RWANDA PODIUM
Consultant
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 oct. 2021

EVENEMENT : UN TRES BON ANNIVERSAIRE MONSIEUR LE PRESIDENT DU RWANDA PAUL KAGAME.

Alors que les Français ont eu leur de Gaule, les Allemands ont connu leur Adenauer, les Américains ont eu leur Lincoln, les Israéliens ont connu leur ben Gourion, le Rwanda et les Rwandais, sont fiers d'avoir Kagame comme leur grand homme providentiel, qui s’est manifesté au pays à une époque cruciale, où le pays et le peuple avaient besoin d’un libérateur.

RWANDA PODIUM
Consultant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

EVENEMENT : UN TRES BON ANNIVERSAIRE MONSIEUR LE PRESIDENT DU RWANDA
PAUL KAGAME.

Aujourd’hui tout le Rwanda célèbre non seulement votre naissance, mais aussi l’existence de la personne d’exception que vous êtes, Monsieur le Président.
Alors que les Français ont eu leur grand Charles de Gaule, les Allemands ont connu leur Konrad Adenauer, les Américains ont eu leur Abraham Lincoln, les Israéliens ont connu leur David ben Gourion, le Rwanda et les Rwandais modernes, sont fiers de vous avoir comme leur grand homme, un homme providentiel, qui s’est manifesté au pays à une époque cruciale, au moment où le pays et le peuple du Rwanda, avaient besoin d’un libérateur.

Quand le monde trahissait la Convention de Genève contre le génocide au Rwanda, en laissant les génocidaires faire leur œuvre macabre, vous avez été présent  pour accomplir l’impossible en sauvant ceux qui pouvaient encore l’être.

Au moment où le pays était par terre, l’économie saccagée et détruite, un huitième de la population exterminé, et l’autre tiers pris en otage hors du pays par le régime génocidaire, sans attendre, avec le gouvernement à vos cotés, vous vous êtes mis à reconstruire, à créer et inventer à partir du très peu disponible. Comme Archimède, le Rwanda a été votre point d’appui,  et les Rwandais de bonne volonté qui croyaient en vous, ont servi de levier, et ensemble, vous avez soulevé le Rwanda, en le transformant en joyau, admiré par la terre entière. 

Nous célébrons ce jour, le vrai initiateur des droits de l’homme au Rwanda

Le Rwanda célèbre l’homme qui, au Rwanda et ailleurs, est à l’origine de la construction de divers remparts pour que le « plus jamais ça » ne se reproduise plus jamais dans ce pays, ni dans aucun autre pays de ce monde.

Nous célébrons le président prédit et annoncé par le panafricaniste Thomas Sankara, le jour où il a dit que  « un président qui aime son peuple, il aime tous les peuples ». Vous êtes ce président qui a accepté d’accueillir les immigrants africains et autres pour les sortir de cet enfer inhumain. Nous vous célébrons car vous avez de l’humanité en vous, vous êtes l’homme qui possède l’« ubuntu » vous incarnez l’ « ubumuntu ».

Nous vous célébrons doublement Monsieur le Président, car vous nous avez épargné de cette ségrégation qui ailleurs s’est installée et continue. Vous nous avez épargné du crime du faciès, monnaie courante en Occident. Ainsi, le « Ndi Umunyarwanda » est le seul mot d’ordre qui donne l’égalité de chance à tous les rwandais sans aucune autre distinction.

Nous célébrons l’homme de la démocratie rwandaise, adaptée, intégrée et durable

Au moment ou certains pays imposent à l’Afrique une certaine démocratie standardisée, en oubliant que l’Afrique est un continent avec une cinquantaine des Etats. D’autre part, ceux qui nous imposent cette démocratie, nous avons découvert que parmi eux, chacun a sa propre démocratie adaptée à sa  propre identité, à son histoire, à sa démographie, etc.

C’est pourquoi l’homme que nous célébrons, nous a appris que la démocratie n’est pas seulement celle des urnes. Il nous a fait découvrir que la démocratie, c’est plutôt le nombre des fréquences des rencontres entre l’élu et ses lecteurs. C’est le type des dialogues continus entre les leaders et leur communauté, un contact permanent entre le leadership et les différents groupes à tous les niveaux, de la société qu’il représente. La démocratie ce n’est pas la quantité, c’est la qualité, la démocratie c’est le consensus qui mène vers la conviction et la participation de tous pour le bien commun de la Nation.

Et c’est dans cadre que nous célébrons votre leadership qui a mis en place au Rwanda des outils et instruments divers, que l’on ne trouve nulle part ailleurs, qui permettent au peuple et son leadership de rester en permanence en contact.

Vous êtes un de rares chefs d’Etat, pour ne pas dire le seul connu, qui a mis en pratique ces outils développés à travers des solutions propres aux problèmes rwandais pour faciliter cette proximité démocratique entre le leader et le peuple.

Au moment où certaines puissances soutiennent de dictatures, vous, Monsieur le président, vous êtes célébré pour avoir sauvé des démocraties en péril et des vies humaines en danger. 

Nous célébrons le visionnaire dont la réputation va au-delà des frontières

En ce jour, nous célébrons le visionnaire, qui a fait sortir le Rwanda, longtemps blotti entre les collines, de la Vallée du Rift, pour présenter ce joyau au Monde entier. Vous avez placé ce flambeau lumineux au sommet de la montagne, vous lui avez taillé une place digne de lui au sein de concert des Nations et ce n’est pas encore fini…

Nous célébrons l’homme qui a prouvé au Monde entier que ce n’est pas une question de taille ni de poids pour être le leader du monde, c’est plutôt le leadership naturel, dépouillé de tout égocentrisme, mais plutôt armé de détermination et de hardiesse. Vous avez permis au Rwanda et aux Rwandais d’avoir une toute autre réputation et une grande valeur pleine de dignité.

Nous célébrons l’homme qui a mis le Rwanda sur le rail pour tout ce qui est de la nouvelle technologie, le numérique et le nucléaire. Le visionnaire, qui encourage tout rwandais de voir grand, car vous lui avez montré que seul le ciel est la limite. Ainsi quand l’un de nous atterrira sur Mars, nous lui demanderons sans complexe, les nouvelles du Rwanda de là-bas.  

Nous célébrons le leader de l’équipe qui gagne

Nous célébrons le leader de l’équipe qui gagne depuis son avènement. Le Rwanda n’a cessé de progresser, malgré les vents et marrées génocidaires, malgré les influences néfastes néo-colonialistes et autres  apprentis sorciers qui rodent dans le voisinage.

Nous célébrons le leader de l’équipe qui a amené le Rwanda au sommet de la plupart des records  des évaluations, des statistiques et autres mesures d’appréciation. Grâce à votre leadership, les performances du Rwanda l’ont propulsé au sommet de la pyramide dans beaucoup de domaines.

« On ne change pas l’équipe qui gagne », un sage adage universel que suivent tous les pays qui ont réussi. Plus récemment l’Allemagne nous montre l’exemple avec sa chancelière, Angela Merkel avec ses nombreux mandats successifs. La Belgique, le Royaume Uni, pour ne citer que ces pays, ne changent leur  leadership que si le peuple le décide ainsi.

Les Rwandais, comme tous les autres sages de ce monde, se demandent, bien que connaissant la réponse, « pourquoi changeraient-ils le Leader de l’équipe qui gagne ? »  Après tous ce qu’ils ont connus, c’est avec soupir, soulagement et bonheur qu’ils disent leur appréciation  à leur Leader à qui, tout simplement, ils souhaitent une bonne continuation.

 Comme dirait l’autre : « Honnis soit qui mal y pense ».

BON ANNIVERSAIRE ET LONGUE VIE MONSIEUR LE PRESIDENT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.