Lettre à Sandrine Rousseau et Éric Piolle

Bonjour,

Sans être un fan d'EELV je vis avec satisfaction l'émergence médiatique de vos personnalités. Après la cohorte d'écolos partis bouffer au râtelier macroniste (François de Rugy, Barbara Pompili, Pascal Canfin, Pascal Durand, j'en oublie ?) ça faisait du bien de voir qu'il y avait encore des écolos incorruptibles.

Votre discours tranchait avec celui de Yannick Jadot qui, au début de ses ambitions présidentielles passait plus de temps à critiquer Mélenchon et les insoumis que Macron.

Mais je suis au regret de vous dire que je ne vous fais pas confiance pour changer les institutions de notre pays. En effet, avec votre primaire, vous tombez dans un des pires travers de la Vème République : le scrutin nominal à deux tours. Si j'ai bien compris, le premier tour servira à éliminer les prétendants qui n'ont pas assez de voix pour au deuxième tour faire s'affronter deux finalistes.

Tous le système électoral de la Vème République repose sur ce scrutin anti-démocratique. En fonction de quoi Emmanuel qui a recueilli 24% des suffrages et 18% des inscrits dirige la France comme si les électeurs avaient plébiscité son programme. Son parti qui a remporté 2,5 plus de voix aux législatives que, par exemple la France insoumise, a obtenu 18 fois plus de députés.

Si ce système de finale est excellent pour la coupe d'Europe de foot, The Voice ou Koh-Lanta, il est désastreux en politique. À la fin il y a un vainqueur et les idées, les propositions de celui-ci deviennent les propositions de tous les adhérents d'EELV. Tout ce qu'ont proposé les autres passe à la poubelle.

Il y a d'autres moyens de proposer un candidat aux électeurs, plus basé sur la coopération. Un exemple : nos voisins allemands voteront le 26 septembre pour élire les députés du Bundestag. Le(la) leader du parti qui aura la majorité sera chancelier(ère). Mais on sait déjà qu'aucun parti n'aura la majorité absolue et que le pays sera gouverné par une coalition. Une coalition de gauche (SPD, Grünen, die Linke) si les électeurs donnent un coup de barre à gauche, une coalition de droite, s'ils décident (CDU-CSU, FDP) de prolonger l'ère Merkel . D'autres combinaisons sont possibles.

Le but n'est pas de trouver un vainqueur à tout prix comme dans une compétition sportive mais de trouver un gouvernement efficace pour le pays.

Pensez à vous libérer du carcan mental de la Vème République pour la campagne de 2027.

Avec tous mes vœux de réussite pour la primaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.