RPGsquare06
Professeur des écoles, militant syndical au SNUipp, militant associatif dans diverses associations
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mars 2020

Quand Jean-Christophe Picard critiquait Jean-Marc Governatori avant de s'y allier

En 2015 le président d'Anticor nous offrait les citations de candidat et épinglait Jean-Marc Governatori parmi d'autres. Aujourd'hui le voilà allié, 5ème sur sa liste.

RPGsquare06
Professeur des écoles, militant syndical au SNUipp, militant associatif dans diverses associations
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'aurais pu faire un long article sur la tête de liste de la liste "Nice écologiste" à Nice, Jean-Marc Governatori. Rappeler sa condamnation pour la non-déclaration de ses frais de campagnes au début des années 2000, sa carrière de dirigeant de sociétés d'ameublement qu'on sait se fournir dans des forêts sans être trop regardantes sur l'origine du bois, à savoir s'il vient de forêt protégée ou non. Rappeler ses alliances, les candidat-es de son parti (Alliance Ecologiste Indépendant) faisant partie de sectes pointées par la Miviludes pour leurs dérives, rappeler qu'il paie des personnes en passant par Pôle Emploi pour tracter pour lui ou encore ses accointances avec les thèses de droite dure comme la surveillance généralisée et la police politique de quartier. Enfin un dossier est sorti dans Nice-Matin (sûrement venant de l'équipe d'Estrosi) prouvant qu'il est aussi un vendeur de sommeil ce dont il s'est défendu disons avec beaucoup de mauvaise foi, rejetant même la faute sur sa femme (donc un peu de sexisme au passage).

Bref un personnage pour le moins problématique. Et pourtant c'est cette personne qu'EELV a choisi de mettre en tête de liste d'une alliance "écologiste". Le message était claire : pas d'alliances avec des partis identifiés comme de gauche si EELV voulait le compter sur leur liste.

Au-delà de cette alliance problématique, il en est une autre qui m'a encore plus choqué. Il s'agit du ralliement de l'ex-président d'Anticor Jean-Christophe Picard à cette liste. Anticor est une association qui lutte contre la corruption en politique. Il apparaît donc pour le moins bizarre de voir l'encore très récent président d'Anticor s'allier à une personne telle que Jean-Marc Governatori.

Je me dois d'ailleurs de vous donner un extrait des citations que donnait Jean-Christophe Picard sur son blog Mediapart fin 2015. Jean-Marc Governatori avait alors fait alliance avec Christian Estrosi que Picard critiquait (et critique toujours) vertement et à raison selon moi. Cela vaut le détour.

« Je connais Jean-Marc [Governatori] depuis 25 ans. Je l’ai appelé pour le féliciter pour son score et lui proposer de se voir. Il m’a dit qu’il était en route pour Marseille et qu’il avait un accord avec Estrosi. Je lui ai dit de demander un maximum et qu’il l’aurait. » Olivier Bettati (Marsactu, le 9 décembre 2015).

« Mais la convention que nous avons signée [avec Christian Estrosi] prévoit la création de cet institut indépendant de la région que je présiderai à titre bénévole et qui sera dotée de 5 millions d’euros par an. Ce n’est absolument pas du marchandage. » Jean-Marc Governatori, tête de liste de l’Alliance écologiste indépendante, expliquant son soutien à Christian Estrosi pour le 2nd tour (Marsactu, le 9 décembre 2015).
(source : https://blogs.mediapart.fr/jean-christophe-picard/blog/211215/alpes-maritimes-les-phrases-marquantes-des-personnalites-politiques-en-2015)

Cela est donc d'autant plus décevant que surprenant. Et qu'en dit Anticor ? L'association se félicite que Picard ait démissionné pour figurer sur cette liste... sans jamais interroger la personne de Governatori et son parcours alors même qu'elle le fait pour moins que cela durant cette campagne des municipales pour des candidats comme à Marseille.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine