LA GUERRE DES CLASSES À SON COMBLE ! MAIS CE N'EST QU'UN DÉBUT.

Grande émotion dans Landerneau, Mélenchon et LFI sont visés par deux enquêtes judiciaires et, fait aggravant, ils ont osé dire bruyamment ce qu’ils pensent des perquisitions qui ont été ordonnées, dans le cadre de ces enquêtes, par un procureur, obligé judiciaire de l’État.

 Aussitôt, tous les donneurs de leçons de morale, vêtus de probité candide et de lin blanc, sont sortis du bois pour dire tout le mal qu’ils pensent de Mélenchon et de LFI. Une véritable déferlante.

 Les vieux révolutionnaires de mon espèce en savent tellement sur les roueries des adversaires, qu’ils sont plus amusés que médusés de ce qu’il se passe. Ils y voient un énième épisode de la lutte des classes, tournant, de plus en plus souvent, à la guerre des classes. À l’instar de la multiplication des ouragans et autres cyclones, s’abattant de plus en plus fréquemment et violemment sur tel ou tel point de notre petite planète, directement induits par le réchauffement climatique causé par l’activité humaine.

 Eh oui, j’ai la faiblesse de penser qu’il y a une corrélation très étroite entre les phénomènes liés au réchauffement climatique et les épisodes à venir de la guerre des classes.

 Ce qu’il s’est passé ce 16 octobre est donc appelé à se renouveler et même à prendre une forme encore plus tendue.

 En effet, plus la catastrophe écologique va devenir inéluctable aux yeux du plus grand nombre, plus ils prendront conscience qu’il en va même de la disparition de toutes les espèces vivantes sur Terre, à échéance proche, et plus ils vont remettre en cause le modèle économique dominant le monde, lui attribuant, à juste titre, la responsabilité du cataclysme à venir, et plus ils vont se retourner contre ceux qui incarnent ce modèle économique dominant.

 Ce système économique porte un nom, c’est le capitalisme, dans sa forme néolibérale, ultime stade de son évolution. Il se caractérise par une glorification de l’égoïsme, symbolisé par le triomphe de la concurrence libre et déloyale entre tous les hommes, de la cupidité, de la recherche du profit maximum et immédiat, du productivisme, de la compétitivité,……… Bref, il s’agit là des principaux ingrédients pour en finir avec toutes les formes de vie sur Terre.

 Évidemment, la plupart des chantres des dogmes néolibéraux, détenteurs de tous les pouvoirs politiques et économiques, vont tenter de résister tant qu’ils vont pouvoir, et par tous les moyens, à la volonté grandissante des peuples d’en finir avec ce système mortifère. Toutes les conditions des futures guerres des classes sont réunies pour que cet antagonisme entre la prise de conscience par les peuples de leur possible disparition et la résistance acharnée des tenants des pouvoirs politiques et économiques se manifeste de plus en plus souvent.

 Pour l’heure, les effets tangibles du réchauffement climatique ne sont pas encore trop prégnants. Les libéraux tiennent donc encore le haut du pavé, au point qu’ils arrivent toujours à manipuler les peuples. Cette donnée n’est pas propre à la France.

 Tant que le pouvoir peut être exercé dans un cadre apparemment démocratique, l’oligarchie mondiale ou son avatar européen le laisse dans les mains de partis bourgeois traditionnels, type UMP ou PS. Quand ces partis sont discrédités, elle met directement aux manettes un homme à elle, issu de ses plus hauts cadres. Nous sommes dans ce cas en France, aujourd’hui. Quand ces deux possibilités ne sont plus opérantes, alors, l’oligarchie n’hésite pas à intriguer pour mettre en place des solutions de type extrême-droite, surtout si le risque qu’advienne une victoire de la gauche antilibérale est grand. Il faut voir avec quelle allégresse, les milieux d’affaires brésiliens, mais plus largement du monde entier, attendent avec gourmandise que Bolsonaro, fasciste déclaré, soit élu.

