Le choix du débat

 

On réclame des musulmans que leurs intellectuels se prononcent, qu’ils fassent entendre leurs voix, car leur silence serait coupable.

 Or les médias n’ont de cesse de discréditer ces mêmes intellectuels, de les vilipender dès qu’ils en ont l’occasion, ne mettant en avant soit que les extrêmes, analysés à longueur de journaux sous toutes les coutures, soit que ceux qui leur prêtent allégeance, ceux-là sont loués par tous, au seuil du panthéon, et en réalité ils ne cherchent point une voix, une conscience, une personne valable avec laquelle ils pourront échanger d’égale à égale mais plutôt, soit la stigmatisation pour nourrir les amalgames les plus abjectes, soit la vassalité de quelques esprits prêts à vendre leur dignité pour la lumière des projecteurs. Alors je vous prends au mot et vous dis « chiche », échangez avec des gens valables, d’égale à égale, et cessez votre censure de tous ceux en capacité de débattre avec vous, vous y gagneriez beaucoup alors. Tous y gagneraient, si bien sûr l’objectif est bel et bien l’égalité, la fraternité, la liberté et la justice pour tous.

 Ce qui est désolant et bien dommage, c’est que souvent nous nous trompons d’ennemis, de mêmes que nous nous trompons d’amis. Et à ne chercher que des ennemies ou des vassaux, ces derniers étant des gens qui, en réalité militent pour eux mêmes et œuvrent pour une carrière, nous manquons l’occasion de créer un véritable dialogue sincère entre tous.

Si nous continuons à nous obstiner dans cette voie , ne nous étonnons donc pas que de vassaux et d’énergumènes pétries d’ignorance, nous n’obtenons qu'obscurité oppressante et vœux moribonds.

 Souvent nous nous confortons dans des débats stériles où la bienséance et le politiquement correcte sont de rigueur, des débats qui ne disent rien sinon des banalités et lorsqu’ils disent quelques choses ce n’est jamais que de haines, de divisons, et de destructions dont il s’agit.

 Le choix du débat sincère est ardu, et il faut du courage pour l’entreprendre, y mettre de l’intégrité, de l’honnêteté n’est pas choses aisées dès lors qu’il s’agit de défendre un point de vue, une opinion. Prendre ce risque c’est se donner une chance de voir la réussite au bout.  A contrario faire le choix du débat stérile, se contenter de postures convenues, c’est avoir la garantie du résultat opposé, l’échec assurément.

Le courage c’est prendre le risque de la réussite et non de choisir la facilité de l’échec.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.