PAS DE CLIENTS SCHIZOPHRÈNES CHEZ CARDIF !

Si les assurances et banques vivent, c'est bien parce que la souveraineté populaire leur en a donné le droit. Elles ont une mission de service public que tout le monde connaît. CARDIF semble l'avoir oublié et décide de ne pas être solidaire avec les personnes qui souffrent de schizophrénie !

Par un courrier en date du 23 décembre la société d'assurance CARDIF a fait savoir à l'un de mes patients "qu'elle considère sa pathologie comme un risque fortement aggravant" au point de refuser de l'assurer, ce qui a des conséquences négatives sur l'obtention d'un prêt immobilier.

Les banques et assurances privées existent parce que la souveraineté nationale accepte de leur en donner le droit, elles s'engagent d'ailleurs à ne pas oublier leur mission de service public et l'exercice de la solidarité.

En apportant cette réponse (qui sera bientôt rendue publique), CARDIF fait savoir aux personnes souffrant de schizophrénie que leur vie dans notre société sera différente chez eux par rapport aux personnes en bonne santé psychique. Un fardeau de plus, et pas des moindres, puisqu'ils ne peuvent tout simplement pas contracter un prêt ! 

CARDIF a également fait savoir autre chose aux malades mentaux, ils n'ont pas le droit au même respect qu'aux personnes en bonne santé puisqu'ils n'auront pas pris moins de 6 mois à leur apporter cette réponse !

L'auteur invite les lecteurs à partager au maximum ce billet de blog. En ces temps de révolte, ce dernier rappelle à quel point dans la société actuelle, les personnes les plus fragiles sont les plus persécutées.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.