Moi, Rouge-Gorge, antisioniste mais pas antisémite !

Il est important de pouvoir s'exprimer à ce sujet avant que la loi ne nous en empêche.

Je n'aime pas Monsieur Finkielkraut. Il est à la fois raciste, méprisant et réactionnaire. Je n'aime pas Monsieur Finkielkraut et c'est mon droit. Mais ce n'est pas parce qu'il est Juif. J'apprécie par ailleurs Hannah Arendt pour ses écrits philosophiques, Vladimir Ashkenazy pour sa musique, Jean Zay le ministre de l'éducation du Front Populaire mort d'une balle dans le dos, Robert Badinter pour son engagement contre la peine de mort ou Simone Veil. Monsieur Finkelkraut peut bien vénérer le Dieu qu'il veut, c'est son droit. Pour ma part, je n'en vénère aucun.

Ce que je reproche à Monsieur Finkielkraut, c'est de cautionner cela :

Résultat de recherche d'images pour "frontiere, etat, israel"

Ou encore cela :

https://www.ouest-france.fr/monde/palestine/israel-huit-mois-de-prison-pour-une-adolescente-devenue-une-icone-palestinienne-5636086

Monsieur Finkielkraut ne méritait pas d'être insulté, de surcroit par quelqu'un qui lui dit : "La France est à nous. Rentre à Tel Aviv". Monsieur Finkielkraut a simplement besoin qu'on puisse lui apporter la réplique sur le terrain politique. Cela sera prochainement rendu impossible si la définition de l'antisémitisme dans le droit français inclut l'antisionisme.

Cela méritait d'être précisé avant de tomber sous le coup d'une loi liberticide qui ne fera qu'attiser l'antisémitisme le plus infâme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.