MARSEILLE . Chronique d'une catastrophe annoncée

Rue d'Aubagne à Marseille . Les suites du 5 novembre

    5 novembre 2018 . Ce jour là Marseille s'endormira le corps et le cœur lourds de ces huit morts dans l'effondrement de deux immeubles de la rue d'Aubagne, résultat de tant d'années d'incurie et d'incompétence (malveillance? ...) sous le sceau du clientélisme. Viendra le temps où il faudra parler des responsabilités et ceux qui pensent pouvoir y échapper ne comprennent plus le Marseille d'aujourd'hui qui se réveille et résiste.                     Six mois après la création des premiers collectifs de Noailles, les évacuations se poursuivent dans la plupart des quartiers populaires de la plus indigne des façons, sans préparation, sans perspective , avec brutalité.                                                                                                                                  Chaque jour des familles, locataires, propriétaires sont "invitées" manu militari à quitter leur lieu de vie avec pour tout bagage ce qu'elles peuvent emporter dans quelques vagues sacs plastiques. Malgré les morts, l'urgence paraît bien folle quand les premiers arrêtés de mise en péril datent de plus de 20 ans. S'ensuit le parcours du combattant administratif, l'hôtel provisoire sans possibilité de cuisiner, parfois la perte d'emploi, la scolarité bousculée pour les enfants, le traumatisme et les problèmes de santé, etc.                                                                                                             Mais Marseille prend la mesure des luttes engagées. Les  "délogés", puisque c'est ainsi que l'on parle d'eux maintenant, veulent légitimement faire valoir leurs droits les plus élémentaires et les collectifs se structurent autour d'eux. Dans la tristesse et la colère, mais aussi dans les rencontres et le partage, la parole s'ouvre et se développe. Dans le quartier du Panier les banderoles, comme autant de monuments d'humanité, questionnent le tourisme. Et là aussi, doucement l'espoir naît sur Marseille autrement.                                                                                                        Le dimanche 12 mai, les collectifs se réuniront autour du "PANIER en COLÈRE " , place du Refuge, pour un moment de rencontres festives malgré le côté dramatique de la situation. Venez nous voir, nous parler, nous écouter......                                                                                                    Nous serons là, vous serez là pour soutenir les personnes délogées, témoigner de votre solidarité  et faire largement connaître nos revendications et actions . Dans la colère, d'abord, Marseille vivra  .......       

Robert SERFATI                                                                                                                                                                                                                Collectif   LE PANIER EN COLÈRE                                                                                       

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.