J-590 : Liberté, Egalité, Si t'as du blé....

Nous devons cette phrase à l'excellentissime Akhenaton, leader du non moins excellentissime groupe IAM, dans son album introspectif "Métèque et Mat", un album qui continue à être pour moi d'une signification particulière, de part mes origines et mes positions politiques.

Le titre : "Lettre Aux Hirondelles"

Le sujet : De l'importance de la réussite de l'ascenceur social en banlieue...

Année : 2003

Comme une gangrène, le modèle de la réussite devient le gangster. Scarface, Tupac, Notorious BIG sont les nouveaux modèles d'une génération perdue de français de banlieue, d'origine étrangère ou non. Le gangster cotoie de temps en temps l'ingénieur, et le traite désormais avec condescendance en le tançant avec son argent facile et sa voiture de sport, les meilleures preuves de sa réussite. Au programme, drogue, flingues, casses et prison... Tout pour faire pleurer maman à la barre... Les quartiers lassés par les promesses, délaissés par l'Etat, bunkerisés par la politique de sécurité de Nicolas Sarkozy, partent en couille sérieusement et ça date pas d'hier....

L'ingénieur, malgré ça, se dit que lui n'ira pas en prison car il respecte la République. Sauf qu'elle, la République, elle l'emmerde... Pour rentrer chez lui, il doit faire face aux contrôles quasi quotidiens dans les transports publics. Nul doute que sa tête de métèque à lunette indique forcément qu'il est proche du délit. Impossible de partir de cette foutue banlieue car, pour ça, il faudrait qu'il s'appelle Nicolas, ou Brice, enfin un truc qui sonne bien français. Lorsqu'il veut se divertir, on lui refuse l'entrée de la boîte "Tu comprends, les baskets..." mais pas des filles avec lesquelles il est venu.

Quel rapport entre les affaires Bettencourt et Widelstein me direz-vous ?

Les affaires Bettencourt et Widelstein sont sans nul doute une nouvelle mauvaise nouvelle pour ceux qui se battent chaque jour pour convaincre leurs enfants ou leurs amis que le chemin du bonheur passe d'abord par les études quelle qu'elles soient, puis par le mérite mais jamais par le traffic et la corruption.

Le point commun entre tous, c'est qu'ils se foutent de la République. Pire, j'entendais encore hier la majorité se justifier sur l'affaire en arguant qu'il est humain d'avantager ses amis, et que la gauche de Mitterrand en avait fait autant. Certes, mais est-ce une raison ?

Pour étayer la thèse selon laquelle la République des copains est en place, on se souviendra de l'épisode de l'EPAD, du limogeage de Genestar à la direction éditoriale de Paris Match, du limogeage de Pommier, Porte et Guillon sur France Inter, de la nomination de Remy Pfimlin à la tête de France Télévision, des légions d'honneurs donnés aux amis artistes (Mireille Matthieu qui avait chanté lors de son élection en 2007, Franck Albert Nahmani - son couturier-, Jean Marie Bigard - qui affichait son soutien en 2007 - etc.), ou aux généreux donateurs de l'UMP (Bettencourt, Widelstein, Bouygues, Pérol cf. plus loin...), de l'affaire de l'envahissement du jardin de Christian Clavier par les nationalistes corses avec recherches ADN, du limogeage régulier des prefets non sarkozystes, de la curieuse présence en masse des groupes Lagardère, Bolloré et Dassault dans l'audiovisuel privé et la presse écrite, de l'éviction de Denis Ranque, président pourtant irréprochable de Thales, et la nomination de Luc Vigneron à la tête du gorupe en même temps que l'entrée au capital en masse de Dassault, l'un de ses principaux concurrents, les nominations d'Henri Proglio à la tête d'EDF, de Stéphane Richard - directeur de cabinet de Christine Lagarde - à la tête de France Telecom, de François Pérol - secrétaire général adjoint de l'Elysée- à la tête du groupe BPCE (Banques Populaires, Natixis, etc.), de Christine Ockrent - épouse de Bernard Kouchner - à la tête de TV5 Monde, de Pierre Mariani à la tête de Dexia, de Christian Charpy à la tête de Pole Emploi.

Mais dormez tranquille, ce n'est que la partie visible de l'iceberg...

Comment dire ensuite que tout ce beau monde doit sa place ou sa récompense à son mérite ? Comment dire ensuite à nos jeunes de cité qu'ils ont un avenir en respectant les règles que les dirigeants même de la République ne respectent pas ou ne font pas respecter ?

République vient du latin Res Publica, qui veut dire en quelque sorte "la loi est la même pour tous"... Personne ne doit prendre à la légère ce qui se passe en ce moment, et la profondeur du malaise qui touche toutes les couches de la société française.

 

Nicolas Sarkozy nous offre un oxymore : la République oligarque...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.