Gunther Schuller : La Référence (1925–2015)

MOTS CLES . GUNTHER SCHULLER

gunther-schuller-pulitzer-prize-winner-and-third-stream-innovator-dies-at-89.jpg?w=600Le corniste et chef d’orchestre américain Gunther Schuller est parti sur la pointe des pieds hier matin à Boston. Il a construit  l’esthétique du Troisième courant à la fin des années 50 pour exprimer un style de musique basé sur plusieurs éléments, dont l’improvisation, unifiant et synthétisant le jazz et la musique classique européenne. Frappé par la virtuosité expressionniste de son père violoniste à la Philharmonie de New York, Schuller décide d'adhérer à la musique traditionnelle en devenant un spécialiste du cor qu'il joue dans des orchestres symphoniques et le Métropolitain Opéra de New-York.


Il s'affranchit de toutes les formes d'esthétismes et compose des œuvres qui ne se jouent pas deux fois de la même façon mais dont on sent des teintures Stravinskiennes, mais également du jazz ; à côté de Miles à la fin des années 50 il prouve que le cool jazz permet à cette musique de mener par des voies autres que celles déjà empruntées. Établi comme instrumentiste, il aura laissé sa trace dans  l'univers du jazz. Il a été souvent à l'origine des révolutions harmoniques à travers ses carrières d'enseignant, de compositeur, de musicologue et surtout de chef de orchestre. Il laisse derrière lui Ed et George.

Schuller  était également un écrivain illuminant le monde de ses oeuvres théoriques sur la musique. Outre le fait qu'il enrichissait de son apport  la musique classique et le jazz, il était aussi au cœur de l'organisation des grands évènements de cet art (Festivals de Monterey, de Washington, de Tanglewood)  et prenait le lead des pièces exceptionnelles. Il représente le triomphe de l'équilibre, du classicisme et du romantisme. Il a aussi composé un oratorio appelé The Black Warrior basé sur  "Letter from the Birmingham Jail" du Dr.  Martin Luther King.

Gunther Schuller était un chef d'orchestre tourné vers l'avenir, qui a repris des pièces avec lesquelles il a contribué à enrichir l'âge d'or des grands orchestres, et permettra de faire revivre les talents des musiciens révolutionnaires du jazz comme Earl Hines et Benny Moten. Il ecrivait aussi de la musique pour le ballet.

Les richesses de l'œuvre de Gunther Schuller ne sont pas les seuls témoins du génie de cet immense talent. Couronné de toutes les distinctions les plus grandes de l'Amérique, ce descendant d’immigrés allemands jouissait de la grâce, de la classe et d'un immense prestige.

Il a contribué à l'épanouissement de beaucoup de formes de musique et du jazz, représentant une valeur novatrice hors des sentiers battus. Schuller a fait franchir au jazz et à toute l'histoire de la musique une étape décisive.  Au moment de son départ il écoutait l'hymne à la joie de Beethoven....

 

 

A écouter :

Miles Davis - Moom Dreams - feat. Gunther Schuller, Lee Konitz, Gerry Mulligan

Jimmy Giuffre -- Suspensions (Gunther Schuller Orchestra) 1957

NEC Wind Ensemble - Gunther Schuller: From Here to There

Gunther Schuller - The Twittering Machine (Paul Klee)

"Symphony for Brass & Percussion, Op. 16" - Gunther Schuller.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.