Ruffin François
Député de la Somme
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 avr. 2022

3600 emplois : Monsieur Macron, allez-vous tuer Scopelec ?

C’est la plus grosse coopérative de France. Qui risque la fermeture sur décision de l’Etat-actionnaire d’Orange. Et pour devenir quoi ? Des auto-entrepreneurs. Que faites-vous, président Macron ? Que font vos ministres ? Rien. Vous approuvez. Car ce dossier, c’est le symbole de votre projet…

Ruffin François
Député de la Somme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Mais vous avez obtenu un rendez-vous avec l’Elysée ?
- Non, rien.
- Vous avez rencontré le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire ?
- Jamais.
- Agnès Pannier-Ruhnacher, la ministre de l’Industrie ?
- Pas une fois. Pourtant, notre dirigeant leur a écrit, ré-écrit », s’émeut Alain Tomas, associé-président du Conseil de surveillance, interrogé sur la cata en cours. « Malgré les milliers de salariés, malgré leur rôle d’actionnaire, les pouvoirs publics n’ont pas réagi. »

Scopelec, c’est en jeu 3600 emplois. C’est comme responsable l’Etat. Et depuis quatre mois, que faites-vous, président Macron ? Que font vos ministres Bruno Le Maire et Agnès Pannier-Ruhnacher ? Vous ne bougez pas le petit doigt.

Qu’on résume :

Depuis cinquante ans, Scopelec, la première coopérative de France, travaille pour les PTT, puis France Télécom, puis Orange. Ses salariés ont posé le cuivre du téléphone, les câbles d’Internet, la fibre optique, et maintenant la 5G (et le débat n’est pas ici de son utilité).

Mais le 16 novembre dernier, malgré des décennies de partenariat, Orange annonce, d’un coup, sans prévenir, que le contrat sera rompu au 1er avril. Pourquoi ? Pour cause de prix : la firme peut trouver moins cher ailleurs, et notamment par des auto-entrepreneurs.

Il faut saisir la logique : Orange a, on le sait, durant des années, pressé ses salariés, les a poussés au burn-out et à des suicides en série, jusqu’à un PDG condamné à un an de prison. En interne, on a donc « réduit les coûts ». C’est sur l’externe, sur les sous-traitants, qu’on peut donc se rattraper maintenant. Et d’un claquement de contrat, Orange se débarrasse de son partenaire historique : « Chez nous, ils ont passé un accord avec Solution 30, relate Xavier Lasserre, qui travaille sur le site de Castres. La maison mère est basée au Luxembourg, et on sait comment ils travaillent : avec des auto-entrepreneurs, avec des travailleurs détachés qui viennent du Portugal. Ca va être bâclé, le réseau va se détériorer. »

Avec cette rupture, brutale, Scopelec est désormais placée en « procédure de sauvegarde ». Des milliers d’employés, de techniciens, sont plongés dans l’inquiétude, dans l’incertitude : leur entreprise n’aura même pas les moyens de payer un gigantesque plan social. A quelle sauce seront-ils mangés ? Seront-ils repris par la concurrence ? Avec quel salaire, quelle ancienneté, quels acquis ? Ou devront-ils monter leur micro-entreprise ?

Au fait. Qui est, qui demeure, le premier actionnaire de Orange ? Vous. L’Etat, à hauteur de 23%. On s’attendrait donc à une intervention de l’Etat, de vous comme chef, de vos ministres, pour éviter ce massacre industriel : c’est un acteur majeur de la filière télécom qui sera, sous peu, démantelé. On s’y attendrait, à cette intervention, d’autant plus que l’Etat, que vous, son chef, que vos ministres, ne cessez, depuis la crise Covid, de vanter « des achats publics responsables ». D’autant plus que l’Etat, que vous, son chef, que vos ministres, communiquez sur les « chartes d’éthique » des donneurs d’ordre envers les sous-traitants.

Eh bien non : l’Etat, vous, son chef, vos ministres êtes aux abonnés absents. Vous laissez faire le massacre. Malgré les appels au secours des dirigeants de Scopelec, malgré les SOS de détresse, le gouvernement ne bouge pas le petit doigt. Juste un sous-chef de cabinet qui promet de la « bienveillance » ! Véridique.

Faut-il s’en étonner ?
« Laisser faire » c’est votre mot d’ordre.
« Laisser faire » les actionnaires contre les salariés.
« Laisser faire » les multinationales puissantes contre leurs sous-traitants.

Mais surtout, qu’on admire le symbole :

C’est une société coopérative qui risque la disparition. C’est-à-dire, le statut le plus intégrateur pour les salariés, qui forment un collectif d’associés, qui participent aux décisions de l’entreprise, qui en retirent des bénéfices – plutôt que de nourrir des actionnaires. Autant dire, pour vous, pour la macronie, une hérésie.

Et tout ça sera remplacé par quoi ?

Par des auto-entrepreneurs. C’est-à-dire, le statut le plus dépourvu de droits, même de droits au chômage, de droits à la retraite. Et l’on sait que, en allié de Uber, Amazon, Deliveroo and co, on sait que vous bataillez ferme, contre la Commission européenne, contre le Parlement européen, pour que les auto-entrepreneurs demeurent exclus de ces droits. C’est la grande transformation de l’emploi qui s’est opérée sous votre règne : la montée en puissance des micro-entreprises, multipliées par trois depuis le début de votre mandat. La « création d’emplois », la « baisse du chômage », c’est d’abord ça : 600.000 auto-entrepreneurs en plus. Des bouts de boulot, bien souvent. Avec, en moyenne, 590 € de revenus mensuels.

Votre silence, votre indifférence, de vous président, de votre gouvernement, sont dès lors complices, approbateurs : chacun à sa place, Orange avec le pouvoir économique, vous avec le pouvoir politique, vous oeuvrez de concert. A faire éclater le salariat. A en revenir au travail à la tâche, sans statut assuré, sans revenu garanti.

Scopelec est le symbole de votre projeeeet.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart