Le jean de la résistance

Il est beau, il est fort, il est bleu. Tout le monde l’aime à sa sauce. Qu’il soit slim (serré), large, droit, seventies, taille haute ou taille basse, tout le monde aime le jean.

Mais tout le monde le porte-t-il ? Apparemment symbole des temps modernes après avoir été indispensable aux pionniers de l’Ouest américain – mais crée à Nîmes, dans le sud de la France -, le denim, le jean a provoqué une petite polémique proche-orientale. Le 5 octobre dernier, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou accordait un entretien à la BBC Persian. A cette occasion, Bibi (surnom de l’homme fort d’Israël) a sorti la phrase de trop : «Je pense que si les Iraniens étaient libres, ils porteraient des jeans et écouteraient de la musique occidentale». Il se voulait compatissant, mais… raté. Dès le lendemain, les réseaux sociaux se sont enflammés. De groupes facebook revanchards (comme « Nos jeans dans la gueule de Netanyahou ») à des photos sur Twitter, en passant par des billets de blogueurs, c’est toute la toile iranienne qui s’est enflammée. Et les médias du monde entier ont relayé l’information.

Et alors ? La vérité, c’est que cette petite anecdote n’est que le reflet d’une réalité peu exprimée. Personne ne se risquerait à dire que les Iraniens forment la population la plus libre au monde, bien au contraire. La police des mœurs est reine dans ce pays où une femme peut se faire embarquer pour une tenue trop « provocante » - comprenez un pantalon trop moulant et un manteau pas assez long – et encore, on n’abordera pas ici la question du foulard islamique. Le rap est interdit. Tout comme l’alcool.

L’Iran n’est pourtant pas le pays ultra confiné, hostile, que l’on a tendance à nous décrire. Il y a des Apple Store (bien que ce ne soit pas forcément le meilleur gage d’une société meilleure), les gens sont accueillants, l’art se développe peu à peu, et Internet est de plus en plus accessible, comme le montrent les multiples réactions d’Iraniens après cette déclaration. Depuis quelques années, le cinéma iranien connait un boom éclatant, une véritable bulle qui nous explose à la figure et nous montre, à nous consommateurs, occidentaux de culture, que nous sommes, une population à un carrefour. En train de se chercher. Entre recul et avancée.

Cette bourde n’a pas seulement montré au monde entier la réactivité et la fierté des Iraniens pour leur culture et leur pays. Elle est aussi intervenue à un moment où le Premier Ministre israélien est entré dans une nouvelle campagne de diabolisation du pays des ayatollahs. Le nouveau président Rohani sait réchauffer les relations avec l’Occident, et ça, Bibi ne le supporte pas. Il a tenté la compassion à l’égard du peuple opprimé. Malheureusement pour lui, cette petite maladresse l’a ridiculisé aux quatre coins du globe.

En définitive, c’est Benyamin s’est fait tailler un jean. 

 

Billet réalisé dans le cadre du cours de journalisme d'opinion à l'Université du Québec à Montréal (UQAM)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.