Romain Mathieu
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2009

Faire avec... la peinture

  “Cinq peintures”, le titre de l’exposition de Didier Demozay s’énonce à la manière dont se signale un travail, scansion d’une démarche développée depuis la dernière exposition du peintre à la galerie Jean Fournier en 2007. Juxtaposer deux ou trois couleurs sur la surface de la toile tendue sur châssis, étaler dans le blanc la couleur au pinceau faisant forme, souvent anguleuse ou simple rectangle, la peinture de Didier Demozay se réalise à l’intérieur de cette seule tension entre ses éléments que sont la couleur, la forme, le geste et la surface.  

Romain Mathieu
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

“Cinq peintures”, le titre de l’exposition de Didier Demozay s’énonce à la manière dont se signale un travail, scansion d’une démarche développée depuis la dernière exposition du peintre à la galerie Jean Fournier en 2007. Juxtaposer deux ou trois couleurs sur la surface de la toile tendue sur châssis, étaler dans le blanc la couleur au pinceau faisant forme, souvent anguleuse ou simple rectangle, la peinture de Didier Demozay se réalise à l’intérieur de cette seule tension entre ses éléments que sont la couleur, la forme, le geste et la surface.

Procéder à partir de cet évidement qui rend chaque peinture à sa nécessité et maintient la mise en question de sa possibilité. Si la radicalité d’une telle démarche s’accompagne d’une inévitable discrétion, les expositions personnelles du peintre (au 19 à Montbéliard en 2003 ou à l’Hôtel des Arts à Toulon en 2004) et collectives (Le bonheur des peintres à Collioure en 2005 ou La couleur toujours recommencée au musée Fabre de Montpellier en 2007) ont montré à la fois la singularité de ce travail et son inscription dans un développement de la peinture partagé notamment avec Stéphane Bordarier et Bernard Piffaretti.

Si les œuvres exposées à la galerie Jean Fournier poursuivent cette même recherche, elles révèlent aussi les transformations qui se sont opérées dans la pratique du peintre durant ces dernières années. Ainsi, face à ces peintures se remarque immédiatement l’utilisation nouvelle de très grands formats allongés (variant entre 180x270 cm et 180x320 cm) qui s’étirent horizontalement dans l’espace de la galerie. Se prolonge aussi la diminution du nombre de couleurs avec un rôle affirmé du noir articulé à une deuxième couleur pure et auxquelles s’ajoute le blanc de la surface apprêtée. Ce resserrement de la couleur intensifie la tension interne entre les formes colorées qui détermine la production d’un espace pictural. L’accroissement d’une instabilité et de la précarité du tableau dans les œuvres de 2006 se déplace ainsi dans la modification de l’espace pictural impliquée par les formats allongés. L’expansion latérale du format et le mouvement de fuite qu’il introduit s’articule à l’apparition de bandes verticales, résurgence d’un travail plus ancien de la fin des années 90. Lignes griffées noires à proximité des bords et enserrant la couleur ou bleues séparant deux formes noires dans une peinture, elles appartiennent aux questions de densité et de présence dans des rapports tenus au seuil d’instabilité. Elles agissent ici comme une prise de la surface de manière similaire aux formes anguleuses, non pas pour affirmer ou nier le tableau mais parce que celui-ci ne peut répondre au champ de tension interne par lequel se réalise la peinture de Didier Demozay. Ces lignes ne traversent pas le plan dans sa totalité et ne le divisent donc pas, elles n’indexent pas le tableau au réel comme fragment mais font advenir ce fragment comme espace pictural. Lignes et formes anguleuses sont autant de découpes de la surface en formes colorées d’où procède cette construction de l’espace entre morcellement et unité. Dans cette mise ensemble de surfaces, de formes et de couleurs, le diptyque, autre nouveauté dans le travail du peintre, pluralise cet espace fragmentaire et manifeste l’indéterminé d’une surface ouverte dont la peinture doit se saisir. Au risque de l’éparpillement et du discontinu, se radicalise la construction d’un espace pictural par la possibilité (en tant que telle toujours provisoire et jamais définitive) de coexistence de la couleur.

Peinture sans certitude donc, que la toile, le châssis, le pinceau et la couleur sortie du pot ne garantissent plus depuis longtemps, mais qui est à faire avec ce reste d’éléments qui la constitue. A partir de ce peu de matériaux, maintenir la permanence d’une question dans laquelle se déroulent l’histoire et l’exigence que l’homme y porte face à lui-même. On comprend alors comment cette peinture se lie à une histoire traversée notamment par Matisse, Hantaï ou l’abstraction américaine sans en faire le lieu d’un enfermement S’il faut construire, la destruction est aussi la part nécessaire d’une peinture à faire, intégralement mise en jeu en un temps et en un lieu. Ainsi, des œuvres détruites au cours de leur réalisation à celles exposées, la peinture se présente dans le mouvement d’un continuel recommencement où se joue à chaque fois la possibilité de commencer. Réside ici l’autre tension qui anime ce travail. La lutte qui s’en dégage n’est pas celle d’un sujet devant affirmer son existence mais celle d’une peinture face à son impossibilité, sa part d’échec. C’est à partir de ce “faire avec” que l’œuvre de Didier Demozay s’inscrit au présent et procède à un déplacement ou plutôt à un arrachement par lequel la peinture se survit, c'est-à-dire s’incarne. Si cette peinture se concentre dans sa capacité de présence, d’Etre là selon le titre du livre que le peintre réalisa avec Marcel Cohen en 2006, elle nous amène ainsi face à un devenir corps de la surface picturale où les formes s’inscrivent bien par la métamorphose constante d’un désir.

Romain Mathieu

Didier Demozay
5 peintures
Exsposition Galerie Jean Fournier
20 mai-27 juin 2009

A l’origine prévu pour une revue d’art mais rédigé trop tardivement pour être publié, cet article est pour moi l’occasion d’une première contribution au club de Médiapart.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras