TERRORISME : LE PARLEMENT EUROPÉEN SOUTIENT-IL LE TERRORISME EN AFRIQUE?

Suite à sa renommée hollywoodienne, Paul Rusesabagina a reçu de nombreuses distinctions en Amérique du Nord, ce qui lui a conféré le statut d'orateur international. Héros en Occident, mais ennemi dans son Rwanda natal, il a fondé début 2018 un parti politique et une milice armée avec mission de la destitution du gouvernement rwandais.

TERRORISME : LE PARLEMENT EUROPÉEN SOUTIENT-IL LE TERRORISME EN AFRIQUE?

Par Nyiringabo Gatete R Kevin (Traduction non officielle de l’anglais par RP)

rusesa3

 

Le 11 février, le Parlement européen a adopté une résolution demandant justice pour M. Paul Rusesabagina.

 

 

Qui est Paul Rusesabagina? Ancien directeur d'hôtel, rwandais de naissance, titulaire de la nationalité belge et d'une carte verte américaine. Rusesabagina a pris de l'importance après une fiction hollywoodienne de 2004: «Hotel Rwanda» l'a dépeint comme un homme courageux qui a sauvé 1 200 personnes alors qu'elles cherchaient refuge à l’Hôtel « des Milles Collines » qu’il dirigeait  pendant le génocide perpétré contre les Tutsi entre le 7 avril et le 15 juillet 1994 .

Mais les rescapés du génocide à l’hôtel contestent la bonne image de samaritain de Rusesabagina, affirmant qu’il leur a extorqué de l’argent et a renvoyé ceux qui ne pouvaient pas payer pour rencontrer leurs assassins, stationnés devant l’hôtel.

Suite à sa renommée hollywoodienne, Paul Rusesabagina a reçu de nombreuses distinctions en Amérique du Nord, ce qui lui a conféré le statut d'orateur international. Héros en Occident, mais ennemi dans son Rwanda natal, Rusesabagina a visité des universités d'Amérique du Nord niant le génocide contre les Tutsi et a fondé début 2018 un parti politique: le «Mouvement rwandais pour le changement démocratique» (MRCD) avec une aile armée: le «Front de Libération Nationale» (FNL) qui a comme mission autoproclamée : celle de la destitution forcée du gouvernement rwandais.

Dans cette vidéo diffusée à Noël 2018, après des attaques meurtrières menées par la milice FNL, Paul Rusesabagina se vante d'être son fondateur et appelle tout le monde à le rejoindre. Un an plus tard, il a été arrêté après avoir débarqué par erreur d'un jet privé affrété à Dubaï en route vers le Burundi pour rencontrer sa milice FNL. Actuellement, il est jugé aux côtés de 20 autres de ses miliciens capturés lors de diverses incursions sur le territoire rwandais. Voilà l'homme pour qui le Parlement européen vient d’adopter une résolution de soutien, rejetant le système judiciaire rwandais comme partial et prédisant que son procès ne sera pas équitable.

Dans son point E., la résolution définit Paul Rusesabagina comme «un défenseur des droits de l’homme, un fervent critique du président rwandais Paul Kagame et de son parti au pouvoir». La résolution qualifie les attaques terroristes d '«événements qui se sont produits dans le district de Nyaruguru en juin 2018 et le district de Nyamagabe en décembre 2018». Voici les soi-disant «événements transpirés»: 9 personnes tuées à Nyaruguru et dans le district de Nyamagabe et 82 enfants enrôlés de force dans le NLF.

Ce ne sont pas de simples allégations, M. Paul Rusesabagina lui-même a pris publiquement ses responsabilités et décrit les attentats terroristes comme «un mouvement lancé pour libérer le peuple rwandais».

Au point I., la résolution européenne affirme que «M. Rusesabagina s'est vu refuser l'accès à un avocat de son choix». Dans cet entretien avec le New York Times, M. Rusesabagina lui-même confirme qu'il est représenté par l'avocat de son choix: «J'ai choisi mes avocats et j'en suis content. Mais ma famille n'est pas informée. Les avocats de Rusesabagina, à qui j’ai parlé, ont confirmé qu’ils pouvaient parler à leur client à huis clos et à leur convenance.

Ce que veulent dire les législateurs européens, c'est qu'un avocat belge s'est rendu au Rwanda pour représenter Rusesabagina, mais le savant ami ne pouvait pas être autorisé par le Barreau rwandais à exercer au Rwanda, en vertu d'une norme internationale de réciprocité, puisque les avocats rwandais ne sont pas autorisés de pratiquer en Belgique.

Plus loin sur K (1) et (4), le Parlement européen «a condamné la disparition forcée, la restitution illégale et la détention au secret de Paul Rusesabagina»; Comment une personne peut-elle être détenue au secret et continuer à donner des interviews au New York Times, The East African, recevoir la visite des diplomates belges à Kigali, parler au téléphone aux membres de sa famille et rencontrer fréquemment ses avocats? Que demandent de plus les Européens? Un zoom quotidien en famille? Un webinaire hebdomadaire avec  sa milice - le MRCD / FNL? Rusesabagina n'est pas un invité du célèbre hôtel Rwanda, il est un terroriste capturé et en prison.

Il est intéressant de noter que la résolution en K (3)., «Rappelle que l'extradition aurait dû avoir lieu dans le cadre de procédures contrôlées de manière indépendante pour garantir sa légalité et un procès équitable». Le gouvernement rwandais a adressé à la Belgique des demandes officielles d’extradition de Rusesabagina. Des perquisitions ont été menées à sa résidence belge, des preuves de ses activités terroristes saisies par la police belge et transférées au Rwanda, mais la Belgique a refusé de l'arrêter ou de l'extrader.

L’opportunité de la résolution européenne:

Le terrorisme est la question de notre époque, il a bouleversé notre mode de vie, tué des milliers de civils innocents et décimé des économies. Le terrorisme ne connaît pas de frontière; les nations, faibles comme fortes, font face à la calamité. La raison pour laquelle le terrorisme est difficile à vaincre est qu'il implique des réseaux élaborés avec des cellules réparties sur les continents. Parfois, des fonds sont collectés sur un continent, des combattants recrutés sur un autre et des attaques lancées sur un autre. La défaite du terrorisme mondial exige en effet une coopération mondiale.

Alors que le terrorisme perpétré sur le sol européen et américain est parfois planifié et financé dans certains pays du Moyen-Orient, le premier et dernier gouvernement officiel à soutenir ouvertement le terrorisme a été le régime des talibans en Afghanistan. Le Parlement européen est officiellement le deuxième!

Comment les nations européennes peuvent-elles espérer la coopération de leurs homologues africains dans la lutte contre le terrorisme mondial, si elles se retournent pour soutenir des terroristes africains déterminés à attaquer les citoyens africains?

Nous, au Rwanda, sommes consternés que le terrorisme mené sur notre sol ait son siège dans les capitales européennes - avec le soutien ouvert des institutions européennes: en 2021! En principe, nous nous attendions à ce que le Parlement européen adopte une résolution consolant les victimes des actions commises par leurs citoyens.

Sur la citoyenneté européenne de Rusesabagina:

Dans quinze pays de l'Union européenne, à savoir la Belgique, la Bulgarie, Chypre, le Danemark, l'Estonie, la France, la Grèce, l'Irlande, la Lettonie, la Lituanie, Malte, les Pays-Bas, la Roumanie et la Slovénie, on peut être déchu de sa citoyenneté acquise s'il est reconnu coupable de terrorisme. Cela est également vrai pour le Royaume-Uni, le Canada et l'Australie.

En 2014, Mohamed el-Hafiani, 36 ans, un franco-marocain, a été déchu de sa nationalité française après avoir été reconnu coupable de terrorisme. Aux États-Unis, un juge fédéral a dépouillé un Iyman Faris, né au Pakistan, de sa nationalité américaine naturalisée à la demande du gouvernement, pour des crimes similaires.

En droit belge: 4.12 de 2012, un nouvel article 23/1 CNB prévoit la possibilité d’être dépouillé de sa naturalisation si on a été condamné à au moins cinq ans pour des crimes graves liés au terrorisme. Art. 23 va plus loin en stipulant que la naturalisation peut être retirée si l'intéressé «manque gravement à ses devoirs de citoyen belge».

  1. Rusesabagina, qui détient toujours la nationalité rwandaise, peut difficilement être présumé innocent. Si la présomption d’innocence est un droit fondamental, elle comporte deux exceptions, à savoir: «la confession» ou «être pris en flagrant délit». Sans préjuger du verdict final de son procès, les deux exceptions s’appliquent au cas de Rusesabagina. L'homme est allé à la télévision, a déclaré être le chef d'une organisation terroriste (aveux), après que ladite organisation terroriste a mené des attaques qui ont tué des civils innocents (crime), et a été (pris en flagrant délit) en route au Burundi pour rencontrer ladite organisation terroriste.

De nos jours, les nations doivent prendre leurs distances avec les terroristes. Mais en revanche, les gouvernements européens abritent les auteurs du génocide contre les Tutsi, donnent à leur progéniture la naturalisation incontestée qui les encourage à gérer des ONG qui nient les actes de leurs parents et collectent ouvertement des fonds pour les terroristes anti-rwandais errant dans les forêts voisines. Rappelons que les nations européennes avaient le pouvoir d’arrêter le génocide contre les Tutsis, mais non seulement ont fermé les yeux, mais ont au contraire aidé les auteurs à fuir et à s’installer en Europe - à ce jour.

Sur les allégations de retention:

La nation émirienne d’où Rusesabagina a été arrêtée ne s’est plainte d’aucune action illégale menée sur son sol, pas plus que les nations africaines d’où le jet de Rusesabagina a transité. Aucun d’entre eux n’a porté plainte devant la Cour internationale de justice pour violation de souveraineté. En d'autres termes: un terroriste africain a été arrêté en Asie: les nations asiatiques ont aidé à son arrestation et ne se sont pas plaintes, les nations africaines ont aidé à son arrestation et ne se sont pas plaintes. Les nations européennes qui l'avaient hébergé et financé se plaignent maintenant.

Le message est fort et clair: si vous attaquez un pays occidental, nous vous éliminerons, mais si vous attaquez un pays africain, nous vous soutiendrons…

Mon ami d'enfance Ngirinshuti, membre de l'association des rescapés du génocide qui s'est vu refuser la citoyenneté en Europe après y avoir passé quinze ans, l'explique succinctement: «Il est plus difficile pour un survivant du génocide d'acquérir la citoyenneté européenne que pour un auteur du génocide ou ses enfants . » Et d'ajouter; «Une fois que vous avez montré votre soutien par l'activisme au gouvernement rwandais actuel, vous êtes fréquemment convoqué par les organes de sécurité et mis sur liste noire. Mais s'opposer ouvertement à votre gouvernement africain en Europe vous garantit citoyenneté, bourses et autres avantages. Je laisserai aux lecteurs le soin de juger le sens de tout cela…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.