On a l’histoire courte !


Depuis les attentats du 13 novembre, j’entends ça et là autour de moi des gens – et même des amis – affirmer de manière directe ou par périphrases que les musulmans de France sont responsables. Ou du moins tous susceptibles d’être des terroristes potentiels.

Mon amie S., musulmane qui porte le hijab, a une terrible envie de partir s’exiler, mais où ? – pour ne plus entendre ces remarques racistes, pour ne plus voir ces regards courroucés et suspicieux.

A la radio, dans les journaux, nombreux sont ceux qui présentent l’équation musulmans égalent terroristes comme allant de soi.

Hier, en parlant des attentats, ma belle-mère a raconté l’histoire de ce couple de voisins, lui sans papiers égyptien, elle, écossaise, dont cette dernière s’est voilée du jour au lendemain. Quel rapport y-a-t-il avec les attentats ?
Chacun semble avoir une anecdote à raconter sur tel voisin, telle connaissance, et qui alimente insidieusement cet amalgame inique entre musulmans et terroristes.

Un ami me disait récemment qu’il fallait suspecter, voire arrêter tous « les barbus à babouches ». Mais ceux du 13 novembre ne portaient ni barbe ni babouches.

Je suis choquée que beaucoup, des hommes politiques, et pas que de droite, des journalistes, des personnages médiatisés, se permettent de désigner, sans retenue, les musulmans (tous les musulmans) comme étant les responsables, les boucs-émissaires, les coupables.

Mais ils ont la mémoire de leur Histoire courte.
Ont-ils oublié ?

Ont-ils oublié ces communautés que l’on a stigmatisées (et que l’on stigmatise encore dans certains pays), parfois pourchassées et persécutées ? Les Italiens, les Polonais, les communistes, les chrétiens, les homosexuels, les noirs, les résistants, les protestants, les juifs, les Roms, certaines ethnies  minoritaires en Afrique noire, cette liste n’étant pas exhaustive ?

Ont-ils oublié ce que d'autres leur ont fait subir, ce manque d'humanité intolérable qui nous indigne unanimement aujourd'hui?

L’Histoire doit nous aider à faire, à penser différemment et à ne pas répéter indéfiniment nos erreurs. Elle doit nous servir de boussole.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.