RWANDA : DES DIZAINES D'AFRO-AMERICAINS CHOISISSENT DE S'INSTALLER AU RWANDA

Plus de 20 Afro-Américains et autres Noirs d'origine africaine ont décidé de s'installer au Rwanda après avoir passé plusieurs jours à traverser le pays d'Afrique de l'Est.

RWANDA : DES DIZAINES D'AFRO-AMERICAINS CHOISISSENT DE S'INSTALLER AU RWANDA

Plus de 20 Afro-Américains et autres Noirs d'origine africaine ont décidé de s'installer au Rwanda après avoir passé plusieurs jours à traverser le pays d'Afrique de l'Est. Source Taarifa, Traduction non officielle de l'anglais

afro-am

Selon les informations reçues par le tweeter du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Rwanda,  « Aujourd’hui, le Secrétaire d’État, professeur Manasseh Nshuti, a reçu des expatriés des États-Unis, des afro-américains et d’expatriés d’autres régions du monde qui cherchent à s’installer et à faire du Rwanda leur patrie».

En septembre passé, lors de la réunion du Comité exécutif national du parti au pouvoir, le Front patriotique rwandais (FPR)- Inkotanyi, le président Paul Kagame a déclaré que quiconque veut devenir « l'un de nôtres, on doit lui donner cette opportunité, aussi longtemps qu’il  veut contribuer à la construction de notre pays ».

Cependant, le président Kagame a averti qu'être accommodant envers tout le monde ne signifie pas que certaines personnes vont prétendre être plus importantes que d’autres, «Nous sommes tous égaux et devons être traités de la même manière», a-t-il déclaré.

Kagame a en outre rappelé que le Rwanda d'aujourd'hui est totalement différent de celui des régimes précédents.

«Nous ne pouvons pas dire que le pays est plein, comme ceux qui avaient l'habitude de le proclamer auparavant, ainsi à cette époque, nous n'avons pas été acceptés dans le pays. Ce régime n’est pas comme tel. Il y a de la place pour tout le monde, y compris les Rwandais qui sont encore à
l'étranger », a déclaré Kagame.

La paix et la tolérance zéro à la corruption ainsi que la vigueur d’un leadership soutenu, sont des éléments souvent cités comme la principale force motrice qui attirent les étrangers et qui stimulent leur désir à devenir citoyens rwandais.

Considérant les pouvoirs qui lui sont conférés par la constitution, en mai 2009, le président Paul Kagame a signé un arrêté présidentiel, donnant le pouvoir au département de l'Immigration et de l'Émigration, d'approuver les demandes des étrangers intéressés par l'acquisition de la citoyenneté rwandaise.

nshuti

Prof. Nshuti Manasseh Secrétaire d’État au Ministère des affaires Etrangères et de la Coopération Internationale du Rwanda.

Afro-américains retraçant leurs racines

L'année dernière a marqué 400 ans depuis l'arrivée des esclaves en Amérique.

Sous l'administration de l'ancien président Barack Obama, plusieurs Afro-Américains ont commencé à explorer le continent africain avec l'intention de se réinstaller et de se reconnecter à leurs racines ancestrales.

Le Ghana, un pays côtier d'Afrique de l'Ouest, a initié un programme de la résilience des Noirs afro-américains avec l’initiative appelée « Année du retour ». Depuis, plusieurs Afro-Américains ont commencé à se réinstaller d’une manière régulière au Ghana et dans d'autres États africains de leur choix.

Le vétéran de la NFL, Malcolm Jenkins, a déclaré: "Nous venons d'une lignée de personnes dont nous avons été déconnectés, et je pense qu'il est vraiment important que nous commencions à entreprendre ce voyage en tant qu'individus."

Jenkins a déclaré: «Je pense que c’est le bon moment pour les Afro-Américains qui ont été déracinés, de faire ce voyage de retour dans leur patrie pour s’enraciner et jouer un rôle dans le processus de construction d’une Afrique forte et unifiée.

Selon un article de recherche publié en 2019 par le « Proceedings of the National Academy of Sciences of USA », intitulé «Risque d'être tué par l'usage de la force de la police aux États-Unis selon l'âge, la race, l'appartenance ethnique et le sexe» - de 2013 à 2018 , les hommes et les garçons noirs étaient 2,5 plus susceptibles que les hommes et les garçons blancs de mourir lors de rencontres avec la police.

L'étude a rapporté qu'au moins 1 homme et garçon noirs sur 1000 en Amérique peut s'attendre à mourir dans des affrontements impliquant la police.

afro-am2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.