Passe sanitaire et bibliothèques

Le pass sanitaire est désormais mis en place, pour des raisons de santé publique, parait-il… Et l’accès à la lecture des personnes précaires dans tout ça ?

Rappel sur le pass sanitaire

Avant de commencer cet article, qu’est-ce que le pass sanitaire ? C’est, selon le site du gouvernement, la présentation numérique d’un certificat de vaccination. Ce pass sanitaire sera nécessaire pour accéder, entre autres, aux lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de cinquante personnes. Lieux dont font donc partie… les bibliothèques.

 

Ceci  n'est pas un article en défaveur de la vaccination !

 Attention, je tiens à préciser que je ne suis pas réfractaire à la vaccination, et que les comparaisons que j’ai pu lire entre un pass sanitaire et une étoile jaune me font vomir.  J’ai moi-même été vaccinée dès que j’en ai eu la possibilité et je considère que c’est une nécessité pour des raisons de santé publique. Je serais même favorable à une vaccination obligatoire. Nous avons déjà des vaccins obligatoires, il est possible d’en ajouter un à la liste sans s’encombrer d’un pass sanitaire. Oui, car il se trouve que le pass sanitaire est une entrave à la liberté et va repousser de nombreuses personnes, même vaccinées, hors des bibliothèques.

Exclusion des personnes précaires

Les premières personnes exclues des bibliothèques sont celles qui n’auront pas eu le temps d’être vaccinées avant la mise en œuvre du décret. Le délai est trop court pour que toutes les personnes volontaires non encore vaccinées aient leur deuxième dose. Quid également des personnes qui souhaiteraient être vaccinées mais n’ont pas de couverture sociale ? Quid des personnes qui ont bien une carte Vitale, mais qui, éloignées du numérique, ne sont pas parvenues à prendre rendez-vous dans un centre de vaccination ?

Le site du gouvernement indique que : « Une fois votre certificat de vaccination en main, il suffit de scanner le QR Code de droite pour l’importer et le stocker en local, dans votre téléphone, grâce à TousAntiCovid Carnet. ». Il « suffit » donc… de posséder un smartphone ? Rappelons tout de même qu'on peut présenter le document imprimé.

Une démarche administrative intrusive

Pour entrer dans une bibliothèque, il faudra donc fournir des informations personnelles, nom, prénom, numéro de sécurité sociale, extrait du dossier médical. Or, jusqu’à présent, dans une bibliothèque, nul n’avait à fournir ces informations. Certes, des informations personnelles étaient demandées à l’inscription (et on peut encore discuter la pertinence de la présentation d’une carte d’identité et d’un justificatif de domicile pour l’inscription en médiathèque), mais pas pour le simple usage des lieux. Jusqu’à aujourd’hui, en bibliothèque municipale, chacun est libre d’entrer pour consulter la presse, étudier sur place, fureter dans les rayons, utiliser les toilettes, recharger son téléphone. Les bibliothèques accueillent également des écrivains publics pour assister les personnes en situation de précarité, parfois d’illettrisme ou d’illectronisme afin de les assister dans des démarches administratives.

Voici donc les premières personnes exclues des bibliothèques, mises en danger par le pass sanitaire. D’autres le sont encore. Même vaccinées, des personnes précaires vont craindre de subir un contrôle à la fois d’identité et de santé, par peur d’exclusion ou de représailles. Je pense en particulier aux personnes transgenres dont le numéro de sécurité sociale, ou le prénom inscrit sur la carte vitale ou le pass sanitaire correspond au genre assigné à la naissance. Ces personnes vont devoir prendre le risque de s’outer en temps que personnes trans, de dévoiler une information intime, et donc de se mettre en danger, ou de se mettre en situation de répondre à des questions indiscrètes.

Croyez-vous donc que ces personnes vont risquer de se mettre en danger pour emprunter de nouvelles sagas de fantasy, ou plutôt qu’elles vont se protéger, et perdre un accès (leur seul accès, peut-être) à la lecture ?

Les lourdeurs administratives font fuir et rebutent de nombreuses personnes, qui n’osent pas s’inscrire en bibliothèque. Alors que, de plus en plus, les bibliothécaires réfléchissent à un meilleur accueil de tous les individus, pour un meilleur accès à la lecture publique, voilà un couperet : pas de pass, pas de bibliothèque.

Accès pourtant nécessaire à l'information

Ironiquement, cette mesure peut aussi conforter les personnes « antivax » dans leur ignorance. Les bibliothèques accompagnent dans l’accès à la culture et à l’information, elles sont un outil pour le développement de l’esprit critique. Refusons à une personne « antivax » de s’informer et de s’instruire, elle ne changera donc jamais d’avis : ça n’est même pas cohérent d’un point de vue de santé publique.

Comment l'appliquer ?

                Pour finir, quelle application concrète possible pour ce décret ? Avec quel outil contrôler les pass sanitaires à l’entrée de la bibliothèques... et avec quel personnel ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.