le vent et l'avion

Hier matin, un vol air France de Paris à Perpignan devait atterrir à Perpignan-Rivesaltes à 10 h 15. 

Le pilote a fait une tentative d'atterrissage, puis a fait une remise de gaz pour atterrir à Montpellier ( retard à Perpignan= 3 heures).

Ceci arrive de plus en plus fréquemment et me parait inexpliquable.

En effet, si la tramontane soufflait bien hier, l'information Delta de la tour de contrôle donnait un vent du 310 à 36 noeuds avec des rafales à 50 noeuds.

La projection par rapport à la piste en sevice qui était naturellement la 33 donne une composante vent de travers de 17 noeuds (47 noeuds de face qui ne sont pas un problème) alors que les limitations des airbus donne 38 noeuds de vent de travers avec rafales.

 

On en est donc bien loin et d'autres avions ont atterri dans la journée, dont un A 400 M et un  MD 80 que j'ai aperçu.

Les militaires viennet souvent s'entraîner à Perpignan  par vent fort, de même que les A 380. 

Est-ce que par hasard la cause ne serait pas un manque d'entraînement des pilotes par vent fort et par vent traversier?

Certes, en courte finale, au dessus de l'autoroute, il peut y avoir des turbulances, mais cela me parait incompréhensible.

Il me semble que la météo doit être analysée par Air France et que la météo de Perpignan doit être connue même à Paris.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.