Robert Spizzichino
Ancien directeur général d’une société de conception et de pilotage de grands projets d’aménagement et de développement
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 oct. 2021

Quels « grands projets » pour le « Grand Paris » ?

Dès la crise sanitaire atténuée, les aménageurs publics et privés s'efforcent, pour la plupart, de renouer avec des visions de grands projets créateurs d'attractivité et de richesse économique pour les territoires. Et beaucoup d'élus sont sur ce même registre. Or, tout laisse à penser que cette position est incompatible avec les défis de l'époque. Surtout dans le Grand Paris.

Robert Spizzichino
Ancien directeur général d’une société de conception et de pilotage de grands projets d’aménagement et de développement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lors du sommet du Grand Paris organisé par le quotidien La Tribune, les rêves de grandeur mis à mal par la crise sanitaire se sont exprimés à nouveau avec force. La grandeur de la France passe par de grands projets dans la métropole parisienne et la région métropolitaine. Quels sont ces « grands projets » selon les « Acteurs du Grand Paris », important groupe de pression composé de promoteurs, de financiers et d’aménageurs ? C’est d’abord le Grand Paris Express réalisé dans sa totalité et comme prévu il y a plus de 10 ans, en passant outre les décisions de justice qui en freinent la réalisation pour cause de négligences en matière d’impacts environnementaux ou d’atteintes à la biodiversité ; il est aussi recommandé aux élus locaux d’engager une construction importante autour des gares, et aux instances responsables des mobilités d’organiser des circuits de rabattages sur celles-ci pour faciliter au passage l’urbanisation de territoires péri-urbains encore imprégnés de ruralité. D’ailleurs, l’État donne l’exemple en livrant à la promotion privée le domaine magnifique de Grignon, autrefois berceau de l’enseignement agricole.

Ce que disent aussi ces voix qui rêvent de grandeur et de hauteur : il faut aller plus loin, ne pas se laisser abattre par l’arrêt de projets mal ficelés comme EuropaCity ou la Gare du Nord, et trouver d’autres occasions de grandeur pour le « génie français ». Cela n’empêche pas l’affichage d’orientations écologiques audacieuses, mais avec une « écologie constructive » et non pas une « écologie de la décroissance » honteuse.

Voici le credo affiché par les élites politiques et économiques lors de ce sommet, et assez largement partagé par des élus territoriaux, de droite et de gauche.

On croyait pourtant naïvement que le monde d’après ne devait plus ressembler au monde d’avant et que l’on allait entendre plus clairement les messages du GIEC, des Nations Unies, ou de la conférence citoyenne sur le climat. On avait parlé de nouveaux logiciels de développement, de changement de paradigmes économiques, d’inversion des priorités en faveur de la résilience , de la soutenabilité et de la biodiversité. Apparemment, on avait mal compris : la devise, c’est oui à la transition écologique, mais posément, sans gêner personne, et surtout sans abandonner nos rêves de grandeur !

Arrêtons-nous un instant sur deux mots magiques : « grand projet » et « Grand Paris » pour en faire les révélateurs de débats nécessaires :

Un ami, maire d’une petite commune rurale, urbaniste à ses heures, décrivait la réalisation de sa nouvelle école communale dans un site chargé d’histoire comme un grand projet. Le grand projet doit être rapporté à l’échelle territoriale qu’il impacte. Et il ajoutait : « un grand projet, c’est avant tout une capacité à faire ensemble ».

Un grand projet aujourd’hui, c’est avant tout celui qui trace le chemin le plus rapide vers le nouveau monde à construire… ensemble ; c’est celui qui protège le mieux les générations futures, c’est celui qui donne de l’espoir , c’est celui qui innove pour traiter des difficultés sociales qui se multiplient, qui rend leur dignité aux exclus, qui donne au plus grand nombre un travail utile à tous. C’est celui qui nous fait redécouvrir l’espace qui nous entoure et qui nous donne l’envie d’y « changer le vie » comme on disait dans des temps pas si lointains. Ce peut être une somme de petits projets qui entrent en synergie, ou bien des voix nouvelles qui s’élèvent pour faire autrement, ou bien ce qui crée un grand bien-être partagé. Un réseau coopératif sur un territoire entre tiers lieux animés, espaces de jardins partagés et d’agriculture urbaine et péri-urbaine, entreprises attachées à la transition écologique, patrimoines revalorisés,  paysages recomposés, lieux diversifiés d’enseignement et de recherche, l’ensemble relié par des modes doux, et par des ressources digitales et des outils itinérants d’éducation populaire, avec des femmes et des hommes motivés pour faire ensemble et partager, tout cela ne constitue-t-il pas un grand projet ?

Arrêtons de penser la grandeur par le monumental ou par le coûteux ou par la taille de l’échelle spatiale. La grandeur, c’est celle du défi humain relevé !

Et le Grand Paris, c’est quoi ? Un métro qui dessert mieux certains territoires ? Une institution publique qui réunit les maires des communes qui ont donné un accord pour en faire partie ? Une nouvelle frontière ? Un bon slogan publicitaire immobilier ? Un bassin de vie et d’emploi élargi ? Tout cela à la fois ?

Ou bien est ce que Paris ne sera Grand aux yeux du monde et de celles et ceux qui y vivent que si ses élus, ses professionnels, ses entreprises, ses habitants parviennent à inventer ensemble une métropolisation heureuse, soutenable et créative, rompant avec les mécanismes ségrégatifs, surmontant ses inégalités territoriales, et s’engageant à fond dans la construction du nouveau monde qui est notre voie étroite vers la quiétude ?

La meilleure illustration de ce qui vient d’être dit se trouve entre Roissy et le Bourget sur les terres agricoles de Gonesse et au sein du Pays de France. Les élus concernés du Val d’Oise, soutenus par une partie du gouvernement,  n’ont de cesse d’attendre des solutions à leurs indéniables problèmes sociaux qu’ en demandant sur une large partie de ces terres agricoles la localisation de grandes entreprises internationales, de grands équipements, et de tout ce qui peut justifier une gare du Grand Paris à fréquentation faible car éloignées des lieux d’habitation ; en allant même en alignant, tout comme la Société du Grand Paris, des données de desserte et de fréquentation totalement fantaisistes. Et pourtant, tout est en place pour que le développement exemplaire d’une agroécologie indispensable pour les enfants des écoles et pour la santé de tous y trouve sa place. Les projets en cours de démarrage sont orientés vers de nouvelles filières agroalimentaires, vers des produits recyclés, donc vers la création d’emplois non délocalisables , utiles et durables, dont les systèmes de formation sont en cours de montage. Le tout dans un paysage recomposé mêlant villes et campagnes et ouvert à l’accueil des visiteurs. Voilà un exemple des « grands projets d’avenir » portés par des associations dynamiques et des acteurs dynamiques soucieux d’innovations. Et il y en d’autres du même type touchant d’autres secteurs d’avenir en Ile-de-France !

Il est urgent de prendre à bras le corps le changement de modèles économiques, sociaux et spatiaux nécessaires du fait de la rupture écologique à opérer qui commande notre survie. C’est cela le Grand Projet pour le Grand Paris.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky