Roxana Eminescu
Mémé en colère
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mars 2021

Castex le Magicien ose

Un déconfinement qui ne dit pas son nom

Roxana Eminescu
Mémé en colère
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier soir, sur mon écran, je n’avais vu que du feu. Mais ce matin, une fois la caféine ayant fait son travail, je pense à mon coiffeur. Il n’y a que lui qui trinque. (En réalité, je n’y suis plus allée depuis avant le vrai confinement d’il y a un an. Il m’avait suffit de l’épier par la vitrine pour me rappeler l’originalité du rapport à l’hygiène de mes concitoyens.)

Je me suis donc posé la question de savoir ce qui change pour moi maintenant : presque tout.

Faire mes courses, c’était déjà un calvaire. Je slalomais parmi les voitures pour éviter les démasqués pressés me bousculant sur les rues étroites, défoncées, encombrées de poubelles, de mon quartier parisien, et supportant des barrières pour travaux commencés et jamais finis. Dans le magasin où je me rendais aux heures les plus creuses, j’arrivais tout de même à jouer à cache-cache avec les masques sous le nez ou sous le menton et avec les démasqués de tous bords.

Dès demain, rues, parcs, jardins déborderont de joyeux joggeurs sur dix kilomètres à la ronde; de gosses allant et revenant de classes de sport ou de nature, avant ou après avoir mangé à la cantine l’un sur l’autre (j’ai des petits enfants que je ne vois plus à cause de ça); de salariés en pause-déjeuner prenant leur repas sur les bancs disponibles où assis sur un muret de clôture; de vélos, trottinettes, scooters et poussettes.

Et tout ça distribuant généreusement les fameuses gouttelettes. 

Je ne prendrai plus l’ascenseur et fuirai mes voisins de foyer pour seniors, certains malentendants, - pour rester politiquement correcte - et dont le masque blanc, en tissu presque transparent, a pris une couleur isabelle. Eux, ils continueront à se rapprocher dangereusement pour me parler.

L’exercice d’hier soir fut un tour de magie digne du Magicien des magiciens et de son Professeur.

De plus, l’assistant ventriloque de Castex m’avait pleinement rassurée : si je l’attrape, ce méchant virus chinois, anglais, brésilien, sud-africain ou, cocorico !, naturalisé breton, je n’irai pas à l’hôpital ! On (qui, on ?) passera me voir ! « On » me fournira de quoi respirer sur place! Même des antibiotiques et autres potions magiques!

Et si, malgré tout, à la fin de l’année, je serai toujours là, je pourrai peut-être même me faire vacciner. « Me faire ». Comme si ça dépendait de moi.

Pour la bonne bouche, cette anecdote circulant sous la dictature de mes origines est-européennes :

« La corde pour se pendre, on doit se la procurer ou c’est le gouvernement qui la fournit ? »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Migrations
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut