Roxana Eminescu
Mémé en colère
Abonné·e de Mediapart

63 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juin 2022

Les macro-lois de Murphy

Tout ce qui est susceptible d’aller mal ira mal

Roxana Eminescu
Mémé en colère
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plus de policiers et moins d’école. Même pour les policiers. On a vu ce que ça donne au Stade France.

Du temps où j’enseignais, on ne pouvait entrer dans la police qu’avec un DEUG, diplôme délivré après deux années universitaires réussies.

Au début des années 2000, l’OCDE exigea que les Universités deviennent rentables. Pour ce faire, les heures d’enseignement furent réduites d’un tiers et le nombre d’étudiants en travaux dirigés se vit multiplié par trois. (Dès le primaire d’ailleurs, ça tourne autour de 40 mioches par instit. Pardon, professeure des écoles, l’euphémisme étant roi. Et on s’étonne qu’ils arrivent au collège sans savoir lire.)

En 2014, François Hollande casait le futur président jupitérien à Bercy. Ses grands exploits : extension du travail le dimanche, libéralisation du transport en autocars et, entre autres (carte des notaires, permis de conduire, etc.), la suppression du diplôme d’études pour un tas de métiers et son remplacement par l’apprentissage.

Je n’ai rien contre l’apprentissage, au contraire. Mais pas sans les fondamentaux. Il n’y a pas de bonne pratique sans le savoir théorique la concernant.

Ce qui avait fait que vos coiffeurs n’apprennent plus l’hygiène, indispensable au métier. Gare aux poux et surtout gare à la saleté ordinaire, celle dont nous ne nous habituons toujours pas dans les rues de Paris, par exemple.

« L’idée est de lancer de «nouvelles opportunités économiques» en ouvrant de nombreuses professions à la concurrence, avec un minimum de règles pour provoquer une baisse des prix et créer de l’emploi. Les taxis, les auto-écoles, l’hôtellerie et…la coiffure seraient concernés. Emmanuel Macron a en effet nommément cité la profession, supposée bloquée par l’obligation d’un BP par salon. Supprimer cette obligation pourrait, pour le ministre, créer de l’emploi dans le secteur… C’est la résurgence d’un débat qui avait déjà fait rage voici plusieurs années. Le ministre semble oublier que près de 30 000 entreprises de coiffure ont ouvert ces 5 dernières années, provoquant accessoirement une explosion des faillites, un effondrement du taux de reprises et une baisse globale des revenus pour tous. L’expérience de l’auto-entrepreneuriat montre que la création d’entreprises a fait simultanément baisser le nombre de salariés, transformés en patrons précaires. » Dans L’Éclaireur, le site de tous les coiffeurs, de 2015.

Enfin, mais certainement pas en dernier, une bonne partie des nouvelles et même moins nouvelles générations de Français ne savent plus écrire le français. Comme preuve : la plupart des sous-titres sur le petit (ou grand) écran.

Or l’écrit seul nous distingue des autres mammifères dont la communication orale suffit amplement.

Autre preuve : essayez de remplir un formulaire officiel sur https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/. Si vous comprenez ce que l’on vous demande et si vous arrivez à l’envoyer sans qu’il vous revienne plusieurs fois de suite, je mange mon chapeau.

Le radieux futur « tout numérique » que l’on nous vante signera la fin de la communication entre humaine, de la langue humaine tout court. Et le déluge des violences de tout ordre et à tous les étages ne laissera pas de temps à nos petits-enfants pour grandir.

Mais, « après moi, le déluge » n’est-ce pas la devise de tout monarque français qui se respecte ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous