Robin Roca
Penseur à temps partiel
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2016

Pour une Culture de notre Terre.

La France poursuit une évolution globale plutôt linéaire à l'instar des peuples occidentaux. Une large partie du monde avance tout droit alors que certains peuples évoluent de façon cyclique. Cependant, pour notre part, aucun cap, aucune vision, point de rêves. Nous avançons dans un futur brumeux dicté par l'instant présent et par les marchés, le temps long n'est plus pris en compte.

Robin Roca
Penseur à temps partiel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je grandis dans un monde où l'utopie est devenue folie dans l'imaginaire collectif. Ce monde où les rêves dérivant de la trajectoire mondialiste sont associés à un passé décadent ou encore, à une folie irréalisable. Ce monde considère comme obsolète ce qui fût derrière lui, ce qui l'a amené à ce qu'il est aujourd'hui. L'outil technologique et scientifique est utilisé de telle sorte qu'il accélère notre trajectoire sur cette route droite. Rien n'est à atteindre, tout se fait, se défait, s'oriente et après, nous verrons. La vie se quadrille et s'allonge, s'active dans une grande musique ayant pour but de ne jamais s'arrêter tout en masquant les sons non émis par les Hommes. Nos cousins des tribus et peuplades sont considérées simplement comme une fenêtre sur un passé très éloigné et nous les regardons trop souvent avec cet oeil folklorique empreint d'une condescendance inconsciente et parfois, de cette sensation de supériorité qui a par exemple, anéantie les Amérindiens.

Avec le précieux recul que nous offre l'histoire, qu'avons-nous tirée des leçons de nos faits ? Cette expression est bien trop souvent utilisée de nos jours mais en réalité, nous ne la posons pas de façon sincère. L'humanité offre bien des choses admirables cependant, elle ne cesse de répéter les mêmes erreurs sous différentes formes. De mon point de vue, que je développerai plus en détail dans un autre temps, l'échec principal et récurent des Hommes se trouve au momment où quelques "moi" exaltés absorbent d'autres "moi". Autrement dit, quand l'Homme réagit dans son propre sens, animé d'une volonté de s'auto-sauvegarder au détriment de l'autre. Le "maccro-moi" qui est dans le monde animal, un outil de survie, devient aujourd'hui un mode de vie, une motivation même. 

Les grandes divisions résultantes d'un monde qui s'effrite font alors jaillir des consciences à vocation unificatrices. Lorsque les Hommes s'unissent, de tout temps, ils se sont rangés derrière des idées, des drapeaux ou autres. Certains brandissent l'identité, la couleur, le parti, l'histoire commune et j'en passe. Bonnes ou mauvaises causes, ces étendards ne regroupent jamais une majorité des gens, même si certains ponts et alliances sont à constater. 

Cependant, il existe bien des bannières assez large pour accueillir chaque être de ce monde. La religion fut une forme de tentatives d'universalité mais par sa pluralité et son caractère métaphysique, ce but reste, humainement, inattegniable. Que reste-t-il alors ? La réponse est sous nos yeux, limpide et présente depuis bien plus longtemps que nos existences. Il semblerait que la conscience collective mêlée à l'expérience du temps se révèle au travers des erreurs de notre temps. Les nouveaux dangers amènent de nouvelles causes qui pourraient amener un nouveau monde. La Culture au sens large doit nous apporter la hauteur nécessaire à la réflexion tout en liant les Hommes dans ce but commun. Ce n'est pas seulement notre existence qui est menacée, c'est aussi la vie en général tout comme notre passé. La folie et l'aveuglement moderne précipite notre fin biologique. Chaque année, le spectre de la vie sur notre planète se rétrécit, les catastrophes naturelles nous avertissent sans cesses sur nos dérives et pourtant, la trajectoire reste aujourd'hui la même. Il faut comprendre que plus notre réaction sera tardive, plus les effets seront présents.

Cette culture au sens large est celle qui transcende les autres. Imaginons qu'elle représente un arbre aux mille branches, le tronc serrait la Terre et le feuillage se composerait de tout ce qui la compose: la nature, les Hommes, les traditions... Notre degré d'évolution nous met face à cette question: Combien de temps nous reste-t-il avant notre extinction ? Il y a deux réponses. Celle qui consisterait à continuer ainsi pour éventuellement coloniser un autre astre ou alors, préserver notre "foyer originel". L'une de ces réponses est faisable, l'autre non. 

Alors quand sera posée cette question à l'ensemble du monde ? lequel des deux avenirs préparons-nous: celui de la mort et du chaos ou bien celui de la vie et de l'harmonie ? Posons clairement ensemble, les bases de notre union générale, de l'Homme envers la vie, la planète et l'univers. Ne regardons plus ce qui nous divise, mais plutôt ce qui nous enracine et nous connecte profondément: notre Terre.

Si par ces lignes et ces évocations, commence à naitre cette idée que je partage, ce sentiment et ce fait universel qui nous traverse, à votre esprit se révèle une vérité...

Ω

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux