Prière de Pâques

Dans le Désert, sur une musique de François Villon ou de Boulat Okoudjava

Doux Jésus,

mort depuis si longtemps et jamais ressuscité,

fait que chacun mette son masque

avant de sortir de chez lui

et avant d’enfiler ses gants !

 

Mon voisin d’en face vient de surgir devant son immeuble. Chemise blanche impeccablement repassée, cravate, pantalon noir et gants noirs. Masque chirurgical encore autour du cou. (Comment a-t-il fait pour en avoir ?).

Je ne sais pas à quel étage il habite, il n’a peut-être pas eu besoin de prendre l’ascenseur. Il a peut-être poussé la ou les portes avec le bout de sa chaussure. Ou, ce n’est pas exclu, étaient-elles ouvertes.

Mais voilà qu’il appuie sur le bouton ouvrant la porte – sécurisée ? – vers la rue, il la pousse puis remonte son masque.

Je compte la vingtaine de personnes que j'ai vues ce matin passer cette porte, gantées et masquées, avec masques mais sans gants ou sans rien du tout. Ce qui crève mon vieux cœur de mémé en colère. Hélas, ce sont des causes perdues.

Je n’arrive pas, en revanche, à compter le nombre de virus (et bactéries, mais, aujourd’hui, d’elles, on s’en fout) déposés sur le bouton et la porte en question. Mais je sais que ça grouille.

 

Seigneur,

Tant qu’il reste encore un peu de temps,

donne surtout

à ceux qui ont le pouvoir

la sagesse qui leur a toujours manquée !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.