Roland LAURETTE
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mars 2021

NICOLAS SARKOZY ou l'arroseur arrosé

L'ancien président de la République vient d'être condamné. Je me garderai bien de dire si c'est à tort ou à raison : il y a suffisamment de gens pour s'aventurer sur ces terres incertaines. Je m'intéresse seulement aux protestations du condamné.

Roland LAURETTE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nicolas SARKOZY ou l'arroseur arrosé

L'ancien président de la République vient d'être condamné. Je me garderai bien de dire si c'est à tort ou à raison : il y a suffisamment de gens pour s'aventurer sur ces terres incertaines.
Je m'intéresse seulement aux protestations du condamné. Il fait valoir qu'il n'y a aucune preuve tangible contre lui, seulement une intime conviction des juges : « En 2021, s'indigne-t-il, on peut donc condamner un homme après sept ans d'enquête dans tous les sens (...) sans l'ombre d'une preuve ». Et comme il fait appel, il demande le bénéfice de la présomption d'innocence.

Sur ces deux points, on ne peut que lui donner raison.
Mais que n'a-t-il prêché d'exemple quand il était au pouvoir ? Souvenons-nous.
Le 4 juillet 2003, au terme d'une cavale de quatre années, Yvan Colonna est arrêté en Corse du Sud. Il était poursuivi par la Justice parce que certains membres du commando qui avait assassiné le préfet Érignac le 6 février 1998, l'avaient accusé d'avoir été le tireur.
Le soir-même, Nicolas Sarkozy, à l'époque ministre de l'Intérieur, déclare dans un meeting : « La police française vient d'arrêter Yvan Colonna, l'assassin du préfet Érignac ». Il réitérera son accusation un peu plus tard en Corse. La Fédération Internationale des Droits de l'Homme condamnera ces propos : « En violation extrêmement grave de la présomption d'innocence, deux ministres de l'Intérieur successifs (le premier était J.P. Chevènement) ont déclaré publiquement, bien avant le procès, qu'Yvan Colonna était l'assassin du préfet Érignac ».
Très logiquement, Yvan Colonna a porté plainte contre N. Sarkozy pour viol de la présomption d'innocence. Il a été débouté en avril 2007 par le juge des référés qui a ainsi justifié sa décision : « Si les déclarations litigieuses ont suscité une impression certaine de culpabilité, elles ne sauraient être sanctionnées (...) à défaut de comporter une expression non équivoque (...) tenant pour acquise la culpabilité ». Voilà donc un juge qui, dans la même phrase, dit tout et son contraire. Désir d'asservir le judiciaire aux souhaits du politique et de complaire au futur président de la République ? Qui sait ?
Par la suite, Yvan Colonna sera condamné à la perpétuité par trois cours d'assises spécialement composées. Pourtant, aucune preuve n'a été apportée au cours des procès. Seulement des intimes convictions. On pourrait paraphraser l'ancien président : au XXIè siècle, on peut donc condamner un homme à la perpétuité ( à la perpétuité !) après des années d'enquête dans tous les sens sans l'ombre d'une preuve !... Ajoutons que les trois cours ont été « spécialement composées » par un seul et même homme : le premier président de la cour d'appel. Lui-même directement nommé par le président de la République de l'époque : Nicolas Sarkozy.
Si celui-ci ne veut pas qu'on dise qu'il a été puni par où il a péché, je l'invite à demander qu'on reprenne à zéro l'affaire Colonna qui fut engagée sur des bases qui n'avaient rien à voir ni avec l'équité, ni la vérité. Encore moins la démocratie.

Roland LAURETTE

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel

La sélection du Club

Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone