AFRIQUE - EUROPE : MESSAGE DU PRESIDENT KAGAME A LA 5EME RENCONTRE AFRIQUE – UE

Ce 2 décembre, lors de la cinquième rencontre des personnalités de haut niveau sur les relations Afrique-Europe, le Président Paul Kagame, s’est adressé aussi bien aux dirigeants européens qu’aux dirigeants africains sur la lutte pour le développement  et sur le renforcement du partenariat entre les deux continents.

AFRIQUE - EUROPE : MESSAGE DU PRESIDENT KAGAME A LA RENCONTRE AFRIQUE – UNION EUROPEENNE

kgm-cm-1
Ce 2 décembre, lors de la cinquième rencontre des personnalités de haut niveau sur les relations Afrique-Europe, le Président Paul Kagame, s’est adressé aussi bien aux dirigeants européens qu’aux dirigeants africains sur la lutte pour le développement  et sur le renforcement du partenariat entre les deux continents.

Pour commencer, le président du Rwanda a posé un préalable nécessaire pour un meilleur partenariat : les Européens et les Africains doivent mieux se comprendre.

Pour se faire, un dialogue comme celui d'aujourd'hui est très important. C'est une occasion qui permet à diverses voix de part et d’autre de se faire entendre et qu’elles soient prises en compte lors de la réflexion sur l'avenir de relations entre l’Afrique et l’Europe.

Kagame a rappelé que l’Afrique, s’engage avec l'Europe en vue de porter leurs relations à un niveau supérieur et que ces relations soient adaptées à cette époque dans laquelle nous vivons aujourd'hui.

D'une part, l'Afrique a des atouts et des capacités à offrir dans ce partenariat, à la fois humains et matériels. Ne demandons pas ce qui peut être fait pour l’Afrique, mais plutôt la question directrice devrait être: que peuvent faire ensemble l'Europe et l'Afrique pour un bénéfice mutuel, que ni l'une ni l'autre ne peut accomplir seule ? 

Le point de référence est la stratégie Afrique-Europe approuvée lors du sommet conjoint d'Abidjan en novembre 2017. L'objectif est de disposer d'un instrument qui structure les relations continent à continent dans quatre domaines clés: le commerce, la paix et la sécurité, les migrations et le changement climatique.

La réforme du commerce en Afrique

Nous visons à changer les termes d'engagement sur le commerce et l'investissement. La zone de libre-échange continentale africaine entre maintenant dans la phase de mise en œuvre. Cela ouvre de nouvelles possibilités de coopération plus attrayante avec des partenaires investis dans la prospérité de l’Afrique.

Il est donc important de veiller à ce que l'espace pour mettre en œuvre correctement et pleinement la ZLEC soit respecté. Nous souhaitons négocier les futures règles commerciales sur une base continent à continent, et non de manière fragmentée ou au hasard.

Changement Climatique

En ce qui concerne le changement climatique, dans le cadre de l'Accord de Paris, l'Afrique a pris des engagements multilatéraux qui ne peuvent être mis de côté.

La voie de l’Afrique pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris peut différer de celle de l’Europe, et cela ne doit pas être considéré comme un problème.

La bonne gouvernance

Kagame montre la volonté de faire passer les relations entre l’Afrique et l’Europe,  à un niveau supérieur en termes de compréhension commune de la gouvernance. L’attitude paternaliste de surveillance doit cessée.

Des exemples de bonnes ou de mauvaises conduites peuvent être trouvés partout. Kagame suggère d’éviter la tentation de réduire l’Afrique au plus petit dénominateur commun, avec des jugements abusifs et stéréotypés.

Il ne peut y avoir de partenariat mutuellement respectueux entre deux parties, lorsqu’il est basé sur l'hypothèse tacite qu'une de parties ne suit pas les valeurs ou qu’elle n’a pas de moral, tandis que l'autre partie se considère comme un agent moralisateur bien accompli dans le domaine.

Le président Kagame insiste sur le dialogue, le respect et l'engagement en faveur du partenariat plus solide dont l'Afrique et l'Europe ont besoin pour surmonter ensemble les défis du XXIe siècle.

Pour Kagame, l'Europe reste un partenaire de choix pour l'Afrique pour de nombreuses raisons. Il est persuadé que le sommet de l’année prochaine est le bon moment pour démontrer la volonté de changement et de progrès des deux côtés.

Et dans ce cadre, l’Afrique attend avec impatience la nouvelle Fondation Afrique-Europe et son  groupe d’éminentes personnalités, y compris les chefs d’entreprise qui sont impliqués,  qui pourront jouer un rôle important dans ce processus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.