’y a pas plus de honte, pour un militant de gauche, à signer Le Manifeste pour l’accueil des migrants, initié par les journaux Médiapart, Politis et Regards, qu’à ne pas le signer. Trois organes de presse que j’ai plaisir à lire.

Le texte de ce manifeste est tout à fait digne. Je connais la plupart des 150 premiers signataires, soit directement, soit par la presse. Avec chacun de ceux-là, j’ai beaucoup plus que des proximités idéologiques. Clémentine Autain, députée LFI, fait partie des signataires. Je n’ai rien à redire à cela. J’aurais donc très bien pu signer ce Manifeste. Mais je ne l’ai pas fait.

Fils d’immigrée moi-même, je suis spontanément solidaire des réfugiés contraints à fuir leur pays, pour quelque raison que ce soit. Hormis pour les réfugiés politiques et climatiques, en danger imminent de mort ou d’incarcération, pour lesquels l’accueil ne souffre aucune discussion ni aucun délai, l’accueil des réfugiés économiques est au centre d’enjeux politiques et sociaux très contradictoires, qui dépassent les seules questions humanitaires.

Nous ne sommes pas dupes que les présidents et gouvernements successifs, comme les partis de droite et d’extrême-droite, comme le MEDEF, utilisent les immigrants comme masse de manœuvre, avec des objectifs divers. Aucun de ces objectifs n’étant sain. Si bien que selon les périodes et l’objectif poursuivi, ils mettent tout en œuvre pour favoriser leur accueil ou, au contraire, l’entraver le plus possible. Dans tous les cas, les responsables de ces divers lieux de pouvoir n’ont de bonnes intentions.

Une chose est certaine, du haut de leurs lieux de pouvoir, ce sont eux qui ont l’initiative d’agir sur le curseur de l’accueil ou du rejet, selon leurs intérêts du moment.

Il importe donc, pour les humanistes de gauche, de ne jamais oublier combien ces malheureux réfugiés sont instrumentalisés par les détenteurs du pouvoir politique et/ou économique. Il nous appartient de ne pas tomber dans les pièges qu’ils nous tendent. Leur but inavouable est surtout de provoquer, dans le peuple français, des réactions primaires afin de le mieux diviser. Leur moyen favori, pour parvenir à cette fin, est de fermer les yeux sur les agissements indélicats des patrons utilisant, illégalement le plus souvent, cette main d’œuvre étrangère, pour tirer tous les salaires et les droits des salariés vers le bas.

Aujourd’hui, comme le 17 février 1894, quand Jaurès a prononcé un discours sur le socialisme douanier, devant la Chambre des députés, la manière des capitalistes d’utiliser les travailleurs étrangers, pour faire pression sur les salaires et les droits des travailleurs français, n’a pas changé d’un pouce.
http://www.jaures.eu/…/jaures-protectionniste-socialisme-d…/

Le pouvoir macronien et, à sa suite, la droite et l’extrême droite, espèrent bien faire du débat autour de l’immigration le thème numéro un de la proche campagne électorale européenne. L’objectif des uns et des autres étant de détourner la vigilances des électeurs français des problèmes fondamentaux relatifs au fonctionnement antidémocratique de l’Union européenne, au creusement des inégalités sociales partout et en France en particulier, à la précarisation généralisée de la société, au chômage systémique,……..

Peut-être, les non-signataires de ce Manifeste, dont je suis, ont-ils tort de penser que, probablement sans le vouloir, ses signataires vont, de fait, contribuer à faire de la question de l’immigration le thème central de la campagne des européennes, exactement comme le souhaitent Macron, la droite et l’extrême droite. Toujours est-il que c’est ce que nous pensons et que nous préférons, donc, ne pas signer ce Manifeste, tout en gardant notre estime à l’égard de ses signataires, et en louant la pureté de leurs intentions.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère