Romain JAMMES
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 déc. 2015

Ça pue

Ça pue. C’est la première chose qui me vient à l’esprit. Pourtant j’ai l’habitude, je ne crois pas me souvenir de soirée électorale heureuse. Et je peux pas dire que j’étais pas prévenu à coup de sondages, à coup de UNES de journaux matraquant le FN.

Romain JAMMES
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ça pue. C’est la première chose qui me vient à l’esprit. Pourtant j’ai l’habitude, je ne crois pas me souvenir de soirée électorale heureuse. Et je peux pas dire que j’étais pas prévenu à coup de sondages, à coup de UNES de journaux matraquant le FN.

Tout ça pue, oui, mais on s’est habitué à l’odeur. Non, ce qui me donne la gerbe, c’est autre chose, un truc nouveau, pour moi du moins. C’est le couloir sombre de l’avenir. Ça pue parce que je vois pas de fenêtres, de portes de secours, de chemins de traverse auxquels se raccrocher pour y croire encore. Je n'ai même pas à en proposer ici, conscient aussi de l'utilité médiocre de ce que j'écris, au delà du soulagement d'avoir couché ça sur un écran.

Ça pue parce malgré tous nos efforts, je ne crois plus que les corps intermédiaires qui composent notre gauche soient à la hauteur. Je dis ça sans en accabler les militants qui ont tenu leur tranchée. Mais il y a un bilan évident à tirer : le Front de Gauche et Europe Ecologie ont été mauvais ensemble, et minables séparément. Globalement illisibles sur le champ politique. Quand ils vont en avoir l’opportunité, ils vont rejoindre les listes du gouvernement, prendre des exécutifs, souvent. Les listes du gouvernement, quant à elles, vont se désister pour la droite dure, quand les circonstances l’y obligeront, cette même droite celle qui fait sauter les digues. Bref, une grande confusion politique à laquelle s’oppose une seule voix audible et claire : le FN.

Ça pue parce que j’aimerais croire que j’ai des débuts de solutions. Mais j’en suis de moins en moins convaincu. J’aimerais croire qu’un miracle nous permettrait de mettre de côté toutes les vieilles habitudes nombrilistes pour prendre l’arme nucléaire. J’aimerais espérer qu’on redevienne iconoclastes, qu’on casse les murs, qu’on bouscule les cadres qu’on soit les fouteurs de merde qui obligent à s’interroger… J’aimerais croire à une remise en cause des apparatchiks à une prise de conscience que l’urgence politique commande des sacrifices. J’aimerais croire que même avec ça, on ne se prendra pas quand même un bouillon.

Ça pue parce qu’à l’évidence le PS et LR savent s’arranger contre le FN, et que nous n’en tirons pas la première conclusion qui me vient à l’esprit : ils n’ont pas besoin de nous, alors maintenons-nous quand c’est possible, ne fusionnons pas, et menons la bataille des idées. Mettons ainsi les bases de la construction d’un mouvement crédible.

Ça pue parce que même nos projets concrets, aussi, ont l’air de David contre Goliath. Parce que les luttes s’épuisent, ou entretiennent sciemment leur marginalité.

Ça pue parce je ne vois pas se profiler autre chose qu’un an et demi de boucles médiatiques sur Le Pen. De UNES alarmantes et moralistes, de sondages, d’éditoriaux expliquant qu’elle peut gagner ou qu’elle va gagner si tout le monde ne file pas droit. Un an et demi d’événements qui « profitent au FN », qu’ils soient dramatiques ou anecdotiques. De courses à ses idées, comme c’est le cas depuis des années de la part du PS ou de LR.

Ça pue parce qu’à la sortie de tout ça, on verra soit sa tronche à 20h le dimanche, soit celle de ceux qui lui ont fait la courte échelle. On verra, peut-être, comme hier soir et aujourd’hui des indignations moralistes, des phrases toutes faites, des anathèmes insensés qui empêchent toute réflexion. Et peut-être même que ce texte en fait partie.

Ça pue parce qu’aujourd’hui, je n’arrive pas à trouver de raison de croire que tout ça n’est pas une question de temps.


« Romain, il y a bien des choses qui ne puent pas ? » Comme toujours, et il faut bien une note d’optimisme : l’énergie de ceux qui résistent, leur fraternité, leur enthousiasme à essayer de faire. La chaleur de leurs étreintes face à l’adversité. Leur solidarité, leur regard plein d’amour,…

Il y a ce fond qu’on touche et dont on espère qu’il sera un point d’appui pour remonter. Cette défiance lucide envers nos institutions, même quand elle s’exprime mal.

Il y a cet œillet au milieu de la déchetterie dont l’odeur est couverte mais qui nous fait dire que tout n’est pas perdu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze