Liberté, j'écris ton nom.

La situation sanitaire exige des mesures extraordinaires. Des mesures parfois très mal acceptées par une partie de la population comme la vaccination rendue obligatoire à partir du 9 août. Macron renvoie à l'irresponsabilité des anti-vaccins, je renvoie à l'irresponsabilité de Macron. Face aux contre-vérités proférées chaque jour, les médias et les citoyens, ont le devoir de prendre la parole.

Une chose est très claire, la situation sanitaire et les mesures prises récemment montrent qu’Emmanuel Macron est le pire président de la cinquième République.

Je ne prétends pas saisir le monde dans sa complexité et sa globalité ni ne prétends être un esprit brillant et surplombant. Contrairement à notre président, je n’ai pas de passe-droit lié à ma fonction et contrairement à notre président j’aspire à l’humilité et à l'écoute d'avis contradictoires.

Simple citoyen, je peux désormais prétendre à un passe-droit que l’on nomme aujourd’hui « pass sanitaire ». Pourtant il y a quelques semaines le gouvernement dans son ensemble, par la parole du dieu/roi Macron, promettait que jamais, ô grand jamais, le vaccin ne serait rendu obligatoire.  Force est de constater qu’il l’est devenu.

Personne n’est dupe, l’instauration du pass sanitaire et les tests PCR qui vont devenir payants renvoient très clairement à une obligation vaccinale. Je dois vous avouer, j’ai été naïf. Naïf parce que je me disais qu’une telle chose serait impossible puisqu'elle renverrait à une situation connue notamment par les noirs américains à savoir : la ségrégation. Le mot me choque. L’idée même qu’en France une ségrégation vaccinale puisse voir le jour me faisait frémir et c’est ainsi que je n’arrivais pas à penser cette possibilité.  Certains d’entre vous vont sans doute me dire : certains vaccins sont déjà obligatoires. Oui, je le concède. Cependant jamais il n'a été question de ne pas pouvoir aller au théâtre, au cinéma, au restaurant, à la bibliothèque… Bref il n'a jamais été question d'une ségrégation quotidienne ! Je suis conscient qu’utiliser un tel mot peut paraître tout à fait choquant, voire malvenu. Cependant comment appeler une telle chose ? Nous faisons le même constat : alors que le gouvernement affirmait que le vaccin ne serait en aucun cas rendu obligatoire, dans les faits il le sera à partir du 9 août (et l’est déjà depuis le 21 juillet pour certains lieux).  

La situation ne serait pas si grave si le gouvernement Macron n’était pas depuis le début à côté de la plaque. La situation est inédite, certes, des erreurs peuvent être commises… Cependant, Macron renvoie à l’irresponsabilité des anti-vax, je renvoie à l’irresponsabilité de Macron. Être un responsable politique de premier plan implique de grandes responsabilités, tout ce que je vois c’est le mépris de la science, le mépris du peuple.

Souvenons-nous de la porte-parole du gouvernement de l’époque, Sibeth Ndiaye qui indiquait en concert avec Olivier Véran que l’usage du masque « n’est pas utile en population générale » ! Souvenons-nous de Jean-Michel Blanquer qui indique depuis 2020 que l’on ne se contamine pas à l’école ! Encore aujourd’hui, ce même ministre dit sciemment des contre-vérités : « Quand vous êtes vacciné, vous ne risquez pas de contaminer les autres. ». C'est une honte. On voit ici que nous n'avons plus à faire à des erreurs mais à des mensonges éhontés... c'est d'autant plus grave que ces mensonges sont utilisés pour justifier une ségrégation. 

Je constate qu’en France, en 2021, il nous est impossible d’aller en bibliothèque sans avoir un pass sanitaire ou un test PCR (bientôt payant) alors que nos élèves et professeurs peuvent aller à l’école sans être vaccinés puisqu’"on ne s’y contamine pas".  Je constate que bientôt ces mesures seront renforcées et que nous allons devoir montrer un pass sanitaire ou un test PCR à presque toutes les activités quotidiennes alors que le protocole 2021-22 de l’éducation nationale ne prévoit pas la fermeture des écoles en cas d’une reprise de l’épidémie dans le secondaire. 

Je constate pour finir que les grands médias et les journalistes qui les composent ne font pas leur travail. Comment est-ce possible qu’en France, en 2021, des journalistes laissent dire des contre-vérités scientifiques ? Qu'il n'y a jamais lors d’interviews de Castex, Véran, Blanquer une parole contradictoire ? Encore une fois, comment peut-on laisser dire que personne ne se contamine à l’école ?  Comment peut-on laisser un gouvernement dire une chose puis faire une autre ? Ces paradoxes me choquent. Ils me choquent d'autant plus qu'ils empêchent les gens de vivre leur vie, ils me choquent d'autant plus qu'ils tuent. Les journalistes, les citoyens ont pour responsabilité de dire les choses, c'est pourquoi j'ai pris la plume aujourd'hui.

J'écris pour la responsabilité de chacun, j'écris pour la liberté.  

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.