Prix Nobel de la Paix SANS Paix

PAS sin Z, Nobel de la "Paix", Paix sans Paix, Paix avec Pets, Paix qui Pète, Pas sin Paz, Paradis de l'impunité, Paix: Contrats Pétrole, Chlorhydrate de Cocalombie, Narcoétat, Ratata qui pète.

Caricature pour "Chronique d'une Paix Mal Barrée" --Charlie Hebdo No1264 © Willem@CharlieHebdo Caricature pour "Chronique d'une Paix Mal Barrée" --Charlie Hebdo No1264 © Willem@CharlieHebdo

Aujourd'hui plus que jamais, le pays des miracles est à la une des miracles! Un Nobel de Littérature avait honoré les lettres de celui qui fut et restera l'homme le plus grand et imaginatif de ce pays-là: Gabriel Garcia Marquez. Personne n'a écrit comme lui; même si en lisant William Faulkner on s'y retrouve,  l'imaginaire de Gabo est le reflet de l'endroit unique au monde où l'on peut puiser sans fin de sacrés miracles: Macondo...

A la tête de cette république bananière remplie de corruption, cocaïne à gogo, personnages plastiques, impunité accompagnant un Allemand appelé Alzheimer, et j’en passe, se trouve aujourd'hui celui qui fut commandant des forces armées à l'époque des falsos positivos  et d'autres bavures incroyables contre l’Humanité qui caractérisent ce paradis. Cet homme est Juan Manuel Santos. Je m'étais réjoui de la nomination au Nobel de la Paix  parce que  Jineth Bedoya et avais suspendu mon écriture à leur sujet dans l’attente de résultats pour cette journaliste courage qui vit là-bas et qui, rien que pour cela, mérite ma plus profonde admiration.

Donc à la tête de ce paradis de chlorhydrate se trouve Santos, homme extrêmement impopulaire et détesté sur sa propre terre, mais qui à l'étranger sait soigner son image. Son passé dans les medias et sa poker face lui servent d'atout, mais pas pour tous. Il veut donner l'image d'un bourgeois qui apporte de bonnes nouvelles de "Paix": "un pacifiste strict qui s'assoit avec les guérillas les plus résistantes du monde, les FARC". À ses côtés, son atout le plus précieux son propre frère: ce dernier a connu Gabo, le rendant ainsi agréable à mes yeux!.

Les commandants des FARC écoutent Santos  et veulent résoudre un conflit de plus de 50 ans, mais ils ne sont pas les seuls protagonistes dans cette sanguinaire Colombie: il y a aussi et surtout l’État, la narco-para-politique qui commande encore, et fait plus de victimes que les FARC. Il y a aussi la désinformation : les journaux sont achetés par de riches groupes (cela on le voit aussi chez nous malheureusement, car tout s'achète et tout se vend dans tous les boulevards!) et produisent de fausses informations positives devenant une source de rire de la Science-Fiction. 

Sur ce merveilleux pays rempli de curiosités règne donc Santos qui ne veut surtout pas qu'on porte atteinte à son capital politique…On dit que son apparence et son style lui sont favorables, mais je ne vois pas comment personnellement : il refuse de m'expliquer pourquoi il ne sait même pas copier de faux communiqués rapportant que mon frère a été torturé, "matraqué à mort et puis découpé en morceaux", donc assassiné et puis disparu de façon forcé par un homme qui n'est même pas jugé pour ces faits, qui perd la vue et l'ouïe dans le système carcéral!! Cet homme s'appelle Lucio Gomez Briñes.  Dans cet univers carcéral, il y a aussi des massacres et des disparus forcés;  la Justice boite également vis-à-vis de la véreuse Liliana Hernandez Montes connue pour ses affaires douteuses et qui  a réussi à détruire un nucleus familial sans être inquiétée (bien préciser qu’elle était soutenue par certains membres de la famille, ce qui rend encore la chose plus pathétique pour eux et leur conscience) ;  admettons que Santos a su jouer de ses relations et du pouvoir qui enivre, pour amadouer les commandants des FARC, lassés par de longs combats contre l'État et les forces paramilitaires. Grâce à cela il a pu obtenir  le soutien des sphères politiques qui ont acceptées le pari de la "Paix" en échange de choses, car même la Paix à un prix, certes moindre que celui de la guerre. Alors Santos a réussi à se faire bien voir de  Nicolas Maduro, Barack Obama, Rafael Correa et Mauricio Macri, et des Nations Unies… Or après avoir reçu un  NO définitif de la population, sachant que beaucoup de votes SI  ou  NO sont achetés ; le  NO  a remporté le "plébiscite" et la Paix n'est pas encore appliquée! Hallelujah!! 

Lorsque le sanguinaire personnage des AUC a prétendu faire une "Justicia y Paz" la seule chose important était d’acheter le silence des grands assassins tels que Salvatore Mancuso, lui-même ayant menacé mon frère de mort avec les forces narco-para-politiques qui règnent dans la région où mon frère était maire, région la plus juteuse sur le plan politique à cause de sa position stratégique permettant l’accès à la mer à travers  le Golfo de Morrosquillo : un territoire pour les trafics de toutes sortes!. Les paramilitaires des AUC se sont "démobilisés", mais en réalité ils se sont dispersés en Bacrim, et les capos ont été envoyés en prison, avec la bénédiction bien évidement de  l'Empire, afin de payer leurs dettes pour narcotrafic et leur éviter de parler (chose qu’a fait la semaine dernière Salvatore Mancuso de sa prison américaine, où lui-même se dit "victime de faux témoignages"…c'est le pays de tous les possibles) et de rapporter la quantité impressionnante de crimes de lèse humanité qui n'ont pas été réparés et pour lesquels très peu de victimes ont été indemnisées. N'est-ce pas là un miracle?

Alors en prétendant que les paracos n'existent plus, Santos s'arrange avec les vieux combattants à La Havane où ils vivent aux frais de la Princesse depuis quelques années; avec ce dialogue il fait miroiter à la terre entière une Paix idéale,  mais le peuple pas stupide et certains indemnes d'Alzheimer ont dit NO! Des NO subventionnés : dans la Province de Sucre on a payé jusqu’à 300 mille pesos par vote, ce qui est énorme pour des gens qui sont très pauvres et ignorants. 

Il est donc  difficile de savoir si le prix Nobel de la Paix va résoudre l'incertitude post-référendum; Santos paraît compter sur un environnement international favorable. Ramón Pérez-Maura, journaliste dans un quotidien espagnol, a rapporté dans un article que la Présidente du Comité du Prix Nobel de la Paix, Kaci Kullmann Five, aurait des intérêts pétroliers en Colombie. Elle était dans le conseil d'administration de la compagnie pétrolière norvégienne Statoil.

Il est impossible que Statoil ait une participation dans les champs de pétrole sans l'approbation du Président de la République, Juan Manuel Santos. En effet, en 2014, Statoil a renforcé sa présence dans les Caraïbes colombiennes. Pour ce faire, il a obtenu 10% des parts dans le bloc COL-4 et 20% dans le bloc GUA ARRET1, qui a donné la possibilité d'exploiter des puits de pétrole sur les rives du Magdalena et La Guajira un département où les enfants meurent de faim.... Au total, les deux projets totalisent 2.307.687 hectares : 1.228.357 pour GUA ARRET1 et 1.079.330 pour COL-4.

Ce qui est miraculeux est que Kaci Kullman Five était ministre du Commerce et du trafic maritime, tout en étant au conseil d'administration de la compagnie pétrolière!  Entre 2003 et 2007, Kaci Kullman Five a été la vice-présidente de l'une des plus grandes compagnies pétrolières en Norvège.  Parmi les membres du conseil d'administration de Statoil figurait l'ancienne ministre du Commerce et du trafic maritime et ancienne présidente du Parti conservateur : Kaci Kullmann Five À ce jour Mme Kaci Kullman Five n'est est plus dans  le conseil d'administration de Statoil, mais s'occupe de sujets concernant le bien de notre "Humanité" …  Maintenant, elle est la présidente du Comité Nobel qui a décerné le Prix Nobel de la Paix...VOILA UN MIRACLE! 

Cette distinguée Dame  Kaci Kullman Five dit à propos du Nobel octroyé, "qu’il y a un réel danger  que le processus de la paix s’arrête et que la guerre civile redémarre" Et elle ajoute une phrase qui est à mourir de rire : "En présentant le Prix Nobel de la Paix au président Juan Manuel Santos, le Comité norvégien veut encourager ceux qui cherchent à parvenir à la paix, la réconciliation et la justice en Colombie"...C'est à croire que dans ce contexte, la distinction est attribuée non pas à ceux qui œuvrent sincèrement à la Paix  mais aux personnages qui savent négocier  le prix du pétrole et favoriser les intérêts du pays qui l'octroie! Combien de pays des miracles y-a-t-il alors sur cette terre? Combien de Mancondos? Est-ce pour cela que Gabo s'est inspiré de Faulkner? 

Oui, ce Nobel est un prix politique et le Comité l'a déclaré : "La commission espère que le prix donnera à Santos la force pour réussir dans cette tâche exigeante." Surtout qu’avec cela ils pourront compléter la partie 3D du plan pétrole déjà entamée avec la bénédiction de celui qui octroie des contrats juteux...Santos!

Le prix est en partie la représentation concrète de la façon dont on observe le processus de Paix de l'extérieur: malgré les résultats négatifs du référendum, il est toujours possible de continuer et cela continuera avec des fluctuations pour secula seculorum et personne ne comprend rien (lire article de Charlie Hebdo No1264 et caricature que je mets en haut de ce billet).

Le Nobel est une des facettes de la Realpolitik : "il y a toujours la possibilité d'accords de paix, on envoie au Comité Santos un ballon d'oxygène" ; autrement dit, ce que l’on appelle vulgairement ici un renvoi d'ascenseur! 

Les pays  sont des expressions géographiques et des formes d'équilibre politique. Une patrie signifie beaucoup plus parce que cette notion implique une synchronisation des esprits et des cœurs, une simultanéité dans l'aspiration de la grandeur et plus encore. Lorsque la communauté espère et que la patrie manque, cela ne fonctionne pas! La bureaucratie des institutions crées pour les victimes est-elle une blague, une insulte à leur encontre. Les moyens apparemment servent à payer des fonctionnaires qui répètent comme des perroquets les mêmes choses par téléphone ou par email. C'est ça l'idiosyncrasie de ce pays descaradoscìnicos Mon équipe, en mesure d'identifier les processus et les personnes apparemment impliquées dans des affaires louches liées à la disparition forcée de mon frère, et les personnages complices du crime de lèse humanité de celui ci et de son garde du corps/conducteur, ainsi que les manœuvres frauduleuses et illégales bien connues qui se produisent tous les jours dans cette contrée glorieuse. Le patrimoine de certains clans familiaux a pu ainsi gonfler, au détriment des vraies victimes, sans que l’État ne s'inquiète, nous obligeant à enquêter à sa place! Un miracle de plus! 

Imaginez que ceux qu'on désigne comme  "assassins" et qui sont prisonniers, ne sont pas enregistrés de façon correcte dans le système SISIPEC! Certains prisonniers sont parfois enregistrés avec de fausses cartes d'identités: quel beau pays  avec ses miracles. Certaines personnes ne sont pas jugées et ne figurent dans aucune prison.

Nous avons prouvé qu'il y a eu une manipulation impressionnante dans cette enquête où la désinformation était partout. L’histoire de mon frère, médecin, ancien maire enlevé par les groupes paramilitaires, torturé, assassiné, démembré, disparu de façon forcée en est un exemple. Et il faut expliquer cela à une unité de réparation? Santos écrit un livre dans lequel il nomme le crime collectif dont a étét victime mon frère) de lèse humanité et ensuite personne ne sait si ce qu’il écrit est faux ou vrai? C'est quoi? C'est un falso positivo et il le sait!

En ces temps de "Paix et de Réconciliation" et d'enquêtes privées, nous voulons préciser qu'apparemment ces crimes confirment les collusions entre les agents de sécurité de l'État et les politiciens régionaux, le para-militarisme et le trafic de drogue. Aujourd'hui, il y a des politiciens en procès, d’autres titulaires de hautes fonctions, d’autres encore en détention qui continuent néanmoins à donner des ordres en violation du droit pénal, à l’instar de Pablo Escobar sous l’ère Gaviria profitant du confort d'une prison 5 étoiles.

Qui pense pendant ce temps à trouver les moyens pour indemniser les victimes? A l'Hôtel La Picota il y a des prisonniers qui disparaissent, mais d'autres ont un ordinateur, un téléphone dans leur chambre - car "cellule" est un gros mot pour eux. Je ne mentionne même pas les "resorts", les maisons de villégiature et autres établissements. D'ailleurs,  le président Juan Santos, a donné, dans le cas de Lucio Gomez Briñez, des informations contredisant l’affirmation de la Armée, qui nie sa participation. Alors qui ment : l'Armée ou le Président ?

Point positif cependant : depuis que Santos a été nommé Prix Nobel de la Paix, le Ministère de la Justice et des Droits a finalement indiqué où étaient les prisonniers. Saluons là un vrai miracle!

Je tiens à mentionner ici ouvertement les menaces que j'ai reçues à mon encontre et qui ont déjà été signalées : personne ne me fera taire, personne.  Maintenant que Santos a le Prix Nobel de la PAIX, parlera-t-il? Réparera-t-il? 

Je pourrais aller dans le détail des noms, mais ça fait l’objet d'un livre où la réalité dépasse la fiction. Tôt ou tard je saurai ce qui s'est passé avec mon frère. J’éprouve le plus profond mépris pour la classe bourgeoise colombienne d’où je viens, hypocrite et vivant dans le paraitre; porter l'intégralité de ce drame m'a rendu plus forte et insensible à leur niaiseries et mensonges et je dénoncerai les injustices jusqu’à mon dernier souffle. Plus en me moquant des conneries comme octroyer un Prix de la Paix dans un pays qui ne la connaît pas et qui ne la veux pas!

Une patrie qui ment sans vergogne,  qui torture qui saccage, qui ne répare pas,  qui manipule, ne peut être et n'a jamais été la mienneHabemus Paix avec des pigeons gris! …Pour cette raison, le Nobel ne récompense ni les Casques blancs en Syrie, un groupe de 3000 bénévoles qui sauvent et soignent les civils après les bombardements, ni les sauveteurs des îles grecques, qui se sont précipités dans l'eau pour sauver les migrants.

Un prix Nobel de la Paix sans Paix! On ne voit cela qu’au pays des miracles!  Les commandants des Farc n'ont pas fini d’attendre, Gabo avait déjà tout anticipé : cette histoire cadre parfaitement avec "Cent Ans de Solitude" et avec beaucoup de parties de "El Otoño del Patriarca".  C'est dans cet inépuisable "paradis" des miracles pour lequelle j'ai toujours admirés ses grandes richesses et qu’on n’arrête pas de saccager depuis plus de 500 ans, que se nichent les trésors de plus d'un galion, ceux qui venaient enrichir les côtes européennes…la roue tourne en…Paix?  

Le peuple toujours ignorant ou simplificateur montrent ses muscles et se réjouit….et de plus la médaille aurait été faite avec de l'or colombien : en les connaissant, il faudra vérifier qu’une fois grattée, elle ne dévoile pas son cœur en cuivre ("siempre pelan el cobre")!

Vive pour toujours le VRAI prix Nobel de Colombie:  le seul et unique Gabriel Garcia Marquez, malheureusement plus de ce monde pour nous décrire ce nouveau miracle qui vient de se produire à Macondo.

Vive la Paix sans Paz qui "compas marche" au rythme des tambours militaires dans le narcoétat Colombien! 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.