Quand Jean-Christophe Picard critiquait Jean-Marc Governatori avant de s'y allier

En 2015 le président d'Anticor nous offrait les citations de candidat et épinglait Jean-Marc Governatori parmi d'autres. Aujourd'hui le voilà allié, 5ème sur sa liste.

J'aurais pu faire un long article sur la tête de liste de la liste "Nice écologiste" à Nice, Jean-Marc Governatori. Rappeler sa condamnation pour la non-déclaration de ses frais de campagnes au début des années 2000, sa carrière de dirigeant de sociétés d'ameublement qu'on sait se fournir dans des forêts sans être trop regardantes sur l'origine du bois, à savoir s'il vient de forêt protégée ou non. Rappeler ses alliances, les candidat-es de son parti (Alliance Ecologiste Indépendant) faisant partie de sectes pointées par la Miviludes pour leurs dérives, rappeler qu'il paie des personnes en passant par Pôle Emploi pour tracter pour lui ou encore ses accointances avec les thèses de droite dure comme la surveillance généralisée et la police politique de quartier. Enfin un dossier est sorti dans Nice-Matin (sûrement venant de l'équipe d'Estrosi) prouvant qu'il est aussi un vendeur de sommeil ce dont il s'est défendu disons avec beaucoup de mauvaise foi, rejetant même la faute sur sa femme (donc un peu de sexisme au passage).

Bref un personnage pour le moins problématique. Et pourtant c'est cette personne qu'EELV a choisi de mettre en tête de liste d'une alliance "écologiste". Le message était claire : pas d'alliances avec des partis identifiés comme de gauche si EELV voulait le compter sur leur liste.

Au-delà de cette alliance problématique, il en est une autre qui m'a encore plus choqué. Il s'agit du ralliement de l'ex-président d'Anticor Jean-Christophe Picard à cette liste. Anticor est une association qui lutte contre la corruption en politique. Il apparaît donc pour le moins bizarre de voir l'encore très récent président d'Anticor s'allier à une personne telle que Jean-Marc Governatori.

Je me dois d'ailleurs de vous donner un extrait des citations que donnait Jean-Christophe Picard sur son blog Mediapart fin 2015. Jean-Marc Governatori avait alors fait alliance avec Christian Estrosi que Picard critiquait (et critique toujours) vertement et à raison selon moi. Cela vaut le détour.

« Je connais Jean-Marc [Governatori] depuis 25 ans. Je l’ai appelé pour le féliciter pour son score et lui proposer de se voir. Il m’a dit qu’il était en route pour Marseille et qu’il avait un accord avec Estrosi. Je lui ai dit de demander un maximum et qu’il l’aurait. » Olivier Bettati (Marsactu, le 9 décembre 2015).

« Mais la convention que nous avons signée [avec Christian Estrosi] prévoit la création de cet institut indépendant de la région que je présiderai à titre bénévole et qui sera dotée de 5 millions d’euros par an. Ce n’est absolument pas du marchandage. » Jean-Marc Governatori, tête de liste de l’Alliance écologiste indépendante, expliquant son soutien à Christian Estrosi pour le 2nd tour (Marsactu, le 9 décembre 2015).
(source : https://blogs.mediapart.fr/jean-christophe-picard/blog/211215/alpes-maritimes-les-phrases-marquantes-des-personnalites-politiques-en-2015)

Cela est donc d'autant plus décevant que surprenant. Et qu'en dit Anticor ? L'association se félicite que Picard ait démissionné pour figurer sur cette liste... sans jamais interroger la personne de Governatori et son parcours alors même qu'elle le fait pour moins que cela durant cette campagne des municipales pour des candidats comme à Marseille.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.