La Tunisie rend hommage à la première femme médecin du Maghreb

 la Tunisie s'est toujours distinguée des autres pays sur les questions portant sur les droits des femmes. 

La docteure Tawhida Ben Cheikh a été choisie pour lui rendre hommage et aussi pour rendre hommage à la femme tunisienne, particulièrement dans le secteur scientifique », a expliqué Abdelaziz Ben Saïd, haut responsable de la BCT. Il faut souligner que le contexte actuel de lutte contre la pandémie du Covid-19 est pour beaucoup dans l'accélération de la sortie d'un des billets les plus populaires de Tunisie. Au verso du nouveau billet de dix dinars, on retrouve une illustration de poteries et de bijoux berbères qui « rend hommage à la femme artisane », a encore précisé 

Une façon pour les autorités tunisiennes de « saluer les médecins et tout le corps médical » qui, comme ailleurs dans le monde, est en première ligne dans la lutte contre le nouveau coronavirus. La mise en circulation de cette coupure intervient au moment où « notre armée blanche est en première ligne dans la guerre contre le Covid-19 

 

HOMMAGE DE LA BCT - Tawhida Ben Cheïkh, la première femme médecin ...

 

QUI EST CETTE GRANDE DAME 

 

 Ni société ni environnement traditionnel conservateur dans lequel elle vivait, rien ne l'a empêché de devenir ce qu'elle était devenue,  elle a démontré que tout est possible pour une femme, quand on a la volonté ca engendre la confience et le soutien. 

Deux personnes clés ont joué un rôle pivot dans sa vie pour finir ses études supérieures en France et obtenir un diplôme de docteur. 

 Sa mère, Halloumah bin Ammar, son premier soutien, qui a fait face aux hommes de familles qui n’ont pas accepté qu’elle voyage seule, la mère a insisté pour que sa fille poursuive ses études en France malgré leurs oppositions. 

 le deuxième soutien c’est Dr Etienne Bruni, chercheur à l'Institut Pasteur, qui lui a ouvert ses portes pour se rendre dans la capitale des lumières à Paris et étudier la médecine.

Tawhida,ben cheikh, décrit ce point clé de sa vie dans une conversation avec la chercheuse Laila Blili, de la Faculté des arts de Manouba, qui a été publiée dans le livre "Les femmes et la mémoire""Women and Memory: Tunisians in Public Life: 1920 - 1960" (1) 

Ma mère était une femme tolérante et courageuse, elle a fait face à la famille au hommes de la famille au voisins, a mes frères et sœurs, qui s’opposaient à mon départ.

Le défi de la mère à changé le destin de la fille

Tawhida a étudié à l'école Nahj Al-Basha, puis a poursuivi ses études secondaires à l'Institut Arman Valiar (devenu plus tard l'Institut pour l'approche de la Russie). 

Quand elle a obtenu son baccalauréat en 1928, elle était confuse quant à ce qu'elle voulait faire ensuite.

 Et il est arrivé au cours de l'été de cette année-là qu'elle était en visite chez la femme du Dr Bruni, qu'elle décrit comme «une femme dynamique». Cette dernière lui a demandé ce qu'elle voulait étudier, la jeune femme a répondu qu'elle voulait "mener une activité sociale et donner un coup de main à ceux qui en ont besoin". 

Elle lui a alors conseillé de parler à son mari médecin. 

Tawheed décrit avec précision sa conversation avec le Dr Etienne Bruni, dans le même livre, "Les femmes et la mémoire"

en disant: "Il m'a demandé: que voulez-vous faire, ma petite? 

J'ai répondu: "Peut-être que j'irai étudier la médecine, mais comme il n'y a pas d'école de médecine en Tunisie, je dois déménager en Algérie." 

Il me regarda avec hésitation, puis ajouta:  «Si tu veux étudier la médecine, ma petite fille, tu dois entrer par la grande porte et aller à Paris». Elle éclata de rire et lui dit:

 "Vous rêvez, Monsieur!"

 Il m'a répondu: "Je peux vous aider. Je connais beaucoup de gens à Paris et j'ai la possibilité d'organiser votre voyage là-bas."

 

L'obstacle est de convaincre maintenant la famille. 

Une conversation entre la mère révolutionnaire et les réactionnaires de la famille.

L'attente de la décision fatidique

 Le jour du départ de Tawheda pour Paris, alors que Mme Bruni l'attendait sur le navire qui les y emmènerait, la jeune fille attendait la décision fatidique qui résultera de la conversation entre sa mère et ses deux proches, dont un « faqih » un juriste religieux, venue spécialement pour l'empêcher de partir.

 Sur la question de l'un d'eux, comment  "une fille qui n'a jamais quitté Tunis, peut-elle aller seule dans une ville lointaine comme Paris" ? 

La mère a répondu avec confiance: «Beaucoup de gens voyagent pour le plaisir ou la liberté, 

mais ma fille va voyager pour étudier et apprendre, elle voyage pour le savoir, 

et la recherche de connaissances est un devoir de chaque homme et femme, même dans la religion.»

l'un des oncles présents a demandé à la jeune fille d'attendre la semaine suivante pour voyager légalement, c'est-à-dire avec une présence de mouharem محرم homme de la famille bien choisi un tutelle.

 Mais la mère de Tawheda a insisté pour que la fille parte et immédiatement, disant:

 "Ma fille partira avec une femme en qui j'ai confiance. Ce sera comme si elle était partie avec moi."

À ce moment, Tawhida a pris son manteau et son sac et s'est dirigée vers le port, où Mme Brunei suppliait le capitaine de ne pas partir avant l'arrivée de la jeune fille.  Ainsi, le navire est parti quelques minutes en retard, pour aller à la rencontre de son brillant avenir et changer radicalement sa vie.

Paris

Tawheda y a passé quatre ans dans un foyer, avant de vivre avec la famille du Dr Brunei, qui était revenue s'installer à Paris. Son séjour dans cette famille lui a permis de rencontrer des hommes de science, des écrivains et des médecins qui l’ont soutenu. 

Elle a travaillé dans des hôpitaux français sous la supervision des plus grands médecins. En 1936, elle obtient un doctorat en médecine et rentre en Tunisie, où elle reçoit un accueil joyeux de sa famille mais aussi des milieux politique et culturel, où elle est honorée en avril 1937 comme première médecin tunisienne. 

 

Féministe engagée


Hommage : La tunisienne Tawhida Ben cheikh, première femme médecin ...

De retour en Tunisie

 

elle s'engage dans la lutte féministe et participe, dès 1937, à l'action du Club de la jeune fille tunisienne et de l'Union des femmes musulmanes.

C'est cette année là qu'elle deviendra la première rédactrice en chef du premier magazine féminin tunisien  "Leila".

Tawheda a ouvert son cabinet au 42 rue Bab Manara, consciente de la difficulté de travailler en tant que médecin tunisienne  dans les hôpitaux publics sous l'administration française.

 Elle a commencé à pratiquer la médecine générale avant de se spécialiser en obstétrique et gynécologie, en raison de la réticence de nombreuses femmes à visiter son cabinet pour demander des conseils et de l'aide.

elle a fondé la Social Aid Society, où elle a pris la présidence avec l'intention d'aider les personnes vulnérables. Cette association était à l'origine du projet de création de l'orphelinat "El Kumata Association" en 1950 pour s'occuper des enfants de familles nécessiteuses.

La même année, Tawhida a fondé le Doyen tunisien des médecins tunisiens.

Elle a également occupé le plan du chef adjoint du Croissant-Rouge tunisien et a joué un rôle important lors des événements de 1952, lorsque les forces coloniales ont bombardé le Cap-Bon, situé dans le nord-est du pays, où elle s'est déplacée sur place pour fournir une assistance au peuple et a rédigé un rapport détaillé qu'elle a soumis aux autorités françaises.

 

 

Le travail politique ne m'a jamais intéressé. Je suis patriote, j'aime mon pays, mais je pense que je peux le servir d'une autre manière. »

Tawhida  avait le sentiment que son aide à son pays consistait principalement à remplir son rôle de médecin, ce qu'elle a déclaré dans son dialogue avec Laila Blili: «Le travail politique ne m'a jamais intéressé . Je suis patriote, j'aime mon pays, mais je pense que je peux le servir d'une autre manière. » Cette méthode consistait à fournir une assistance médicale aux  . "Le domaine dans lequel je pensais être bénéfique était la santé des femmes. Mes patients demandaient mes conseils pour tous leurs problèmes de santé et même leurs relations conjugales.

Elle a été impliquée aussi  dans le programme de planification familiale et la politique de contrôle des naissances, elle a créé une section de planification familiale à l'hôpital Charles Nicole en 1963, elle a ouvert un  première clinique africaine de contrôle des naissances dans Montfleury, à Tunis, Avant de devenir directrice du programme de planification familiale en 1970. 

À propos de cette expérience, Tawheed disait: «Les femmes auparavant ne connaissaient pas qui pourront contrôler les naissances sans qu’elles avaient besoin du consentement de leur mari pour obtenir des spirales ou des contraceptifs oraux. »

 

Tawhida a travaillé comme médecin jusqu'à un âge avancé et n'a jamais ignoré les conseils et l'assistance de ses patients et de tous ceux qui ont demandé son soutien. 

Elle est décédée en 2010. Elle a été honorée par un certain nombre de médecins qui ont créé une association médicale qui porte son nom, qui est "Tawheed Sheikh Al Sanad Medical Association”

.Un film documentaire sur sa vie, intitulé

« Nidal Hakima »  « une lutte sage »  

a également été tourné, en plus du timbre postal de la poste tunisienne portant son nom et sa photo. 

 

Tawhida ben Cheikh reste l'un des visages nationaux les plus importants des femmes qui ont contribué à la lutte nationale ainsi qu'à la libération et à l'avancement des femmes.



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.