Vers une nouvelle France

Vers une nouvelle France de l'Excellence une nouvelle France des Solidarités dans une nouvelle Europe

Vers une nouvelle France de l'Excellence
une nouvelle France des Solidarités dans une nouvelle Europe

« Je fais le rêve qu'un jour cette nation se lèvera et vivra le vrai sens de sa foi ». « Nous tenons ces vérités comme allant de soi, que les hommes naissent égaux.
« Nous ne sommes pas satisfaits et nous ne serons satisfaits que le jour où la justice se déversera comme un torrent et la droiture comme un fleuve puissant. »
Pour l'Europe nous dit le Président MACRON: 
1. Ne soyons pas faibles. Choisissons. 
2. Ne soyons pas divisés. Unissons-nous. 
3. N'ayons pas peur. Osons faire. 
4. N'attendons pas. Agissons maintenant.

L'Europe est le retour du rêve carolingien. Ce rêve, c'est celui d'une unité voulue, d'une concorde conquise sur les différences et d'une vaste communauté marchant dans la même direction, celle d'une Europe unie en son cœur battant que fut, dès cette époque, cette région.
Ce rêve aujourd'hui est rongé par le doute. A nous de savoir si nous voulons le faire vivre ou le laisser mourir. »

construire la paix et la stabilité au Proche et Moyen-Orient, nous l'avons souverainement assumé, nous l'avons collectivement porté. D’autres puissances tout aussi souveraines que nous ont décidé de ne pas respecter leur propre parole. Devons-nous renoncer pour autant à nos propres choix ? Devons-nous céder à la politique du pire ? Nous devons choisir, bâtir, parler avec tous pour, là aussi, réussir à construire notre propre souveraineté qui, dans cette région, sera garante de la stabilité.
Nous avons eu à vivre les grandes bascules liées aux migrations contemporaines, qu'elles soient politiques, qu'elles soient économiques, qu'elles soient climatiques. Face à ce sujet, pense-t-on une seule seconde que nous puissions rester les bras croisés ou, là aussi, nous replier sur des crédos purement nationalistes ? La réponse est européenne, elle l’est en ce qu'elle a de plus essentiel. Nous ne ferons face à ces défis qu'en ayant une politique ambitieuse concertée et pleinement européenne pour l'Afrique de l'autre côté de la Méditerranée, une politique de développement et de sécurité à laquelle nous avons commencé à œuvrer mais pour laquelle nous devons être beaucoup plus ambitieux en ayant une politique commune de sécurité de nos frontières, d'harmonisation de nos droits, en ayant une politique souveraine de développement, de sécurité, de protection.
Vous l'avez compris, ce premier impératif auquel je crois, ne soyons pas faibles, ne subissons pas, c'est celui de la souveraineté européenne, celle qui doit nous conduire, celle qui doit nous conduire à faire de l'Europe une puissance géopolitique, commerciale, climatique, économique, alimentaire, diplomatique propre. Nous aurons des débats et nous ne mettons sans doute pas les mêmes réalités derrière chacun de ces mots, mais la condition de possibilité, c'est que nous refusons le fait que d'autres puissent décider pour nous. Si nous décidons qu'un grand acteur du numérique peut décider du secret ou des règles fiscales, nous ne sommes plus souverains et ce débat ne vaut pas ; si nous décidons que tel ou tel grand groupe énergétique international décide de notre politique climatique pour nous, nous ne sommes plus à mêmes de décider et d'avoir un débat démocratique.
Nous croyons en la France et sommes convaincus qu’elle dispose d’une capacité à se donner les moyens d’un nouvel élan et d’un avenir prometteur. »
La jeunesse est prête à prendre le flambeau d’une nouvelle Europe.
Ne la leurrons pas, ne la désespérons pas, ne différons pas sous prétexte qu’hier est trop lourd et que demain il sera temps.
Apportons-lui les moyens de son savoir et de sa culture.
Il n’est plus possible de lui expliquer qu’il faut attendre, que la crise ne permet ni de faire, ni d’espérer. Elle ne l’acceptera pas.
Or nous n’entendons qu’austérité, efforts, perte de pouvoir d’achat, hausse de tout, du chômage des prix, des biens vitaux. Sous De Gaulle, il y eut une véritable vision de la France et une affirmation de son indépendance ; il y eut Concorde, force nucléaire, pont de Tancarville, etc. Sous Pompidou, une véritable politique industrielle, et ensuite plus rien.
Et nous constatons que des riches s’enrichissent, alors pourquoi pas nous ?
LA CROISSANCE SE CREE; elle ne s'attend pas et ne se reçoit pas comme la foi.
● Pouvoir c'est vouloir; alors créons ensemble cette France nouvelle, exemplaire,
● Cette France de l’excellence et des solidarités.
● C’est un véritable projet de société
Notre Président affiche une grande ambition basée sur des projets d’avenir qui nécessitent des moyens financiers importants que nous avons déjà empruntés à concurrence de plus de 2000 milliards d’euros.
Roosevelt confie aussi un vaste programme de travaux publics d'un total de 3 500 millions de dollars à l'Emergency Public Works Administration. La réalisation emblématique est l'aménagement hydraulique de la vallée du Tennessee par la Tennessee Valley Authority fondée le 18 mai 1933
Désormais il nous faut définir : un véritable sérieux budgétaire et un véritable avenir pour la France. 
Il est nécessaire de se réunir, ensemble, avec le désir de réussir, de travailler avec profit, de donner à nos enfants, moyens et sens de la responsabilité. Ne leur donnons pas la perspective du chômage, de la diminution du pouvoir d’achat, de dures années de médiocrité.
De l’ambition, toujours de l’ambition, encore de l’ambition.
A court terme, il est urgent de crédibiliser notre parole notamment auprès des institutions européennes qui ont besoin de la France pour exister.
Il faudrait injecter au plan social immédiatement 30 Mds pour les ménages les plus défavorisés.
Nous devrions nous employer à disposer pour nous et nos enfants d’un nouveau capital en faisant appel à un très grand emprunt de plus de 4000 mille milliards d’euros qui seront investis exclusivement dans des développements porteurs d’avenir et que nous aurons la capacité de rembourser au moins sur une génération (40 ans).Donc un emprunt européen non pour la gestion courante, mais pour des projets surs et ambitieux dans le même temps que serait négocié un euro moins fort. Et l’Europe se doit d’être plus unie, plus forte, mieux organisée, mieux dirigée. 
3Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. SENEQUE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.