robin76
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2022

« Ultracrépidarianisme »

« Tiens, toi qui fais un spectacle sur les mots, tu devrais prendre celui-là, parce que franchement, y’a de plus en plus de gens qui souffrent de ce truc dans la période actuelle ! » Ce mot en question, c’est « Ultracrépidarianisme ». Et comme c’est la huitième fois en deux semaines qu’un proche m’en parle, et il me vient soudain l’envie d’un commentaire à ce sujet.

robin76
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Résumons pour ceux qui n’auraient pas suivi :  l’ultracrépidarianisme se définit comme la propension d’un individu à donner ouvertement son opinion hors de son domaine de compétence… Et comme cela semble sous-entendu dans la définition, a nécessairement dire quelque chose d’erroné, voire de faux ou mensonger. Ou pas ? (le « ou pas » me parait une nuance importante pour la suite, tout comme le point d’interrogation...)

Dans cette période de crise où la science et la politique peinent à sortir de la voie hégémonique et autoritariste, la défiance s’affiche au café du commerce et tout un chacun ose un commentaire, voire une hypothèse, voire relaie une info tweeté le matin-même sans avoir pris le temps de la « débunker ». Mais quoi de neuf sur terre pour qui a vécu Tchernobyl et son fameux « nuage à la frontière » ?

« Ultracrépidarianisme » devient un nouveau mot à la mode, un mot qu’il sera sans doute de bon ton d’utiliser pour décrédibiliser toute prise de parole maladroite, exagérée, lancée au cœur d’un débat amical où chacun tente de trouver du sens au cœur d’un quotidien qui perd en cohérence, en joie, en solidarité. Mais alors … Est-ce à dire que la parole est désormais l’apanage des experts ? A quel degré de réussite universitaire peut-on considérer une parole comme légitime ? Licence ? Master ? Doctorat ? Question : si j’ai un doctorat en psychologie, est-ce que je suis légitime à donner mon avis à mon garagiste sur ce bruit étrange que fait ma voiture ? Et mon médecin, est-ce qu’il acceptera que je m’exprime si je lui dis que la douleur est encore là malgré le traitement qu’il m’a prescrit, et quand bien même ma spécialité n’est pas la médecine générale ?

En gros, est-ce que l’ ultracrépidarianisme est un terme qui justifie à lui seul qu’on demande à n’importe qui de se taire ? Est-ce un nouvel outil de censure ou de mépris qui ne dit pas son nom ? Faut-il en faire une nouvelle classification du DSM 5 au milieu des pathologies mentales qui nécessiteraient qu’un individu soit étiqueté comme malade, handicapé, délirant ?

Je défends pour ma part avec mon spectacle une « éducation populaire ». Je cite ici les militants de l’Ardeur : « parce que les mots ne sont jamais neutres ni purement informatifs, qu’ils produisent des effets sur nos façons de penser et d’agir sur le réel, parce que la disparition de certains ne doit rien au hasard, que d’autres se propagent et qu’en les employant nous légitimons à notre insu ce que nous combattons, nous sommes déterminés à interroger l’apparente innocence des mots et leur supposée évidence. »

Tu peux donc parler de « charge sociale » plutôt que de « cotisation sociale », de « rétro-commission » plutôt que de « bakchich », de « plan de sauvegarde de l’emploi » plutôt que de « plan de licenciement », ou encore de « ruissellement » plutôt que de « répartition ». Tout est affaire de choix. Les dominants ont leur langage, et nous le parlons couramment si nous n’y prenons pas garde.  Comment ne pas accentuer nous-même le fossé dans lequel on nous pousse ?

Nous avons encore le pouvoir de choisir les mots que nous utilisons, car ils façonnent notre pensée, car ils nous situent, y compris au cœur du conflit. Il semblerait qu’au fil du temps avec mon spectacle, j’ai gagné en expertise sur la question de la langue française. Et pourtant je ne suis ni lexicographe, ni linguiste. Mais je me sens légitime à donner mon avis. Au nom de quoi devrais-je me taire ?

Alors non, je ne mettrai pas « ultracrépidarianisme » dans la graineterie de mots, car il me semble qu’il résumerait à lui seul toute mon intolérance vis-à-vis de ceux qui ne penserait pas comme moi. Mais au printemps je vous proposerai 450 autres mots dans mon spectacle, et je ne doute pas que vous y trouverez votre bonheur. Hâte de nous revoir, ensemble !

Je vous embrasse !

PS : pour découvrir le spectacle, c'est ici :
https://www.youtube.com/watch?v=lNlw4SM6Row

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran