Rectorat d'Aix-Marseille : orthodoxie économique contre neutralité républicaine

Juin 2018 : à l'occasion des Rencontres Économiques et des Rencontres Déconnomiques, le Recteur d'Aix-Marseille choisit l'orthodoxie économique plutôt que la neutralité républicaine.

En 1992 est créée à l'initiative de Jean-Hervé Lorenzi, une association loi de 1901, le Cercle des économistes, dont l'objectif est "de promouvoir un débat économique ouvert et accessible à tous". Le Cercle des économistes organise différents événements annuels dont les Rencontres Économiques d'Aix-en-Provence, sponsorisées par un certain nombre d'entreprises (Axa, Google, LVMH ...), des collectivités territoriales, mais aussi Aix-Marseille Université ou l'IEP d'Aix-en-Provence. L'association regroupe 30 membres se situant politiquement entre le PS libéral et la droite libérale. D'ailleurs, Jean-Hervé Lorenzi a lui-même appelé à voter François Hollande en 2012 en raison de « la pertinence des options [proposées], en particulier pour ce qui concerne la reprise de la croissance et de l'emploi » (!).

Très vite néanmoins, il apparait que les Rencontres Économiques sont plus un lieu de diffusion de l'orthodoxie libérale qu'un véritable lieu de débat ouvert. A tel point que se monte une contre-manifestation annuelle simultanée dès 2012 appelée Rencontres Déconnomiques. Ces rencontres naissent du triple constat de l'aveuglement des économistes orthodoxes n'ayant pas vu venir la crise bancaire et financière de 2008, de l'omniprésence de ces mêmes économistes dans les media et de l'inféodation de ces derniers au système bancaire et financier qui souvent les rémunère. Elles soutiennent des Sciences Économiques ouvertes sur la société et au service des peuples. Depuis, de nombreux économistes y sont intervenus : Frédéric Lordon, Jacques Généreux (avant la publication de son livre éponyme) ...

Depuis 2012, les deux manifestations coexistent. La première, dans un lieu institutionnel, la faculté de Sciences Économiques. La deuxième, qui prend plus des allures de "salon des refusés", dans les parcs de la ville (Rambot puis Saint Mitre).

Professeur de sciences économiques et sociales, quelle ne fut pas ma surprise en ce début du mois de juin, de subir une certaine pression de ma hiérarchie (inspection pédagogique régionale + chef d'établissement) pour inscrire mes élèves de terminale (triés sur le volet, faut pas exagérer) pour participer à une Master Class des Rencontres Économiques le 6 juillet au matin ! C'était le cabinet du Recteur qui le demandait. Par contre, rien sur les Rencontres Déconnomiques qui pourtant cette année, sont organisées autour d'un thème central des programmes de lycée, la monnaie ! Il se trouve que le vendredi 6 juillet est prévue une conférence de Philippe Aghion aux Rencontres Économiques, qui, comme le soulignait Mediapart récemment, a été conseiller économique du candidat Macron mais est aussi membre de la commission chargée de réécrire les programmes dans le cadre de la réforme des lycées.

Bref, voilà où nous en sommes en Macronie :

- Un Recteur qui n'encourage les élèves (via leurs enseignants) qu'à assister à des conférences de sciences économiques faites par un conseiller économique du candidat Macron, ignorant totalement les conférences organisées en parallèle : où est la neutralité républicaine ?

- Un intervenant conseiller économique du candidat Macron chargé de la réécriture des programmes de sciences économiques des lycées dans le cadre de la réforme : où est l'éthique, la probité ?

- Un IPR et un Proviseur qui relaient docilement : où est l'esprit critique ?

Au secours !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.