Encore et toujours à côté de la plaque

Non nos élus ne manquent pas de volonté politique, ils en débordent au contraire

Le peu que j'entends de l"l'événement de Grenoble, me conforte dans l'idée qu'heureusement je n'ai pas perdu mon temps à tout écouter. On fait ici l'étalage d'interventions plus savantes les unes que les autres, en occultant le problème essentiel : l'efficacité de ce type de manifestation. A vouloir rejeter le marxisme et à tenter de trouver d'autres voies que révolutionnaires pour éviter le pire, tous ces beaux parleurs contribuent à nous y précipiter. 

Car si tous les aspects des dérives actuelles sont bien exposés on en oublie le fond surtout quant on tente de faire croire que les politiciens qui nous mènent au bord du gouffre ne savent pas vraiment ce qu'ils font. Quid de la lutte des classes ? Quand tous ces intellectuels vont ils enfin comprendre que ce qu'il faut bâtir c'est un rapport de forces qui touchent le 1% des très riches qui possèdent autant que les 99 % restants. Ce rapport de forces ne peut se construire qu'avec l'ensemble des travailleurs dans les entreprises et en particulier les multinationales, par la grève, les manifestations etc...

S'il est important de préparer les choses en amont dans sa tête il n'en est pas moins important de s'adresser aux seuls qui peuvent vraiment inverser les choses, ceux qui produisent les richesses en arrêtant justement de les produire ; ce sont eux qu'il faut convaincre dans les usines, les bureaux, le bâtiment etc... et pour cela il faut leur redonner confiance dans le rôle historique qu'ils peuvent jouer.

Un seul groupe à ma connaissance agit dans ce sens, c'est Lutte ouvrière, communiste et trotkyste. Il reste super minoritaire car tous ceux qui adorent se gratter le c'âne entre eux se gardent bien de voter pour eux et préfèrent les Hollande ou Mélenchon (ce' qui reviendrait au même) ; s'il est évident que ce ne sont pas les élections qui détemineront l'évolution de la situationb, elles peuvent au minimum redonner confiance et ouvrir les perspectives. En précisant qu'il n'est évidemment pas question de "donner le bon dieu sans confession" à qui que ce soit, lutte ouvrière pas plus que d'autres, mais qu'il s'agit de nous réapproprier notre pouvoir de citoyen.

Non nos élus ne manquent pas de volonté politique, ils en débordent au contraire, au service des riches, des patrons, des spéculateurs et tous les valets à leurs service.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.