L’incohérence de monsieur Hulot

A la tribune de l'Assemblée nationale à propos de la biodiversité, Nicolas Hulot dit que «tout le monde s'en fiche», il se dit «seul» mais alors pourquoi ne développe t-il pas une politique pour l'éducation à l'environnement dans notre pays ?

Elle tourne cette vidéo qu’on voit en ce moment sur tous les écrans, déclaration véhémente du ministre de la transition écologique et solidaire du mercredi 21 mars à l’assemblée nationale. Visiblement il monte sur ses grands chevaux depuis la plus prestigieuse tribune du pays et devant les caméras. Il prend la posture du chevalier seul au combat et qu’il faudrait rejoindre. On frôle le pathétique.

Biodiversité : " J'ai besoin de votre indignation ", lance Nicolas Hulot à l'Assemblée nationale © Le Monde

« La honte »

"30% d’oiseaux en moins en quelques années, 80% d’insectes en moins à l’échelle européenne, le dernier grand mâle rhinocéros blanc du nord de l’Afrique a disparu. Moi ça ne me provoque pas de la peine, pas de la colère, (mais) de la honte, de la honte de savoir que derrière la sixième extinction de la biodiversité, la responsabilité c’est nous" Oui ça c’est bien de le dire haut et fort tant cette situation est insupportable, alors qu’on continue de laisser des gens épandre à pleines poignées toutes sortes de poisons dans nos campagnes. Et oui le poison ça tue, la belle découverte !

« Tout le monde s’en fiche »

Mais, il y a un grand « mais » à émettre quand il ajoute : "Oui je vais vous présenter un plan biodiversité dans les semaines qui viennent, qui va succéder à la stratégie de la biodiversité, mais très sincèrement, tout le monde s’en fiche, à part quelques uns". Oui, nous confirmons, on a souvent l’impression que tout le monde s’en fiche de la nature et de l’écologie. Mais pourquoi tout le monde s’en fiche ? Peut-être que c’est quand même, parce que les français ne sont pas suffisamment sensibilisés à la question de la nature, peut-être qu’enfants ils ne sont pas assez invités à vivre des expériences de nature. Les français sont séparés de la nature un peu plus tous les ans et les expériences de nature deviennent de plus en plus rares à l’école et ailleurs… classes vertes quasiment disparues… subventions des ministères alloués aux associations supprimés …

« Tout seul »

Et il ajoute : "tout seul, je n’y arriverai pas". Il faut savoir que, ce qui pourrait faire que notre ministre ne se sente pas si seul, ce serait de venir au dialogue avec la société civile organisée  et ce serait de développer l’éducation à la nature et à l’environnement. Voyons à long terme. Hors lui ministre, il ne développe pas l’éducation à l’environnement. Le ministère est sans politique dans ce domaine alors qu’il a tout dans les mains pour développer une politique ambitieuse comme exposée ici. La volonté de dialogue de la société civile organisée autour de la question du développement de l’éducation à l’environnement est sans limite.

Incohérence.

Qu’est-ce que cela signifie ? Pourquoi cet homme, qui semblait avoir le profil pour qu’enfin la France se dote d’une politique ambitieuse pour l’éducation à l’environnement, pourquoi cet homme là ne fait rien en ce sens, en dialogue avec la société civile et l’ensemble des parties prenantes ? C’est un mystère. L’entendre ainsi, nous montre juste son incohérence, ça laisse triste, amer et très sceptique.

Roland Gérard

Expert en éducation pour la transition.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.