Demain je vote blanc

Demain je vote blanc

Demain je vote blanc

Bon nombre de personnalités appellent les Français qui ont voté pour Mélenchon au 1er tour, à opter pour Macron dimanche prochain, expliquant qu’il s’agit là d’un devoir de tout citoyen et le seul moyen d’éviter l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite. Ceux qui choisiraient le vote blanc ou l’abstention se rendraient responsables – et coupables – de l’arrivée au pouvoir de cette extrême droite.

Depuis plus d’une trentaine d’années, la France a été gouvernée au centre, alternativement par l’UMP/LR et le PS. Ces deux partis ayant implosé au cours des derniers mois, la mise a été récupérée par Macron et son parti. La différence entre les anciens et les modernes est beaucoup moins une différence de programme, d’idéologie que d’âge.

Ce centre a une histoire et une relation bien particulière avec le FN puisqu’il le présente à la fois comme son ennemi juré et en même temps c’est lui qu’il lui a donné l’importance qu’il a aujourd’hui. Oui, le FN est bien l’enfant de ce « centre » représenté hier par les gouvernements de l’UMPS et aujourd’hui par le programme politique d’Emmanuel Macron.

Ce ne sont pas ceux qui ont voté pour Mélenchon qui ne prennent pas au sérieux la montée de l’extrême droite mais bien Macron et tous ceux qui appellent à voter pour lui demain dans la mesure où le programme de ce dernier se situe sur la même ligne que celui de ceux qui ont gouverné au cours des trente dernières années.

Le vote blanc « à la française », celui d’une démocratie au rabais, puisqu’il n’est pas véritablement reconnu, explique et justifie en bonne partie l’importance de l’abstention. Et pour bon nombre de ceux qui voteront blanc, il exprime un sérieux avertissement à Macron. Celui-ci ne sera que le Président de 24% des Français et il continuera à augmenter l’importance de l’extrême droite s’il ne prend pas en compte les idéaux et le programme portés par ceux qui ont voté pour Mélenchon.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.