Ruffin François
Député de la Somme
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 sept. 2022

Ruffin François
Député de la Somme
Abonné·e de Mediapart

Retraites : un Président ne devrait pas faire ça

Un Président réélu par défaut, sans campagne, sans enthousiasme, ne devrait pas, dans un pays exténué, déprimé, bricoler une retraite à 64 ans avec une ambition de comptable.

Ruffin François
Député de la Somme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Emmanuel Macron veut relancer sa réforme des retraites coûte que coûte », titre Le Monde« Pour retrouver une dynamique politique et renouer avec son ambition réformatrice, le chef de l’Etat souhaite que la réforme des retraites entre en vigueur dès l’été 2023, malgré l’opposition des syndicats… Soucieux d’aller vite, le chef de l’Etat n’exclut pas d’insérer la réforme des retraites dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) cet automne… »

Je le dis, avec gravité, avec une solennité à laquelle je ne suis pas habitué, je le dis pour mon pays : c’est une folie.

Les Français sont sortis déprimés, exténués, exaspérés, de la longue crise du Covid. Que nous avons enchaînée avec la guerre en Ukraine et ses conséquences sur les prix, l’inflation galopante, les découverts bancaires, les salaires qui ne suivent pas.

Au printemps, Emmanuel Macron n’est réélu que par défaut, sans campagne et sans enthousiasme. Il ne trouve, à l’Assemblée, qu’une majorité de raccroc, avec une assise incertaine : dans mon département, la Somme, plus de la moitié de ses candidats n’ont même pas atteint le second tour ! Le Rassemblement national prospère comme jamais, aux aguets, dans une France divisée.

L’été fut marqué par les méga-feux chez nous, par la sécheresse, par un réchauffement palpable. Et l’hiver se profile avec des coupures d’électricité, du rationnement, l’explosion des factures.

C’est dans ce climat, dans ces temps d’inquiétude, sociale, géopolitique, écologique, que le chef de l’Etat envisage sa réforme des retraites, une mesure qu’il sait, massivement, très massivement, impopulaire. Sérieusement, c’est ça, sa priorité ? C’est l’urgence, l’équilibre des comptes à l’horizon je ne sais pas trop combien ? C’est un impératif que d’avoir, en plus, des grèves, des manifestations ?

Je ne prédis aucun mouvement géant. On verra bien. Nul n’est prophète en la matière. Et il est fort possible que la force de résignation l’emporte, au final, sur une colère sans espérance.

Mais même si ça passe.

Même si ça passe sans trop de dégâts apparents.

Même si ça passe vite fait par de petits amendements.

Ne pas croire que ça ne laissera pas de trace, durablement, dans le cœur des gens, dans l’âme de salariés qui, très concrètement, le corps usé, l’esprit fatigué, verront leur retraite attendue reculer encore. Ne pas croire que, à agir ainsi, hors démocratie, on n’aiguise pas un peu plus le sentiment d’injustice, on ne nourrisse pas en souterrain le ressentiment. Et je sais, moi, quel en sera le débouché.

C’est stupide.

C’est dangereux.

Mais si Monsieur Macron veut « renouer avec son ambition réformatrice », c’est pas en bricolant une retraite à 64 ans. Quelle « ambition » y a-t-il à ça ? Une ambition de comptable. Non : que son « ambition réformatrice », il la mette au service du plus formidable et du plus terrible défi que l’Humanité ait eu à affronter : le changement climatique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis