Affaire Dieudonné, affaire d'État?

Octobre-novembre 2013...Une conversation impromptue avec un ami me met la puce à l'oreille : d'où vient ce lynchage médiatique ? D'où vient cette unanimité ? J'ai connu et apprécié ce comique il y a quelques années et me demande comment soudain il a pu devenir le mal incarné, à lui tout seul.Ayant bien lu mon Chomsky et bientôt en retraite, méfiant devant les médiacrates de tout poil, je dispose de temps pour éplucher tout ce que je trouve sur ce sujet, sur Internet et ailleurs : spectacles, interview, vidéos et débats.

Octobre-novembre 2013...
Une conversation impromptue avec un ami me met la puce à l'oreille : d'où vient ce lynchage médiatique ? D'où vient cette unanimité ? J'ai connu et apprécié ce comique il y a quelques années et me demande comment soudain il a pu devenir le mal incarné, à lui tout seul.
Ayant bien lu mon Chomsky et bientôt en retraite, méfiant devant les médiacrates de tout poil, je dispose de temps pour éplucher tout ce que je trouve sur ce sujet, sur Internet et ailleurs : spectacles, interview, vidéos et débats.

Le bonhomme ne fait pas toujours dans la dentelle, mais après en avoir fait un bon tour, je ne parviens pas à trouver un seul propos antisémite, sauf au second degré. Pire, il me fait souvent bien marrer, bien plus que n'importe lequel des comiques "mainstream" (média-compatible) actuels.

Il est souvent dans l'outrance, choquant, mais le percevant surtout comme un provocateur, j'ai cherché à comprendre mieux ce personnage et ses saillies les plus connues.


Les accusations

Certaines accusations très graves me semblent mériter des éclaircissements(1).
- Les attaques "anti-juives" sont toujours tournées vers les puissants et uniquement contre les sionistes. S'il fait souvent référence aux liens étroits entre la classe politique et médiatique avec les inconditionnels d'Israël, je n'ai pas trouvé une seule attaque contre le "juif de base".
- Il s'en prend aux groupes et associations qui relaient la politique d'Israël ou contrôlent nos vies, en France.
- La boutade sur Patrick Cohen et les chambres à gaz, sortie de son contexte, est inacceptable. Quel est le contexte ?
Peu de temps avant, Patrick Cohen, journaliste animant le 7-9 de France Inter, s'en est pris à Frédéric Taddei (patrick-cohen-et-frederic-taddei), au prétexte que ce dernier recevait "tout le monde" dans son émission hebdomadaire "Ce soir ou jamais". Dieudonné avec d'autres est qualifié de cerveau malade par le journaliste de France Inter. Ce dernier ajoute qu'il tient une "liste noire", et que Dieudonné en fait partie..
Il semble incroyable qu'aucun journaliste n'ait réagi sur le fait qu'un des leurs puisse maintenir une liste noire dans leur corporation. Dans ce contexte la sortie certes outrancière du comique se comprend différemment que comme un simple regret de la disparition des chambres à gaz.
- Pour l'invitation du négationniste Faurisson, les choses sont plus simples bien que plus excessives : cette provocation permettait de mettre en parallèle le négationniste des chambres à gaz et le négationnisme d'un État objectivement colonial et ses portes parole français, quant à l'histoire de la Palestine.
- En instrumentalisant la Shoah, les sionistes français ont réussi à imposer dans notre société une sorte de hiérarchisation des génocides. Ce qui donne une situation où la Shoah est commémorée bien plus que d'autres souffrances de notre histoire (l'esclavage dans les colonies françaises, la guerre d'Algérie, etc). C'est de cette situation injuste dont parle la chanson satirique Shoananas.

Et plus généralement, ce "deux poids, deux mesures", cette injustice imposée par l'oligarchie est au centre du discours de Dieudonné.

Si l'on veut bien me faire crédit de cette interprétation du "racisme" de Dieudonné, venons-en à l'essentiel : tout ceci est évidemment très politique. Bien plus que ce que pouvaient raconter des Coluche ou autres Desproges.


Ce que j'ai trouvé dans le discours de Dieudonné

Il parle souvent de l'importance du rôle de ce lobby sioniste sur nos vies. En France mais aussi dans le monde.
Je suis consterné par la confusion soigneusement entretenue (2) entre antisémite et antisioniste, depuis longtemps. Faut-il rappeler que le sionisme fait référence à la notion de peuple élu, structurellement raciste envers les non-juifs ?
Cet amalgame a permis depuis des décennies de traiter d'antisémite quiconque s'en prenait à la politique de l'extrême droite qui mène la politique d'Israël.
J'étais certes conscient du poids des rapports entre Israël et les États-Unis, ces derniers complètement tenus par les sionistes américain quant à leur politique au proche orient. Mais je ne réalisais pas que la situation était quasiment la même en France : il suffit de regarder les actes de la plupart de nos dirigeants, tous partis confondus.
Choqué par ses positions sur les Roms, je ne réalisais pas non plus à quel point le ministre de l'Intérieur était  dévoué au service d'Israël (Manuel_Valls_impartial_et_Républicain), à quel point il pratique deux poids deux mesures.
J'ai découvert aussi ce signe grossier et franchouillard mais plutôt drôle de la "quenelle", qui servait de signe de ralliement aux "fans" de Dieudonné.


L'incroyable manipulation

Et puis j'ai vu enfler fin 2013, cette abracadabrante interprétation de la quenelle entretenue et gonflée par le président du CRIF(3) : ce serait "un salut nazi inversé" (!). On croit rêver, mais non, c'est plutôt un cauchemar.

On aurait pu laisser ce délire aux paranoïaques qui l'ont lancé, mais au contraire, cela a été repris en boucle et amplifié non seulement par les médias, mais aussi par le ministre de l'Intérieur ! Il  semblait avoir trouvé le prétexte qui lui manquait pour attaquer à mort, cet empêcheur de tourner en rond. Lorsqu'on voit l'acharnement du ministre à faire prendre au premier degré ce que dit Dieudonné, on se demande quel est le compte personnel qu'il règle.
Quel prétexte avait jusque là notre ministre pour interdire cette libre expression publique ? Le trouble à l'ordre public. Insuffisamment qualifié : les spectacles se sont toujours passés dans le calme et la bonne humeur. Qu'importe, un Conseiller d'État (4) arrive à la rescousse, propose de troubler l'ordre public pour faciliter la tâche du ministre (Dieudonné_et_l_ordre_public) ! Incroyable renversement des valeurs. Un spectacle qui se déroulait jusque là dans le calme, devient un trouble à l'ordre public. Personne n'a songé à s'offusquer de cette intervention belliqueuse d'un Conseiller d'État et à le confronter à la justice.
Dans le même temps, les services juridiques du ministre lui concoctent une circulaire dans laquelle on invente un problème de respect de la dignité humaine dans les spectacles de Dieudonné ! L'invention est géniale et la suite on la connait.


Exit

Les spectacles de Dieudonné sont interdits par des juges qui ont statué en référé. Qu'en sera-t-il lorsque d'autres juges apprécieront le fonds de l'affaire. Rien n'indique que les décisions aillent dans le même sens.
Le résultat de tout ceci est que par ces interdictions, la liberté d'expression a pris un bien mauvais coup dans notre pays. En passant, c'est l'exécutif qui a pris le pas sur la justice, et qui a décidé de ce qui est drôle ou non. Ce rêve du ministre de l'Intérieur et ses soutiens, de bâillonner tout opposant, prend le pas sur des valeurs que l'on avait vu défendues depuis les lumières.
Ce n'est pas tout : Monsieur le Ministre s'en prend à l'Internet, inacceptable espace de liberté pour tous, ennemi s'il en est pour cette oligarchie néo-totalitaire.
L'obsession du pouvoir depuis une dizaine d'années est de verrouiller Internet, pour des raisons commerciales, mais aussi idéologiques. Plusieurs raisons ont été invoqués successivement, et de nombreuses lois, en général dépassées avant même d'être promulguées, ont vu le jour (DADVSI, Hadopi, etc). Le manque de vision des politiques sur ce nouveau monde de la diffusion du savoir est patent. Et on ne fait pas mieux sous Hollande que sous Sarkozy. Au contraire, on s'attaque maintenant ouvertement à la vie privée, ce que personne n'avait jamais osé faire (derive-du-politique-vers-la-surveillance-generalisee)
La mauvaise raison est donc aujourd'hui trouvé pour mettre en place le contrôle sur les contenus, qui avait toujours été refusé en France, même lorsqu'il s'agissait de combattre le terrorisme.
Sous le prétexte fallacieux de limiter l'expression raciste, ce pouvoir rogne un peu plus notre liberté.
La neutralité de l'Internet est entre les mains et le bon vouloir d'un gouvernement sans vision, appuyé ouvertement par une ministre de la Culture consternante dans un rôle de censeur (Filipetti_bfmtv), d'un ministre de l'intérieur quasi-xénophobe, instrumentalisant les "valeurs de la République" qu'il bafoue régulièrement quand ça l'arrange(5), se servant du prétexte de l'anti-racisme(!).
En termes de liberté on commence à s'approcher vertigineusement de la Chine. Et ceci a été fait par un gouvernement de "gauche". Monsieur Sarkozy en rêvait.

"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux.". Benjamin Franklin.


 

(1) Condamné un nombre conséquent de fois, Dieudonné a aussi été relaxé un nombre conséquent de fois.
(2) Par les médias, le monde politique, des associations proches du sionisme, ...
(3) CRIF : Conseil Représentatif des Institutions juives de France.
(4) Nicolas Sarkozy nomme Arno Klarsfeld conseiller d'État au tour extérieur lors du conseil des ministres du mercredi 27 octobre 2010, une fonction pour laquelle il perçoit 7.500 euros net par mois. Il représente par ailleurs le FFDJF (Fils et Filles de Déportés Juifs de France). Il a soutenu la guerre en Irak.
(5) Ses position sur les Roms qui n'ont pas "vocation à s'intégrer", sans parler des musulmans et leur voile.
Autres liens :
Dieudonné s'explique chez Taddei : https://www.youtube.com/watch?v=_rNyLnG_jZA
Vu de Suisse : http://ecosynth.wordpress.com/dieudonne-humoriste-humaniste-et-quenelles/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.