Contre les dérives racistes, une seule solution la révolution et la fin du capitalisme

Si l'article d'Ewy Plenel a le mérite de dénoncer les dérives racistes, xénophobes, d'extrême-droite et tutti quanti de notre actualité, il n'en ressort en dehors d'une prise de position intellectuelle et de principe, à juste titre, rien de concret ; 

Or ces dérives sont liées au pourrissement du système capitaliste et de cette pseudo gauche qui le gère, ce que se garde bien de dénoncer Edwy Plenel et son équipe de journalistes ; qui d'ailleurs entretiennent à bien des égards la confusion. Stéphane Alliés s'entête à parler de gauche pour le PS ce qui est un non sens et une non analyse. 

C'est le maintien de ce système économique barbare dans une société en triple crise (politique, économique, climatique) qui engendre ces dérives et fait courir le risque pour le préserver de guerre civile voire de guerre tout court. Et tous les moyens seront bons pour nous vendre ces options. 

Les journalistes de médiapart et Edwy Plenel feraient bien de relire Marx et de le populariser car le philosophe reste toujours et le seul analyste ACTUEL  et  sérieux de la situation. Mediapart a contribué à illusionner les uns et les autres  sur le PS, y compris en appelant en filigrame à voter pour, ils ont beau jeu maintenant de dénoncer ce qui ressort de la responsabilité de cette politique au service du grand capital. 

Il est grand temps que tous ces intellectuels et journalistes qui contribuent à brouiller les pistes reviennent aux fondamentaux, à savoir  contribuer à propulser l'indispensable nécessité d'en finir avec cette société une bonne fois pour toutes, sinon ils vont se trouver, comme chacun d'entre nous dans le même sac,  et peut être en première loge quand l'extrême droite au pouvoir prendra comme première mesure l'abolition de la liberté de la presse. 

Il sera alors trop tard pour pleurer.... vive la révolution, vive le communisme (le vrai....) 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.