J-573 : Ebenisterie, Flubisterie, Bigoterie et Anerie

Ebenisterie

La phrase à la mode dans la bouche du gouvernement, c'est "coup de rabot". Leur nouveau gros mot, c'est donc la "rigueur".

Pourtant, elle est là, à tous les étages de l'économie. On rabotte les "niches fiscales" qui touchent tout le monde. On réforme la retraite en faisant trinquer à 85% les salariés. En supprimant la taxe professionnelle, on alourdit les impôts locaux, en faisant croire que cela est dû à la politique locale, de gauche en général.On sucre les remboursements de medicaments de luxe tels que le spasfon, les femmes enceintes apprécieront.

A ce niveau là, on se disait qu'ils devraient se reconvertir dans l'ébénisterie... Raboter et vernir, ça correspond plutôt bien à la politique actuelle.

 

Flibusterie

Ca y est, Nicolas Sarkozy est au plus bas dans les sondages... La faute sûrement à tous les chantiers de régression sociale ouverts cet été, à la honte internationale qu'il nous refile régulièrement ou à la politique "sécuritaire" tendance Occident canal historique... rayez la mention inutile...

Alors, après cette séquence catastrophique, l'Elysée se devait de réagir. Après l'été "Dehors les bougnouls", il faut faire mine de tourner à gauche, pour contenter les amis villepinistes et centristes mais pas trop, qui vomissent en général ce genre de politique.

D'abord, on annonce qu'on envisagerait éventuellement, peut-être, de remettre en cause, du moins en partie, le début du commencement du bouclier fiscal. Disons que 35 millions rendus à Lilianne Bettencourt, pour qu'elle soit imposée à 20% au final, c'est à dire moins en pourcentage qu'un cadre supérieur alors qu'elle a un revenu de 175M€/an net imposable, c'était un peu dur à avaler, même pour les adeptes d'Adam Smith, près à nous chanter le refrain désormais classique des impôts qui font fuir les riches ... Paroles, paroles, paroles... dirait la chanson, on attend toujours les actes.

Au sortir des journées parlementaires de la majorité, on préssentait Bruno Lemaire pour succéder à François Fillon. Le problème c'est que Lemaire, né à Neuilly sur Seine, diplomé de rue d'Ulm et de l'ENA, est loin de pouvoir représenter la plèbe. Alors, on nous sort Borloo, né à Paris 15ème, certes, mais universitaire, caricaturé par les guignols en poivrot sympa, et surtout ancien maire de Valenciennes, l'archétype de la ville de prolots. Ces derniers, on s'en fout ... ce qui intéresse c'est le centre droit...

Les bouliers sont sortis... on verra au prochain sondage...En attendant, la différence entre une politique de droite libérale menée par un libéral, et une politique de droite libéréle menée par un centre droit, c'est juste la morale du type qui tient la barre... celui qui est à la vigie là haut, il sait où il va...

Bigoterie

Où est donc passée la laïcité ?

De Gaulle dont tout le monde sait qu'il croyait en Dieu n'aurait jamais osé. Il allait dans les églises mais ne se signait jamais, et surtout pas en public. Il n'allait pas communier par respect pour le concept de laïcité

La droite décomplexée, est-ce la droite qui peut se permettre tous les excès ? Est-ce la droite qui peut baffouer l'héritage même de son propre référent ?

Pas fervent pour un sou, tolérant quand ça lui plaît, Nicolas Sarkozy, lui, calcule... Le centre droit est chrétien démocrate, la droite bigote de Christine Boutin cherchait son nouveau credo. La pêche est sûrement bonne... pendant qu'on saborde l'un des concepts fondamentaux de notre République.

Anerie

J'ai écouté Rama Yade, ce matin sur RMC. Qu'est-ce que j'ai pu rire...

J'avais une bonne opinion de ce drole d'OVNI politique qu'est Rama Yade. Le mélange était subtil. Je la pensais de gauche alliée de circonstance à la droite, genre je passais par là, j'ai vu de la lumière. Mais finalement non...elle est juste libérale et pis c'est tout.

Je vous conseille le passage où elle dit une anerie sur le fait que les jeunes devraient être pour la réforme de la retraite. Il faudrait vraiment lui dire que ce n'est pas en maintenant des gens au boulot jusque 67 ans que ces jeunes trouveront du boulot, qu'ils ont déjà du mal à en trouver...

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.