Usine à gaz

La métaphore nouvelle est arrivée ! Après les couacs à répétition qui ont enchanté les medias voici l'usine à gaz toute fraîche sortie du rapport Gallois. Enterré sous une première métaphore le voilà exhumé et ressuscité sous forme d'usine à gaz. En effet, les usines à gaz qui se caractérisaient par la complexité proverbiale ont perduré dans le langage courant sous forme d'un terme péjoratif désignant un système lourd et complexe, peu maniable et/ou peu compréhensible. En conséquence on la trouve dans un grand nombre de figures d'exagération visant à invalider un projet un peu complexe au regard des capacités cognitives du commun des mortels … Une sorte de bonne à tout faire de la critique systématique … Pour quelle efficacité ? 

La métaphore nouvelle est arrivée ! Après les couacs à répétition qui ont enchanté les medias voici l'usine à gaz toute fraîche sortie du rapport Gallois. Enterré sous une première métaphore le voilà exhumé et ressuscité sous forme d'usine à gaz. En effet, les usines à gaz qui se caractérisaient par la complexité proverbiale ont perduré dans le langage courant sous forme d'un terme péjoratif désignant un système lourd et complexe, peu maniable et/ou peu compréhensible. En conséquence on la trouve dans un grand nombre de figures d'exagération visant à invalider un projet un peu complexe au regard des capacités cognitives du commun des mortels … Une sorte de bonne à tout faire de la critique systématique … Pour quelle efficacité ?

 usine.jpg

L'usine à gaz une figure de la complexité technique

L'expression "usine à gaz" évoque un entrelacs de tuyaux qui transportent des fluides inconnus  depuis quelque part pour les conduire  on ne sait où. On imagine qu'une certaine rationalité est à l'œuvre  mais qu'elle est connue d'un petit nombre de spécialistes. C'est une image de la complexité assez convenue et peu précise. Elle  produit un sentiment mitigé imprégné principalement d'ignorance et de confusion. En fait on peut l'utiliser dans toute circonstance un peu malcommode à déchiffrer soit qu'on ne possède pas d'expérience sur le sujet soit que l'on ne dispose de la formation minimale pour l'appréhender. Une assertion qui peut être valide dans la plupart des actes de la vie courante.
Bref, la plupart du temps la réalité se présente comme une usine à gaz !

L'usine à gaz est-elle une figure imposée de l'action politique efficace ?

C'est ce que l'on peut se demander. En effet, si la réalité est complexe- et c'est le cas par exemple de l'économie – toute intervention rationnelle nécessitera  des dispositions adaptées, c'est-à-dire d'un degré de complexité suffisant. Ils pourront donc, à tout le moins, être dénoncés comme des  usines à gaz. Et l'on s'écriera : "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué"… mais le plus souvent on se gardera bien de dire comment on pourrait faire simple … La question du rapport Gallois est exemplaire à cet égard. Les critiques lui ont opposé le simple relèvement  de la TVA, lequel, en frappant tout le monde, tournait le dos à la progressivité recherchée des efforts à consentir. Une posture typiquement marquée à droite … D'où il ressort qu'il est toujours plus simple d'agir selon les canons de la gestion libérale qui, en s'affranchissant des distinctions sociales, fera toujours plus simple mais surtout plus injuste.

A cet égard on verra donc plutôt les usines à gaz du côté de la justice sociale.

Simplisme, anti-intellectualisme et stupidité à pleins gaz …

L'usage politicien du terme vise clairement à mettre de son côté tous ceux qui dans la société revendiquent une compréhension des faits économiques et sociaux à la mesure des structures mentales dont ils disposent. C'est l'essence même du populisme de droite que de se tourner vers les esprits simples –hélas trop nombreux- pour leur proposer des solutions simples habillées de sens commun. L'exemple des Tea Parties aux USA est exemplaire : l'obscurantisme, l'égoïsme social, la stupidité, l'inculture finissent par devenir des vertus cardinales revendiquées. Supprimons l'euro ! Sortons de l'Europe ! Fermons les frontières ! Rétablissons même l'octroi ! Bref mettons un éléphant dans le magasin de porcelaine … Certes ces préconisations sont au rang des actions possibles … mais pas avant d'avoir évalué leurs conséquences qui sont assurément extrêmement complexes … et pour les appréhender il faudrait envisager des scénarios très compliqués, en forme …  d'usine à gaz !

On retiendra tout de même que les usines à gaz ont longtemps produit du gaz pour l'éclairage public et même pour l'éclairage du public … et aussi pour faire bouillir les marmites populaires …

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.