Romain Jehanin
Avocat au Barreau de Paris / Conseiller municipal à Asnières-sur-Seine (92) / Ecrit parfois pour Chronik.fr sur l'actu politique et sociale
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 janv. 2019

Aucun grand débat national ne peut ignorer les questions sociales

Romain Jehanin
Avocat au Barreau de Paris / Conseiller municipal à Asnières-sur-Seine (92) / Ecrit parfois pour Chronik.fr sur l'actu politique et sociale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le mouvement des Gilets Jaunes a contraint Emmanuel Macron à tenter de réagir en organisant un « Grand Débat National » à compter de ce 15 janvier 2019.

Dans sa lettre aux Français.es, Emmanuel Macron a toutefois souhaité restreindre ce débat, et le circonscrire à quatre thèmes.

Certains thèmes, notamment ceux ayant trait au travail et à la protection sociale semblent ainsi interdits par l’exécutif.

Or, aucun grand débat national digne de ce nom ne peut ignorer les sujets sociaux.

Face à la colère sociale exprimée depuis des semaines, qui n’est pas qu’une colère fiscale, Emmanuel Macron ne peut pas se permettre de ne pas aborder la question du travail, des règles encadrant les relations professionnelles, ou encore de la protection sociale.

Il ne peut de même estimer unilatéralement, face à un mouvement révélateur de l’envie des citoyen.ne.s de prendre part à la chose publique, que les réformes menées depuis 20 mois en la matière sont les bonnes et ne doivent pas donner lieu à discussion.

En effet, l’esprit de ce débat public, sensé répondre aux aspirations exprimées depuis deux mois, ne peut qu’être galvaudé, dès lors que le Président de la République décide d’en exclure tel ou tel thème.

Son organisation et ses conclusions risquent dès lors de le restreindre à un échange incomplet voire frustrant, dont le terme nous laisse sur notre faim.

Ce d’autant plus que les récentes enquêtes d’opinion placent le pouvoir d’achat, les injustices sociales et les retraites au cœur des préoccupations soulevées par le Français.es. Or, ces thèmes relèvent naturellement de la fiscalité, mais également des domaines du travail et de la protection sociale.

Le mouvement des Gilets Jaunes, et plus globalement les préoccupations des Français.es, justifient donc pleinement l’inclusion des thèmes sociaux dans le débat.

De nombreuses questions se posent en la matière, intéressent les citoyen.nes, et ont souvent une influence fondamentale sur leur quotidien.

Ainsi, de nombreux sujets relevant du droit du travail peuvent et doivent être abordés dans le cadre du Grand débat national, afin d’en explorer collectivement les contours, et de chercher en commun la réponse que notre société souhaite y apporter.

Précarisation du CDI, absence de protection de notre pays face aux licenciements boursiers, égalité femmes-hommes, meilleure prise en compte de la pénibilité pour certaines catégories de travailleurs, participation accrue des salariés à la gestion de leur entreprise, reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle, situation des travailleurs des plateformes numériques, la liste, non exhaustive, de ces sujets, pourrait occuper l’espace du Grand débat à elle seule.

Plusieurs mesures prises par Emmanuel Macron au cours de ces vingt derniers mois doivent également pouvoir être discutées, telles la mise en place des barèmes prud’homaux, qui ont mis fin à l’idée de réparation intégrale du préjudice des salariés licenciés abusivement, et permettent dans bien des cas aux employeurs de licencier à moindre coût, ou l’inversement de la hiérarchie des normes, synonyme de recul de droits pour les salariés.

De même, les thèmes liés à la protection sociale ne manquent pas.

Bien au contraire, de nombreuses questions cruciales se posent en la matière, et sont à ce jour tranchées uniquement sous les ors de quelques cabinets ministériels, le rôle du Parlement se limitant souvent, dans la pratique macronienne du pouvoir, à celui d’une chambre d’enregistrement, dans ce domaine comme les autres.

Financement de la protection sociale, risques pris en charge, réforme des retraites, de nombreux sujets sont sur la table depuis un an, sans être encore réellement résolus.

Pourtant, on ne demande pas leur avis aux Français.es, quand le Grand débat national en serait l’occasion.

Plus que jamais, ce grand débat doit donc être ouvert aux sujets sociaux !

A défaut, le rendez-vous voulu par Emmanuel Macron ne sera qu’un lapin de plus pour les Français.es

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat