Jazz Icon Cecil Taylor : Happy Birthday, you still kicking!!

MOTS CLES : CT

 

C © S.T. C © S.T.
"...Mother would tell me that I had to work harder because I was half Indian and half black.  At Flushing High School I’ll never forget in the 8th grade, my teacher Mr. Rice, read from a textbook that said, “slaves are ignorant.”  I tore out that page.  It was the same old story that blacks are illiterate.  It can be found in the Bible , in "the Curse of Ham"...  You see, this particular fable was used to justify racism.  Africans were believed to be descendants of Ham, the son of Abraham, who saw his father naked.   The Bible distorted what was written in the Egyptian tome, "The Book of the Dead".  I think the Bible politicises the Human spirit."--Cecil Taylor,  Brooklyn March 24,  2016  

  

Passionnée de musique, de danse et d’Art, j’ai emboîtée depuis longtemps déjà les pas du Jazz en le vivant de l’intérieur,  jusqu’à lui consacrer mes plus profondes émotions; chose que je ferai jusqu’à mon dernier souffle. C’est ainsi que mon chemin a croisé à New York celui d’un pianiste nommé Cecil Taylor. Dès la première rencontre, tard dans la nuit, je reçois comme un éclair qui transcende l’esprit, une révélation hors du commun, un bonheur instantané et fou. C’était pour toujours une imprégnation en moi. Sans pouvoir l’exprimer j’ai eu la certitude absolue et instantanée d’avoir découvert les sons les plus importants de mon Univers.

C'est Sunny le premier qui l'a appelé CT. Ce serait trop pompeux de ma part de vouloir cerner la complexité de la musique de Cecil, sa personnalité, ainsi que le rôle qu’il joue dans l’histoire du Jazz. Des critiques, des journalistes, des fans, des rapporteurs, des farceurs, des jaloux, des imposteurs, des gens, ces gens se sont longuement attardés sur les "pérégrinations" du personnage, que l’on retrouve d’ailleurs chez d’autres musiciens, et qui doivent s’effacer devant l’œuvre imposante que Cecil construit depuis 82 ans pour la postérité. Demain Cecil aura 87 ans, et 82 que ses doigts parcourent le clavier et écrivent des poèmes. Il éteint lumières et téléphone dès la nuit précédant le jour de son anniversaire : alors j'anticipe et on a déjà parlé. 

Influencé par les Européens et certain de ces contemporains, il est le dernier fondateur du style free jazz moderne encore en vie. Il a adapté au piano un langage expressionniste incomparable, une audace poly-harmonique et rythmique unique, qu’il s’agisse de ses titres réalisés en studio ou de ses concerts enregistrés, échappant à toute tentative de classification. Cecil est le créateur éminent d’une musique dont la richesse continue à être explorée par beaucoup de musiciens, artistes, poètes et pianistes contemporains.

Peu importe de ce que l’on pense de lui, je m'en fous et le trouve toujours beau car à 87 ans sa résistance, sa résilience et sa rébellion sont à saluer. À ses côtés j’expérimente un tourbillon d’émotions que beaucoup de personnes prendront une vie entière à découvrir. Il est expressif, il est caustique, Il est drôle, il est philosophe, il est sage et taquin en même temps… Différentes sensations à éprouver quand on la chance de le côtoyer et de l'écouter. Des vécus qui s'avèrent superficiels,  immédiats, d’autres qui ne vous font pas rire, d’autres qui vous font rire de bon cœur, d’autres qui ne vous font pas pleurer…avec lui, tout se vit dans la souveraineté; Cecil est le piano au-delà du piano.

La poésie de Cecil est profonde même si des ignares disent que "it means something only  to him". La grandeur de Cecil dépasse l’improvisation et l’écriture qu’il a inventées, et grâce auxquelles il influence le Jazz, les musiques modernes et avant-gardistes, en quête de beauté;  cette beauté me touche tellement!  J'adore écouter sa voix rauque en sa dialectique Socratique, il y a tellement de sagesse et d'humour que j’en pleure de rire! Il a le don de se moquer de lui-même, c'est peut être sa plus grande qualité. Il faut savoir l'écouter beaucoup, sans compter le temps, pour ainsi le décoder. 

En signant l’acte de naissance du free jazz, Cecil continue à incarner une liberté au nom d’une musique qui reste et restera toujours de l’autre côté du chemin de fer. Il s'imposse comme la personne de référence, il est C : roi de son Univers. Il y a quelques années au creux de la vague, le free jazz se relance maintenant vers les sommets du toboggan avec des musiciens d’une nouvelle génération virevoltant dans le crescendo des styles....Cecil est encore là avec sa puissance et ses meilleures armes: son irrévérence et sa musique...!

 Des jours, des mois, des années s'écoulent ainsi et il reste toujours mon inspiration renouvelée avec une immense gratitude, même dans les moments troubles : Cecil est C; C est Cecil, et il n’y en a qu’un, un seul CT…un feeling irréprochable.  Et comme la grandeur ne s’éteint jamais, en ce printemps 2016 entre le 14 et le 24 avril dans ses 87 printemps, les notes de son piano et pas mal de ses souvenirs  résonneront dans un cadre majestueux, à son image, au 5ème étage de l’impressionnant Whitney Muséum sis entre la ville et le flux de l’Hudson, faisant honneur à ce monument du Jazz et de passion!

Cette semaine dans sa répétition au 9ème étage il a écrit un poème inspiré par l'impressionnante vue du Museum ; cela a été  enregistré et les spectateurs pourront l'écouter. Le 14 avril  il ouvrira l'exposition avec Min Tanaka et Tony Oxley! Tony et Cecil ne jouent pas ensemble depuis que j'ai organisé la célébration de ses 80 ans. Cette rencontre sera inouïe. Cecil choisira deux ou trois autres personnes (ex collaborateurs) pour ces jours au Whitney Museum. Ce sera la surprise!! Comme tous les sages, il prend le temps de réfléchir….

 C’est avec amour, joie et un immesurable respect que je lui souhaite ici un bon anniversaire, enivrée par les effluves du Moschus Cool Love qu'il m'a appris à porter. Rare comme lui. Cecil reste et restera toujours l’artiste qui m’inspire pour son intégrité artistique, pour l’originalité incomparable de sa création, pour sa beauté, pour la grandeur de son œuvre, ses contradictions,  son sens de l’harmonie et de la désharmonie.  Pour moi Cecil est mon meilleur pour toujours. 87…c’est quand même un sacré vécu. 

Quelle joie que tu sois encore là C! Happy Birthday!!!

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.