 Tel est l’état des forces aujourd’hui. Ces trois options de gouvernements néolibéraux sont vouées à l’échec, puisque toutes, selon des modalités plus ou moins extrémistes, s’inscrivent dans une perpétuation et même une exacerbation du système économique libéral. Mais si les peuples peuvent encore être manipulés, la nature, elle, ne le peut que de moins en moins. Forcément, elle va nous présenter la facture. Elle sera terrible. Il est impossible que le système économique libéral résiste aux exigences de la nature. Il ne tient qu’à la conscience des peuples qu’ils abrègent leurs souffrances et protègent notre unique écosystème, en renvoyant le néolibéralisme et ses chantres aux oubliettes de l’histoire. Le plus tôt sera le mieux, avant qu’il ne soit trop tard.

 Ce qui s’est passé hier au domicile de Mélenchon et dans les locaux de LFI, à l’initiative du Parquet contrôlé par l’État, entre dans la stratégie de tension que veut mettre en place le pouvoir macronien, dont l’objectif est d’abattre ses opposants.

 Je vais donc m’épargner le ridicule de ramener l’épisode d’hier entre Mélenchon et LFI et le procureur et la police à une simple analyse psychologisante des protagonistes de l’événement.

 Peut-être n’ont-ils pas su déjouer complètement le piège qui leur a été tendu avec ces perquisitions simultanées à grand spectacle, lancées par un obligé de la République ? Car, si mise en scène il y eut, nous la devons aux perquisitionneurs et non à Mélenchon. Ceux-là ont eu tout le temps pour la peaufiner. Mélenchon a dû improviser en catastrophe.

Disons qu’au cours du premier acte de la dramaturgie montée par l’appareil d’État, et en dépit du côté inattendu de la situation, Mélenchon a tout simplement été parfait. Chapeau, pour avoir eu le réflexe de se filmer immédiatement et de nous montrer en direct la perquisition en cours à son domicile. Tout y était. Le sang-froid et le rappel des valeurs démocratiques et républicaines. Tout s’est gâté, au cours du second acte, pendant la perquisition dans le local de LFI. Où là, effectivement, Mélenchon a perdu son sang-froid, même s’il n’y a eu de sa part aucune voie de fait, ni aucune insulte ou grossièreté.

Disant cela, je suis conscient qu’il est très facile de mon fauteuil confortable, après coup et à froid, de refaire l’histoire. Placé dans les mêmes circonstances, aurais-je su garder mon sang-froid ? Donc, là s’arrête ma critique. Mais en aucun cas, je ne vais me saisir de ce regret, pour me désolidariser de Mélenchon. Parce que sur le fond des faits, à mes yeux, il a totalement raison.

Reprenant le magnifique poème d’Aragon, La Rose et le Réséda, je tiens à dire : « Quand les blés sont sous la grêle, Fou qui fait le délicat, Fou qui songe à ses querelles. »

Oui, Mélenchon et LFI sont victimes de traitements discriminatoires de la part, non de la justice, mais du Parquet, contrôlé de près, si nécessaire, sinon de loin, par le gouvernement en place. Que les magistrats aient été désignés par le pouvoir en place ou par un de ses prédécesseurs.

Jamais, jusque-là, un dirigeant  de parti et d’autres dirigeants du même parti n’ont eu à subir des perquisitions à leur domicile, qui plus est, simultanées. Mais surtout, la principale discrimination est dans l’absence d’action judiciaire à l’encontre de Macron et de LREM pour leurs comptes de campagne.

Enfin, je n’oublie pas que nous sommes engagés dans une guerre des classes impitoyable. Je suis même persuadé, me répétant, que plus le réchauffement climatique va montrer ses conséquences tragiques et plus nous allons connaître des affrontements encore plus graves que ceux d’hier, entre les potentiels assassins de l’humanité, soucieux de garder leurs privilèges, au nom du « après moi le déluge », et les peuples qui vont tenter de sauver leur vie et celles de leurs descendants.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.